Archives mensuelles : mars 2011

UNE EXPLICATION SCIENTIFIQUE DE L’ENERGIE REIKI


Par William Lee Rand

Certains aspects du travail de guérison peuvent être expliqués d’un point de vue scientifique.

Pour pouvoir établir une théorie scientifique sur les effets du Reïki, il faut partir des champs magnétiques que chaque être vivant produit. Le Dr James Oschman décrit ce sujet fascinant dans son dernier livre “Energy Medecine, the Scientific basis”.

Il est déjà reconnu depuis longtemps que des courants électriques traversent le corps. Ces courants passent à travers tout le système nerveux et permettent au corps de s’autoréguler. Le système nerveux est relié à tous les organes et tissus du corps et des signaux sont envoyés par le cerveau qui règlent toutes les activités corporelles.

William Lee Rand
Les courants électriques circulent aussi à partir du cœur par le système circulatoire. Cette circulation est possible grâce à la solution saline du sang, qui fournit un élément conducteur électrique supplémentaire. Plus de 25 000 mètres de vaisseaux sanguins permettent à “l’électricité du cœur” de circuler dans toutes les parties du corps.

Les courants électriques passent dans et entre les cellules du corps. Beaucoup d’entre elles contiennent en fait des cristaux liquides. Les cristaux vivants se trouvent dans les membranes cellulaires, dans les couches myélines des nerfs et à d’autres endroits. Tous les cristaux produisent des effets piezoélectriques lorsqu’ils sont sous pression. Par conséquent, les cristaux liquides dans le corps génèrent en permanence des courants électriques. Ceux ci sont souvent cohérents, c’est à dire que semblable à un laser, leurs fréquences sont accordées avec la zone concernée. Les vibrations similaires à celle d’un laser peuvent circuler dans le corps et irradier dans l’environnement. Cela nous rappelle les effets curatifs du tambour. Au moment où les pressions percutantes du tambour résonnent sur les tissus du corps, des courants et des champs électriques rythmiques sont générés, agissant sur l’activité biologique des tissus.

Un second système nerveux existe appelé Périneurium. Il est constitué d’une couche de tissus de liaison qui entourent le système nerveux. Robert O.Becher en a fait la description dans une série d’articles. Plus de la moitié des cellules du cerveau sont des cellules périneurales. Le perineurium agit sur le courant direct. Il est contrôlé par des ondes cérébrales et est directement impliqué dans le processus de guérison. Quelle que soit la partie du corps qui soit blessée, le système périneural répare sur place les cellules, tels que les globules blancs, les fibroplastes et les cellules mobiles de la peau. Le potentiel électrique se modifie au fur et à mesure de la guérison. Le système périneural est très sensible et réceptif aux champs magnétiques extérieurs.

A chaque fois qu’un courant électrique passe à travers un conducteur, un champ magnétique entoure ce conducteur. Les courants électriques qui circulent dans les êtres humains, génèrent des champs magnétiques appelés champs biomagnétiques. Le Dr John Zimmerman, de l’université du Colorado School of Medecine à Denver, a utilisé un appareil appelé SQUID (Super Conducting Quantum Interference Device) pour mesurer ces champs dans de nombreuses parties du corps, y compris le cerveau, le cœur et plusieurs autres organes. La lecture des champs biomagnétiques est utile pour comprendre comment le corps fonctionne et pour diagnostiquer la maladie.

Le cœur a le plus fort champ biomagnétique, qui peut être mesuré à une distance de 4,50 mètres. Le cerveau et les organes du corps sont entourés de leur propre champ biomagnétique. Les champs vibrent à des fréquences diverses et ont une action réciproque les uns sur les autres. Un organe sain aura une fréquence particulière, qui sera différente, si cet organe devient malade. La somme de tous ces champs biomagnétiques forment un ensemble très large de champs qui entoure le corps. Cela correspond à ce que nous appelons l’aura. Par conséquent, le champ biomagnétique peut constituer l’un des éléments principaux de l’aura, bien qu’il puisse aussi prendre d’autres aspects.

Les champs agissent réciproquement sur les autres champs près du corps, y compris les champs d’autrui. Il s’agit du principe de l’induction : un champ magnétique peut avoir un effet sur un autre, provoquant des changements dans ce champ ainsi que changer la force et la fréquence des courants électriques dans ces conducteurs. Ainsi, un champ biomagnétique d’une personne peut avoir un effet sur le champ biomagnétique d’une autre. Ce phénomène peut influencer le bien-être de chaque personne ainsi que le fonctionnement de ses organes et tissus. C’est aussi l’explication scientifique du fait qu’une personne puisse avoir un effet thérapeutique sur une autre.

En effet, “l’être” d’un individu ne se limite pas à la peau, mais s’étend dans tout l’espace l’environnant. De par nos expériences personnelles, nous le savons, nous avons déjà tous senti la présence d’autres personnes. Aujourd’hui nous en avons la preuve et les explications scientifiques.

Les mains sont également entourées de champs biomagnétiques. Ceux des mains des guérisseurs ont été mesurés pendant la guérison et ce sont révélés être plus fort que les champs biomatétiques de non-guérisseurs. un simple testeur magnétique, composé de deux bobines de 80 000 tours chacune, relié à un amplificateur, a été utilisé. Les mains des guérisseurs ont un champ magnétique dont la rémanence de 0,002 Gauss, ce qui est un millier de fois plus fort que n’importe quel autre champ émis par le corps. Le champ vibrait à une fréquence variant entre 0,3 et 30 Hz, la plupart du temps vibrant entre 7 et 8 Hz.

L’énergie de guérison dans les mains est générée, au moins en partie, par le système périneural. Le système entoure les nerfs et constitue un chemin pour les courants électriques directs. Les ondes cérébrales modulent ces courants, elles sont elles-mêmes sous le contrôle du thalamus.

Hormis le biomagnétisme, d’autres formes d’énergie peuvent provenir des mains et avoir un effet thérapeutique particulier. Il existe des preuves que des rayons infrarouges, des micro-ondes et d’autres formes d’émission de photons proviennent des mains de guérisseurs et que les système biologiques y sont réceptifs.

Quand une personne est malade, les fréquences biomagnétiques d’un ou plusieurs organes ne se trouvent pas dans les zones saines. Herbert Fröhlich, un chercheur qui a découvert plusieurs aspects intéressants des champs biomagnétiques du corps, explique : Un ensemble de cellules, tel qu’un tissu ou un organe, aura certaines fréquences collectives qui régulent des processus importants, tels que la division d’une cellule. Normalement, ces fréquences de contrôle sont très stables. Si, pour une raison quelconque, une cellule change de fréquence, elle entraînera des signaux des cellules avoisinantes qui réinstalleront la fréquence correcte. Cependant, si un grand nombre de cellules perdent leur rythme, la force vibratoire du système peut diminuer au point de perdre toute stabilité. Une perte de cohérence peut conduire à la maladie ou a des troubles. Cela confirme le concept métaphysique selon lequel la maladie commence d’abord dans l’aura ou le champ biomagnétique avant de se développer dans le corps physique.

Lorsqu’un guérisseur place ses mains près d’un organe malade et commence à soigner, le champ biomagnétique émis par les mains du guérisseur devient plus fort que celui émis par l’organe malade. La fréquence du champ biomagnétique des mains du guérisseur se met aussi à vibrer aux fréquences dont l’organe a besoin pour guérir. Puisque le champ biomagnétique du guérisseur est plus élevé que celui d’un organe malade, il induit les fréquences saines dans le champs de l’organe à soigner, lui permettant d’adapter de nouveau ses fréquences à celle d’un organe en bonne santé. Cette adaptation à son tour influence les courants électriques qui circulent dans les cellules, dans les terminaisons nerveuses à l’intérieur et autour des organes, ainsi que sur leur fonctionnement biologique. C’est le point de départ de la guérison.

Des recherches ont été entreprises sur les quelques fréquences de guérison de différents tissus du corps. une fréquence de 2 Hz est nécessaire pour guérir les nerfs, 7 Hz pour les os, 10 Hz pour les ligaments et 15 Hz pour les capillaires.

Le processus peut aussi fonctionner dans le sens opposé, quand le guérisseur vérifie et cherche les zones de troubles dans le champ biomagnétique du patient. Pendant ce processus, le guérisseur déplace lentement une ou les deux mains à quelque centimètres au dessus du corps, en faisant attention aux sensations dans les paumes de la main. Le champ du patient provoque des variations dans le champ des mains du guérisseur, que celui-ci peut sentir. Il est alors capable de localiser dans le champ biomagnétique du patient les zones qui posent problème.

Une des caractéristiques uniques du Reiki est qu’il nous donne cette capacité par le seul fait de l’initiation. En outre, le Reiki n’a pas besoin d’être guidé par l’esprit du guérisseur. Il se dirige seul et n’utilise pas l’énergie personnelle du guérisseur. Aussi, gardant à l’esprit les théories énoncées précédemment, comment l’initiation au Reiki et le traitement pourrait-il fonctionner ? L’initiation peut éveiller un aspect inné enfoui à l’intérieur de chacun d’entre nous, qui a un lien direct avec l’unité, le bien-être et la guérison, présentant un niveau d’intelligence beaucoup plus élevé. Puisque l’intelligence se trouve à l’extérieur de notre esprit conscient, il serait cohérent de dire que cette intelligence provient de notre surconscient. Le fait qu’elle n’utilise pas notre propre énergie, indique que l’initiation fait appel à une source d’énergie différente de celle qui satisfait nos besoins quotidiens. Par conséquent, avec le Reiki, il est possible de confirmer le fait que nous possédons tous un potentiel caché, latent chez la plupart des gens, mais qui peut être éveillé. Le surconscient peut alors guider le fonctionnement du thalamus et du système nerveux périneural pour générer l’énergie Reiki, dirigée à travers les mains du guérisseur vers les zones malades. L’énergie Reiki peut aussi simplement être un mélange spécial de biomagnétisme avec d’autres énergies, déterminé par le subconscient, qui lui indique d’être exactement ce dont le corps a besoin là où les mains sont placées, de façon à enclencher et accomplir le processus de guérison.

A partir de ces concepts, nous pouvons imaginer que des moyens de guérison plus puissants et plus efficaces sont possibles, quand on fait appel à un niveau encore plus élevé de surconscient pour formuler des combinaisons particulières de fréquences et de forces d’énergie qui permettent que le processus d’autoguérison démarre plus vite et dans des cas plus difficiles. La guérison pourrait impliquer une combinaison spéciale d’amour, de compassion, de bonté, par laquelle la partie malade peut se débarrasser au plus vite de ses anciens schémas et retrouver la santé. Une telle guérison puissante peut être comparée à un mécanicien automobile hautement qualifié, qui en raison de son expérience et de ses connaissances est capable de réparer des voitures que d’autres mécaniciens n’arrivent pas à réparer. Au fur et à mesure que nous enrichissons nos connaissances et nous guérissons nous-mêmes en profondeur, notre potentiel de guérisseur continuera à s’éveiller, il nous permettra d’atteindre des sphères élevées de notre subconscient et d’améliorer de plus en plus nos capacités.

Les champs magnétiques perdent de la puissance rapidement quand vous vous éloignez de la source du champ. Alors que la théorie présentée précédemment permettait d’expliquer le phénomène de guérison par la présence du guérisseur proche du patient, comment la guérison à distance s’explique-t-elle lorsque le patient se trouve à des kilomètres et même de l’autre coté de la planète ?

Les ondes scalaires peuvent être responsables de la guérison à distance. Quand deux champs magnétiques vibrent à la même fréquence et sont parfaitement déphasés, ils s’annulent réciproquement. Cette annulation n’élimine pas l’effet des champs, puisque les potentiels sont toujours là, ils créent ce qu’on appelle des ondes scalaires. Les ondes scalaires n’ont pas d’interaction avec les électrons comme c’est le cas des champs magnétiques, mais avec des nucléis atomiques. Elles ne peuvent pas être bloquées par des cages Faraday ou autre barrières et se propagent à n’importe quelle distance sans perdre de puissance. Il s’est avéré, qu’elles ont aussi un effet sur les tissus biologiques et qu’elles favorisent la guérison. Selon le Dr James Oschman, “on part d’habitude du principe que ce sont les champs électriques et biomagnétiques qui agissent sur les organismes, mais plusieurs chercheurs pensent que les ondes scalaires potentielles sont en fait à la base de ces effets.”

Même si les théories expliquent dans une certaine mesure comment fonctionne la guérison, un aspect de la guérison et du travail spirituel reste encore un mystère. Les champs biomagnétiques et les ondes scalaires sont dépendantes du corps physique ou d’un appareil physique qui les génère ; mais de nombreux guérisseurs spirituels ont des expériences directes avec des Êtres supérieurs qui envoient la guérison ; Ils n’ont pas de corps physique. Comment leur énergie de guérison est générée ? D’un point de vue scientifique, comment peuvent-ils exister ? Ces questions forment une bonne base de réflexion sur la guérison et la nature de la conscience.

Les tissus vivants du corps, composés de molécules et d’atomes sont directement reliés et sous l’influence de toutes les forces de la nature. Il est alors naturel de penser que ces forces sont intégrées dans les fonctions du corps. Y compris les forces connues et inconnues. En étudiant les êtres vivants, et particulièrement nous même, nous avons l’occasion de comprendre les forces les plus profondes et les plus mystérieuses de l’univers. Il est probable qu’au fur et à mesure que la science continue à étudier les domaines de la guérison et du spirituel, elle fera des découvertes étonnantes qui contribueront à l’expansion de notre conscience et apporteront une transformation à vie sur cette planète.

Article tiré du livre :

” La Quintessence du Reïki” de walter Lübeck, Frank Arjava Petter et William Lee Rand.

La Cure de Printemps !

La Cure de Printemps�!.

Les baies qui contiennent le plus d’antioxydants

Les Baies de Maqui aident à augmenter le métabolisme et aide à perdre du poids. Une étude clinique démontrant les effets des Baies de Maqui sur l’amaigrissement a été réalisée à l’Université du Texas à Austin sur 500 personnes (hommes et femmes). Le groupe ayant consommé les Baies de Maqui ont perdu plus de poids et ont maintenu cette perte de poids après 6 mois. Si vous voulez perdre vos kilos superflus, les Baies de Maqui peuvent vous aider. Elles vont éliminer toutes les toxines et les produits chimiques de votre corps. Votre corps sera en meilleure santé, ce qui rendra votre programme minceur plus efficace. Ce sont des baies uniques, d’un riche couleur pourpre, qui poussent dans les régions éloignées de la Patagonie, un des endroits les plus propres et les plus fertiles au monde. Les Indiens Mapuches ont toujours consommé les feuilles, baies et tiges sauvages afin de traiter une grande variété de maux. Les Baies de Maqui sont actuellement numéro un sur l’échelle ORAC. Par exemple, l’Açaí a une valeur ORAC de seulement 300, alors que les Baies de Maqui ont une valeur ORAC de plus de 900, soit 3 fois plus que l’Açaí ! L’échelle ORAC contient tous les aliments au monde et mesure la quantité d’antioxydants que ces aliments contiennent. Les Baies de Maqui contiennent non seulement plus d’antioxydants que tout autre aliment au monde, mais elles contiennent le double d’antioxydants que l’aliment numéro 2. Aujourd’hui, les Baies de Maqui sont largement reconnues comme l’ultime supernutriment partout dans le monde, surtout pour ses propriétés antioxydantes très puissantes et ses propriétés anti-inflammatoires. Ces petites baies au goût délicieux sont classifiées comme étant des « super-baies » car elles sont aussi une riche source de vitamines A et C, de potassium, de calcium et de fer.

Baies de Goji : Un fruit de Jouvence
Le Goji est le nom commercial d’un arbuste poussant au Tibet et en Mongolie : le Lyciet commun ou Lyciet de Barbarie (Lycium barbarum étant le nom botanique de la variété la plus commercialisée, mais aussi la plus intéressante d’un point de vue nutritionnel).
Le lycium est un arbuste, de 1 à 3 mètres de hauteur, qui appartient à la famille des Solanacées (comme la pomme de terre). Ses fleurs violettes donnent de petits fruits rouges, allongés, que l’on consomme traditionnellement dans les pays asiatiques comme un véritable aliment santé. Dans ces pays, on l’appelle « fruit de la longévité » ou « fruit du sourire », car il est réputé pour apporter longévité et joie de vivre. Les baies de Goji font d’ailleurs partie depuis des siècles de la pharmacopée des médecines naturelles asiatiques. Les baies de Goji sont riches en vitamines (B1, B2, B6, E, C -400 fois plus que l’orange), en béta-carotène (précurseur de la vitamine A), en minéraux et oligoéléments (zinc, fer, cuivre, sélénium et phosphore) et en acides aminés essentiels (19 types d’acidesaminés, dont 8 essentiels). Le Goji est donc très fortement antioxydant (grâce à ses caroténoïdes) et il contient despolysaccharides bénéfiques pour le système immunitaire.

Baies de Canneberge : Complément idéal de tout régime
La canneberge est le nutriment de complément idéal de tout régime alimentaire restrictif visant à faire perdre du poids. En effet, elle cumule une exceptionnelle richesse en pectine et en vitamine C, ce qui permet une double action simultanée : une action minceur indéniable et une action tonique évitant les coups de fatigue inhérents à de tels régimes. Autre point essentiel : les tannins de la canneberge induisent un effet retard fort précieux dans le métabolisme des aliments ingérés en même temps. Enfin, insistons sur l’indication dépurative et diurétique.

Mangoustan : La reine des fruits
On a rarement vu un fruit qui était aussi inconnu des occidentaux en général être aussi étudié, examiné, recherché, et scruté par la science que le remarquable mangoustan. Étude après étude, rapport après rapport, tous ont loué les effets bénéfiques extraordinaires du mangoustan ainsi que son contenu riche en antioxydants, les xanthones.
« Le système immunitaire ainsi que les autres systèmes du corps produisent leurs propres antioxydants et quelques vitamines, telles que les vitamines E et C. Mais il existe d autres antioxydants encore plus puissants que les vitamines et ces substances protectrices puissantes ne se trouvent que dans certaines plantes », a écrit Fred Templeman, médecin. « L’un de ces types de substances du nom de xanthone a récemment été identifié par des scientifiques dans une plante provenue d’une forêt pluviale… le mangoustan ».
Le docteur Templeman continue en déclarant : « Nos recherches secondaires ont mis à jour plus de quarante rapports scientifiques dans lesquels on avait rigoureusement examiné en laboratoire les composants biochimiques actifs du mangoustan… il est dès lors évident que les bienfaits multiples du fruit sur la santé sont appuyés par une enquête scientifique ».

Grenade : Symbole de santé par excellence
Depuis longtemps, la grenade est utilisée sous différentes formes en médecine traditionnelle pour traiter des maux telles les coliques et ladiarrhée. Encore aujourd’hui, la communauté scientifique démontre un grand intérêt envers ce fruit, particulièrement en raison de son contenu élevé en composés antioxydants. Ainsi, plusieurs chercheurs se sont penchés sur les effets santé de la consommation de grenade et du jus qui en est extrait. Cette fiche porte sur les propriétés des parties comestibles de la grenade, soit ses graines et son jus.

——————————————————————————–

Elle était dite que les baies d’acai ont emballé le poinçon antioxydant le plus puissant, mais la recherche suggère maintenant que la baie de maqui, qui se développe au Chili et en Argentine, soit bien plus efficace.
La couleur mauve-foncé du fruit suggère qu’incroyablement à niveau élevé des antioxydants et de lui revendique également une capacité d’empêcher le vieillissement prématuré, de faciliter la perte de poids et d’amplifier votre système immunitaire.
Le maqui a été longtemps employé par les Indiens de Mapuche pour ses prestations-maladie étonnantes.
On l’est censé également pour avoir des propriétés anti-inflammatoires puissantes qui peuvent aider à alléger la douleur des articulations endolories, des muscles faisants mal et de gonfler.
L’extrait de Maqui est également employé couramment comme coloration pour les vins chiliens.

——————————————————————————–

Que sont les Baies de Maqui ?
Ce sont des baies uniques, d’un riche couleur pourpre, qui poussent dans les régions éloignées de la Patagonie, un des endroits les plus propres et les plus fertiles au monde. Les Indiens Mapuches ont toujours consommé les feuilles, baies et tiges sauvages afin de traiter une grande variété de maux. Les Baies de Maqui sont actuellement numéro un sur l’échelle ORAC. Par exemple, l’Açaí a une valeur ORAC de seulement 300, alors que les Baies de Maqui ont une valeur ORAC de plus de 900, soit 3 fois plus que l’Açaí ! L’échelle ORAC contient tous les aliments au monde et mesure la quantité d’antioxydants que ces aliments contiennent. Les Baies de Maqui contiennent non seulement plus d’antioxydants que tout autre aliment au monde, mais elles contiennent le double d’antioxydants que l’aliment numéro 2. Aujourd’hui, les Baies de Maqui sont largement reconnues comme l’ultime supernutriment partout dans le monde, surtout pour ses propriétés antioxydantes très puissantes et ses propriétés anti-inflammatoires. Ces petites baies au goût délicieux sont classifiées comme étant des « super-baies » car elles sont aussi une riche source de vitamines A et C, de potassium, de calcium et de fer.

Comment agissent les Baies de Maqui ?
Métabolisme : Les Baies de Maqui aident à augmenter le métabolisme et aide à perdre du poids. Une étude clinique démontrant les effets des Baies de Maqui sur l’amaigrissement a été réalisée à l’Université du Texas à Austin sur 500 personnes (hommes et femmes). Le groupe ayant consommé les Baies de Maqui ont perdu plus de poids et ont maintenu cette perte de poids après 6 mois. Si vous voulez perdre vos kilos superflus, les Baies de Maqui peuvent vous aider. Elles vont éliminer toutes les toxines et les produits chimiques de votre corps. Votre corps sera en meilleure santé, ce qui rendra votre programme minceur plus efficace.
Anti-Âge : Quand nous vieillissons, nos cellules sont affectées par les radicaux libres. En conséquence, nos organes commencent à se détériorer. Notre corps a son propre système de défense pour se protéger des assauts des radicaux libres, cependant, ce système s’affaiblit au fil du temps. Un apport en antioxydants afin de bloquer les dégâts occasionnés par les radicaux libres peut avoir de grands avantages. Les Baies de Maqui sont idéales en raison de leur teneur élevée en super antioxydants. La prise de Baies de Maqui peut aider à renforcer votre système immunitaire afin de vieillir en bonne santé.
Anti-Inflammatoire : Les Baies de Maqui sont un anti-inflammatoire très puissant. De nombreux individus souffrent d’inflammation au niveau des articulations et ils peuvent combattre ces problèmes d’inflammation avec les Baies de Maqui.
Les Baies de Maqui vous aident à conserver une peau claire, permettent d’accélérer la digestion, de renforcer vos os et vos articulations et bien plus encore. En prenant des Baies de Maqui quotidiennement, vous mettrez toutes les chances de votre côté. Elles sont si puissantes qu’elles aident à conserver votre coeur en bonne santé, favorisent la clarté mentale et pourraient même diminuer le risque de contracter le cancer et le diabète. Les Baies de Maqui sont encore plus puissantes que les Baies d’Açaí, de grenade et de bleuet, car elles sont bien plus riches en nutriments et antioxydants que ces dernières.
Qu’est ce que l’échelle ORAC ?

ORAC est l’acronyme de « Oxygen Radical Absorbance Capacity » (capacité d’absorption des radicaux oxygène). Il mesure, dans un tube à essai, la richesse en antioxydants de n’importe quel aliment ou substance chimique. Si un aliment a un score ORAC élevé, cela signifie que cet aliment est riche en antioxydants. Un antioxydant est mesuré par sa capacité à éliminer les radicaux libres – c’est sa capacité antioxydante. Un score ORAC plus élevé nous indique que l’aliment en question est plus à même de nous aider à lutter contre les maladies comme les maladies cardiaques et le cancer. Les aliments ayant un score élevé ORAC peuvent être en mesure de protéger les cellules et leurs composants contre les dommages oxydatifs. Les radicaux d’oxygène sont des substances chimiques qui se forment naturellement dans le corps à travers le processus d’oxydation. Des fonctions telles que la digestion et l’activité physique produisent des radicaux d’oxygène. L’exposition quotidienne à de l’air pollué, de la nourriture rance, au rayonnement du soleil et aux appareils électriques y contribuent également.
Les experts en nutrition recommandent une alimentation riche en fruits et légumes colorés afin d’obtenir un apport équilibré en vitamines et minéraux. Comparé aux légumes verts, les Baies pourpres de Maqui sont riches en anthocyanines, un antioxydant puissant, comme en témoigne sa valeur ORAC élevée. Un rapport effectué par les laboratoire indépendant Brunswick indique que la valeur ORAC des Baies de Maqui est 27600, une valeur qui dépasse de loin celle de nombreux légumes et même celles des autres super nutriments comme les Baies d’Açaí (16700), la grenade ( 10,500) et les bleuets (6500). Une grosse poignée de bleuets ont une valeur ORAC de l’ordre de 6000.

> PRINCIPE DE L’ACAI BERRY
L’acai berry (berry signifie baie en français) est un fruit qui pousse sur les palmiers acai, dans la forêt amazonienne du Brésil. On prononce le mot « acai » de cette manière : « ah sa ail ».
L’acai berry est de couleur violet foncé et a la taille d’un raisin. L’acai berry est extrêmement riche en nutriments : antioxydants (l’acai berry contient 20 fois plus d’antioxydants que les raisins rouges), acides aminés, acides gras essentiels, etc. La baie d’açai reste par ailleurs l’une des meilleures sources alimentaires d’antioxydants. Lisez aussi : 20 aliments riche en antioxydants à manger pour vivre longtemps.
Les autochtones de la région amazonienne ont fait de l’acai berry une grande partie de leur alimentation depuis des centaines d’années (certaines populations de cette région font même de la baie d’açai la moitié de ce qu’elles mangent au total). Lisez aussi : Goji (baie de Goji) : les bienfaits du fruit Goji.
Environ 10% de l’acai berry contiennent la pulpe comestible ainsi que la peau. Les 90% restants de la baie d’açai sont des graines ou des noyaux. La plupart des nutriments proviennent de la pulpe et de la peau ; les graines ne sont normalement pas consommées. Lisez aussi : Nutriments essentiels, les 7 nutriments à consommer en priorité.
Le goût de l’acai berry ressemble à un mélange de baies et de chocolat. Avec des nutriments riches et un très bon goût, il n’est pas surprenant que la baie d’açai soit devenu de plus en plus populaire. Lisez aussi : Aliments santé : 20 aliments bons pour la santé.
Même si l’acai berry est extrêmement populaire au Brésil, cette baie est restée relativement inconnue dans les autres endroits du monde jusqu’à peu. Toutefois, une forte couverture médiatique récente de l’acai berry l’a mis bien en avant (surtout aux Etats-Unis).
En plus d’être riche en nutriments, la baie d’açai est très à la mode en tant que « fruit qui fait perdre du poids ». Bien que certaines publicités exagèrent trop les bienfaits de l’acai berry sur la perte de poids, des études scientifiques ont prouvé que la baie d’açai contient réellement plusieurs ingrédients importants qui suppriment l’appétit, augmentent le métabolisme et aident à construire du muscle. Lisez aussi : Augmenter le métabolisme, métaboliser plus pour perdre du poids.
Dans le commerce, l’acai berry se retrouve sous forme de compléments alimentaires : suppléments, purées, boissons énergétiques, confitures, milk-shakes congelés, milk-shakes, jus, pilules, etc.

> AVANTAGES DE L’ACAI BERRY
L’acai berry est extrêmement riche en nutriments comme antioxydants, acides aminés, acides gras essentiels, vitamines, minéraux, etc. Lisez aussi : Vitamines pour perdre du poids, vitamines pour maigrir.
La baie d’açai a un goût plutôt bon.
Combiné à une alimentation saine et aux exercices physiques réguliers, l’acai berry peut :

•faire perdre du poids,
•améliorer l’énergie et l’endurance,
•soutenir le système immunitaire,
•améliorer la digestion,
•améliorer l’aspect de la peau,
•détoxifier,
•promouvoir un sommeil réparateur,
•lutter contre le vieillissement et l’inflammation,
•combattre les maladies du coeur,
•réduire les niveaux de cholestérol.

L’acai berry supprime l’appétit. En poids, la baie d’açai contient une proportion énorme de fibres (environ 40% de la pulpe et de la peau, en poids). De plus, l’acai berry est l’un des fruits les plus riches en acides gras oméga-3 et oméga-9. Ces fibres et acides gras oméga sont des suppresseurs naturels d’appétit (qui empêchent de grignoter entre les repas, et autres envies impulsives de manger).
La grande quantité de fibres contenue dans la baie d’açai contribue à diminuer les niveaux de sucre sanguin, ce qui fait baisser la masse de graisse dans le corps. Le contenu riche en fibres de l’acai berry ralentit très bien la montée des niveaux de sucre dans le sang, et le sucre sanguin n’est plus stocké en tant que graisse.
La médecine herbale brésilienne utilise l’huile de la baie d’açai pour traiter la diarrhée. Elle utilise aussi une infusion de la racine de l’acai berry pour lutter contre la jaunisse et pour renforcer le sang. Une infusion de l’écorce de l’acai berry râpé est utilisé pour laver les ulcères de la peau, et, les graines de l’acai berry sont broyées et préparées dans une infusion pour combattre la fièvre.

> INCONVENIENTS / EFFETS SECONDAIRES DE L’ACAI BERRY
Se demander s’il y a des effets secondaires dans la baie d’açai, cela revient à se demander s’il y a des effets secondaires dans les pommes, par exemple. L’acai berry est un fruit très nutritif et, comme précisé précédemment dans la partie « Avantages », possède beaucoup de bénéfices, il ne présente quasiment aucun inconvénient.
Toutefois, l’une des complications mineures a pu être observée chez les personnes allergiques au pollen. Ces personnes ont pu constater que leur problème d’allergie fut aggravé en quelque sorte par l’acai berry. Certes, le nombre d’observations reste faible et les symptômes furent mineurs, mais ce problème mérite d’être souligné. Lisez aussi : Lutter contre les allergies en automne : 20 conseils.
Les personnes sous traitement médicamenteux (pour lutter contre l’hypertension par exemple) s’inquiètent parfois des interactions possibles des suppléments de la baie d’açai avec leurs médicaments. Toutefois, il n’y a pas d’interaction médicamenteuse connue à l’acai berry pur (à 100%). Il n’y a pas non plus d’effets connus sur la grossesse.
En général, les experts conseillent aux personnes qui consomment la baie d’açai de prendre entre 1 000 et 4 000 milligrammes. Ces quantités restent faibles par rapport aux quantités consommées par les peuples habitant dans la forêt amazonienne depuis des centaines d’années sans réactions négatives.
Boire trop de jus ou de purée d’acai berry pur peut provoquer de légères diarhées, mais cela est le cas également pour d’autres jus de fruit.
Remarquez que l’absence d’effets secondaires de la baie d’açai reste valable uniquement pour l’acai berry pur, pas pour l’acai berry mélangé avec d’autres ingrédients (guarana, caféine, d’autres jus de fruits, sucre, etc.). En effet, ces ingrédients (et pas la baie d’açai) pourraient produire des effets indésirables. En général, il vaut mieux consommer de l’acai berry pur, 100% naturel plutôt que les versions mélangées. Lisez aussi : Guarana : avantages et effets secondaires du guarana.

Macca Bolivienne et Péruvienne
Publié dans Phytothérapie – Folks
Plante qui favorise la fertilité, Plante Maca, Les bienfaits de la Maca, Macca Bolivienne et Péruvienne, Maca de Pérou
La maca gingembre de l’Amérique andine

Les Conquistadors Espagnols sont dans les Andes péruviennes et boliviennes depuis 1552. Ce n’est que cent ans plus tard, que le Père dominicain Juan Cobo signale, dans son livre, Histoire du Nouveau Monde, l’existence d’une plante connue par les Indigènes sous le nom de Maca. Il nous apprend que les racines de la Maca sont comestibles. Il semble que les Empereurs Incas attribuaient à cette tubercule des vertus qui redonnaient résistance et force aux hommes. C’est pour cela qu’ils gratifiaient les guerriers, les messagers ou les coursiers, partant en mission, de quelques racines de Maca.

Cette tubercule proche du radis par sa forme et du cresson par son feuillage, est une plante héroïque ! Elle est la seule à pousser sur les hauts plateaux de la Cordillère des Andes à 4000 mètres d’altitude. La Maca, parent plus robuste que la pomme de terre, brave l’âpreté du froid andin, les gelées intenses de la nuit, le vent violent qui balaie la Puna et le soleil cinglant qui dessèche tout.

Les archéologues nous apprennent qu’elle est consommée par les peuples des Andes depuis 5000 ans ! Elle est décidément la plante de tous les records!
Vivace, hermaphrodite et autopollinisante, elle vit au ras du sol, pour mieux se protéger de la rudesse climatique.
Ce don divin que le ciel a fait aux Indiens est, pour eux, une ressource alimentaire qu’ils déclinent sous toutes formes culinaires. C’est une boisson ou « maca chicha » lorsqu’ils la font fermenter. C’est une bouillie parfumée, la « mazamorra », lorsqu’ils l’écrasent et la cuisent. C’est un légume qu’ils mangent cru ou qu’ils font sécher pour la consommer des mois plus tard !
Cette formidable source d’énergie a la forme d’une poire sauvage, rustique, qui oscille entre le jaune et le mauve.
Si les camélidés, lamas, alpacas, vigognes, apprécient également cette plante magique, les hommes de notre époque, loin de la délaisser, lui confèrent de qualités innombrables.

On dit qu’en la consommant, régulièrement, sous forme de gélules, de comprimés ou fraîche, elle favorise la fertilité, combat le désordre hormonal, accroît la mémoire, accentue l’énergie et atténue la fatigue.

Manger des fruits avec l’estomac vide…pourquoi ?

vu sur le blog de Merlin
http://homme-et-espace.over-blog.com/article-manger-des-fruits-avec-l-estomac-vide-pourquoi-70511669.html

Aux vues de l’actualité anxiogène, et brulante du moment, je voulais sortir un peu du lot des sites qui nous plombent avec des mauvaises nouvelles qui s’enchainent heures après heures & jours après jours…

Un peu de positif, nous fera le plus grand bien, dans cette période trouble, et fera du bien à notre corps tout entier, et à notre moral, ce qui n’est pas négligeable non plus…

Alors, manger des fruits avec l’estomac vide…

pourquoi ?

Le fruit est un aliment idéal, il nécessite un minimum d’énergie pour être digéré et donne à votre corps un maximum en retour. C’est le seul aliment qui fait travailler le cerveau…

Les fruits sont principalement constitués de fructose (qui peut être facilement converti en glucose), Le reste est surtout constitué d’eau (90-95%).

Cela signifie purifier et nourrir votre corps en même temps.

Le seul problème avec les fruits, c’est que la plupart des gens ne savent pas comment les consommer de manière à assimiler efficacement les éléments nutritifs.

Il faut toujours manger les fruits avec l’estomac vide.

Pourquoi ?

La raison en est que les fruits, normalement, ne sont pas digérés dans l’estomac mais dans l’intestin grêle.

Les fruits transitent rapidement par l’estomac puis passent dans l’intestin, où ils libèrent leurs sucres.

Mais s’il ya de la viande, des pommes de terre ou de l’amidon dans l’estomac, les fruits sont piégés et ils commencent à fermenter…

Si vous avez mangé un fruit comme dessert après le dîner, et passez le reste de la nuit, avec une lourdeur dans l’estomac et un goût désagréable dans la bouche, c’est parce que vous n’avez pas mangé de la bonne façon.

On doit toujours manger les fruits avec l’estomac vide…

Nous devrions également fortement éviter de boire des jus de fruits contenus dans des cannettes ou des récipients en verre.

Pourquoi ?

La plupart du temps le jus en conserve est chauffé pendant le processus de production et sa structure d’origine devient acide, on y ajoute aussi des conservateurs…

Quel est le meilleur achat que vous puissiez faire ?

Acheter un presse-fruits.

Vous pourrez boire le jus extrait avec le presse fruits comme s’il s’agissait de fruits frais, avec l’estomac vide. Le jus est digéré si rapidement que vous pourrez manger un snack quinze ou vingt minutes plus tard…

Je ne suis pas sponsorisé par Seb, Moulinex ou autres marques de presse-fruits, je vous rassure, mais si ils veulent me faire parvenir un presse-fruits tout neuf, je suis pas contre non plus. Lol.

Le Dr. William Castillo, chef de la célèbre clinique de cardiologie Framington dans le Massachusetts, a déclaré que les fruits sont les meilleurs aliments que nous puissions manger pour nous protéger contre les maladies cardiaques.

Il dit que les fruits contiennent des bioflavonoïdes, qui empêchent l’épaississement du sang et l’obstruction des artères.

Ils renforcent également les capillaires et des capillaires fragiles sont presque toujours la cause des hémorragies internes et des crises cardiaques.

Maintenant, une dernière chose que je voudrais que vous gardiez toujours à l’esprit sur les fruits :

Comment commencer votre journée ?

Que manger pour le petit déjeuner ?

Pensez-vous que c’est une bonne idée de sortir du lit et de remplir notre système digestif avec une quantité énorme de nourriture (principalement du café, du pain et du beurre), que nous mettons toute la journée à digérer ?

Bien sûr que non …

Ce dont nous avons besoin, c’est d’une petite quantité de nourriture facile à digérer, des fruits que le corps peut absorber rapidement et qui aident à le purifier…

Au réveil, pendant la journée, ou quand il est possible de le faire confortablement, ne mangeons que des fruits frais et des jus faits à l’instant.

Gardons cette façon de faire au moins jusqu’à midi, tous les jours.

Plus longtemps vous n’aurez que des fruits dans le corps, plus ils seront efficaces pour le purifier.

Dès que vous aurez changé cette habitude de remplir votre corps de nourriture au début de la journée, vous éprouverez un élan de vitalité et d’énergie si intense qu’il vous paraitra incroyable.

Essayez pendant dix jours et voyez par vous-même…

Les Chinois et les Japonais boivent du thé chaud (thé vert de préférence) avec les repas. Jamais d’eau glacée ou des boissons glacées, nous devrions adopter cette habitude.

Les boissons glacées pendant ou après les repas, consolident les composants huileux de la nourriture, ce qui ralentit la digestion.

Elles réagissent avec l’acide gastrique et seront absorbés par l’intestin plus vite que les aliments solides, mobilisant l’intestin et durcissant les graisses qui y resteront plus longtemps.

Prendre un thé chaud ou même une eau chaude après un repas. Aide à la digestion et adoucit les graisses qui sont expulsées plus rapidement, ce qui vous aidera également à perdre du poids.

Nul n’ignore que les fruits sont un apport nutritif sans pareil pour l’organisme humain.

Profiter des vertus des fruits, c’est aussi les consommer 30 minutes avant les repas et ne jamais en prendre en fin de repas. Au dessert, il est recommandé de ne pas manger plusieurs fruits à la fois.

Source : blog.aufeminin.com

Théorie des signatures :

Chaque fruit ou légume est bon pour l’organe auquel il ressemble et qui le « signe »

Céleri – rave : coeur

Noix : cerveau

Dattes : doigts

Aubergine : foie

Fruits rouges tonifient le sang.

Fruits jaunes chassent la dépression.

Ne consommer en grande quantité que les fruits locaux ! Ne pas consommer en grande quantité les fruits produits dans d’autres régions !

Ne pas manger de fruits congelés mais seulement ceux conservés dans leur propre jus, ou bien dans du sirop de sucre de canne normal. Et surtout pas ceux qui sont accommodés au benzoate, ni à aucun autre conservateur. Car le benzoate finit par intoxiquer l’organisme.

Manger des fruits de saison.

Le soir, manger des fruits : pommes, abricots, pêches, poires, quetsches, cerises. Pas trop combiner fruits et légumes cuits. Il vaut mieux les manger en alternance.

A midi, uniquement des fruits frais en salade (oranges, abricots, pommes (petites quantités), bananes, raisin, poires,…)

Les fruits secs ne sont bons que quelques mois après leur récolte car après ils perdent leurs propriétés.

Le matin, buvez du jus d’agrumes ou même de l’ananas ou du pamplemousse (à base de fruits frais). Un peu de sel peut y être ajouté (pas de sucre). Le sel rendra les fruits plus ou moins actifs. Le sucre de betterave roux est le meilleur pour tout le monde. Sinon, du sucre de canne non raffiné.

Les agrumes semblent à première vue acides mais, une fois dans l’organisme, ils ne le sont plus.

Les agrumes acides au goût ne produisent aucune acidité dans le canal digestif sauf si on les prend avec quantité de féculents.

Ils sont plus efficaces pris séparément (un repas que d’agrumes). Ne pas mélanger les agrumes avec du laitage, ni avec des céréales.

Une grande partie des rhumes et grippes d’hiver sont dus au mélange agrume (orange) et de céréales (tartines beurrées).

Les agrumes, pris tous seuls, aident à digérer. Pris avec des céréales, pèsent sur l’estomac.

Les oranges doivent leur belle couleur non seulement à leur richesse en or, mais à d’autres sels minéraux comme l’iode, phosphore, manganèse, fer, zinc. Voilà pourquoi elles sont bénéfiques pour les yeux, dans les cas de grossesses.

Les agrumes sont bons contre le cancer, et la constipation.

Ne pas consommer les fruits mûris artificiellement même s’ils sont en boite.

Les bananes sont bonnes si elles ont mûri naturellement. Lorsqu’elles se gâtent

avant d’être agréables au goût, elles sont néfastes pour l’organisme.

Ne prendre que celles qui sont archi mures, quand elles ont été cueillies à point. Et encore, à consommer avec modération. Les bananes produisent de l’acidité car elles contiennent beaucoup d’amidon.

Les dattes favorisent l’activité du corps en général et les membres. Manger des produits locaux permet d’adapter l’organisme à n’importe quelle condition climatique et géologique.

Fruits rouges :

par la théorie des signatures, c’est bon pour le sang.

Ils sont riche en fer. Baies (fraises, framboises, groseilles, mures, coins,…) : ont un effet désintoxiquant, meilleur santé.

Figue : très bon laxatif. Bon pour tuberculose, arthrose et rhumatisme, diabète, éléphantiasis, bronchite, obésité, gastrite, anémie, grossesse difficile. La figue peut être consommée sèche, hors saison.

Raisin sec : à prendre tous les jours quelques uns.

Pommes : bonnes en cure sous certaines conditions sinon les faire cuire.

Les fruits nettoient et purgent le corps.

Laxatif :

à base de plantes ou remplacer au moins un repas par jour par des agrumes, en consommant les fruits en entier. Vitamine B1 : on la trouve dans tous les fruits jaunes. Fruits jaunes : riches en vit B1 et fer, énergisent le système nerveux et le sang, en renforçant les propriétés de ce dernier, plus spécialement la vitesse de coagulation.

Vous choisirez principalement des fruits jaunes de très bonne qualité.

Source : Livre, Les Prophéties d’Edgar Cayce, Dorothée Koechlin de Bizemont, Ed. Guy Trédaniel Editeur.

Comme toujours c’est à vous de juger, et d’essayer…

La médecine moderne reposerait sur une aberration ?

L’histoire dingue de la naissance de la « médecine » moderne
13 février 2011 | Auteur: Jo

« La médecine occidentale est d’abord et avant tout une médecine « d’urgence », de traitement du symptôme. Elle doit donc être complétée par d’autres types de médecine. »
être et santé
La médecine moderne reposerait sur une aberration ?

Natural News, Gabriel Donohoe, 7 décembre 2007

La médecine moderne est solidement établie sur la « théorie des germes » qu’a fait connaître Louis Pasteur dans les années 1860. Au moment où nous abordons le 21ème siècle, cette théorie pasteurienne vieille de 140 ans est toujours le paradigme de la lutte contre la maladie de la médecine occidentale.

Seulement, de nos jours, devant l’énorme déferlement de maladies infectieuses et la rapide propagation épidémique du cancer, du diabète, des maladies cardiaques et des autres maladies chroniques, nous devons nous demander si la théorie de Pasteur est vraiment sérieuse.

Considérez ces statistiques alarmantes d’un rapport commandité par le Nutrition Institute of America en octobre 2003 : 2,2 millions de patients hospitalisés sont victimes d’effets indésirables de médicaments, les remèdes prescrits entraînant chaque année la mort de 106.000 personnes. En d’autres termes, plus de 2.000 clients meurent chaque semaine en Zunie de remèdes prescrits correctement à des doses convenablement indiquées.

Il s’agit d’un grave réquisitoire contre une médecine pharmaceutique, qui est indissolublement liée à la théorie des germes de Pasteur.

Selon Pasteur :
– Les germes ou microbes provoquent des maladies.
– Les germes envahissent le corps depuis l’extérieur, c’est à dire, par l’intermédiaire de l’air, de l’eau ou des aliments.
– Le sang humain est stérile et peut seulement être infecté par des microbes de l’extérieur.
– Les germes sont monomorphes, c’est à dire, ont une forme unique, et sont classables en espèces.
– Chaque maladie précise est le fait d’un germe spécifique.
– Les germes doivent être tués par des produits pharmaceutiques.

Dans les années 1870, la théorie pasteurienne des germes fut développée par William Koch, un contemporain et rival de Pasteur. De nos jours, les preuves de cette théorie sont encore connues sous le nom de « Postulats de Koch. »

La contribution de Koch à la théorie des germes fut essentiellement de prouver qu’un type précis de germe donne une maladie précise, que le germe peut être trouvé chez toute personne atteinte de sa maladie particulière, mais pas chez les gens sains, et que quiconque exposé à des germes attraperait la maladie.

Or, quand il s’aperçut que des gens sains peuvent porter les germes de certaines maladies sans présenter aucun symptôme, Koch dut renoncer à une partie de son premier postulat. Il dut aussi revoir le troisième, quand il fut démontré qu’on peut être exposé à des germes virulents sans pourtant attraper la maladie.

Les « fondements » de la nouvelle théorie des germes montraient déjà des fissures.

Pourtant, à la fin des années 1800, en dépit d’être fortement controversée, la théorie des germes fut promptement adoptée par les instances médicales de l’époque. Cette nouvelle théorie du microbe envahissant le corps depuis l’extérieur conféra les pleins pouvoirs à l’industrie médicale et pharmaceutique devenue gardienne de la santé humaine et animale. Les gens devinrent dépendants de la jeune industrie pharmaco-médicale pour l’information et la protection de la maladie. C’est de cette manière que naquit la médecine moderne.

Un certain nombre d’éminents scientifiques s’opposaient à Pasteur et à la théorie des germes, notamment le très respecté professeur Antoine Béchamp. Homme discret et modeste, Béchamp était un scientifique bien plus brillant que le chimiste Louis Pasteur qui faisait sa propre réclame. (On pense aujourd’hui que Pasteur s’appropria beaucoup de travaux de Béchamp et les fit passer pour les siens. Cela a incité R.B. Pearson à écrire un livre dans les années 1940 intitulé « Pasteur, Plagiarist, Imposter. »)

Béchamp et les autres scientifiques croyaient en la théorie du pléomorphisme, qu’un microbe peut évoluer à travers de nombreuses formes, de virus à bactérie, levure, champignon, moisissure, et peut même redevenir à nouveau un proto-virus. Béchamp pouvait voir clairement ce cycle se manifester à travers son microscope. Les grands médecins rejetaient à l’époque le pléomorphisme, tout comme ils ne s’intéressent même pas aux phénomènes pléomorphes filmés et documentés par des scientifiques d’aujourd’hui, comme le Dr Robert O. Young de San Diego en Californie.

Claude Bernard, un autre contemporain de Béchamp, expliquait la théorie pléomorphe et disait que le terrain intérieur ou « milieu interne, » et non pas les microbes, est la cause de la maladie. Il découvrit que le sang et les tissus acides fournissent un terrain idéal au développement de la maladie. Quand le terrain devient acide, les microbes évoluent en formes pathogènes et effectuent le travail que la nature leur a assigné en tant qu’employés de nettoyage et fossoyeurs, ils récupèrent les tissus enflammés ou infectés.

L’acidité ou l’équilibre acido-basique du sang se mesure à son pH. Le potentiel hydrogène est un indicateur très important de la bonne santé. Le sang fera tout son possible pour maintenir son pH à 7,365, c’est-à-dire, légèrement alcalin. Il prendra même des réserves alcalines, comme le calcium des os, pour neutraliser toute augmentation de l’acidité. (Cela peut aboutir à une situation étiquetée ostéoporose par la médecine moderne.)

Quand le pH chute, même d’un dixième, la montée de l’acidité est interprétée par les microbes, déjà présents par milliards dans le corps, comme un signe de mort ou d’agonie de l’organisme. Cela incite les bactéries inoffensives à se transformer en enzymes et moisissures virulentes pour réduire le corps en la poussière d’où il est sorti.

Pasteur lui-même réalisa par la suite cette vérité, et, sur son lit de mort, il déclara que « Bernard avait raison… le microbe n’est rien ; le terrain est tout. » Mais les grands médecins avaient désormais choisi de l’ignorer. Ils pressentaient que la théorie des germes offre une occasion de tout repos pour amasser une fortune colossale.

Dans communauté scientifique, Béchamp et d’autres s’opposaient à la théorie des germes et plaidaient en faveur de la théorie du pléomorphisme en disant :
– Le terrain acide, et non pas les germes, provoque la maladie.
– Les germes sont déjà dans le corps par milliards et ne doivent pas nécessairement venir de l’extérieur (même si cela peut parfois arriver).
– Le sang n’est pas stérile ; il peut contenir plusieurs formes microbiennes.
– Les germes sont pléomorphes, c’est à dire, sont capables de passer par de nombreuses formes (le Dr Gaston Naessens a identifié un microbe subissant 16 étapes évolutives différentes).
– Pratiquement toutes les maladies sont dues à l’acidité du terrain. [Ndt : Sauf naturellement les maladies émergentes, qui sont dues à la contamination de l’organisme par les métaux lourds libérés dans l’environnement et injectés chez les gogos par l’intermédiaire des vaccinations dans le cadre d’une lucrative lutte contre les moulins à vent.]
– Les maladies peuvent être bloquées ou annulées en augmentant l’alcalinité du terrain.

Le professeur Béchamp fut conduit à élaborer sa théorie pléomorphe par la découverte d’un grand nombre de petits corps granuleux dans les échantillons de sang vivant qu’il observait à travers son microscope. Beaucoup de ses contemporains écartaient ces minuscules formes de vie comme une contamination de laboratoire sans importance. Mais elles intriguaient Béchamp. Il les nomma « microzymas » ou « petits corps. »

Il découvrit des microzymas dans chaque cellule, dans le sang, chez des animaux, dans des plantes, et même dans des roches. Il découvrit leur présence dans les restes d’animaux morts depuis de nombreuses années, après que le corps de l’animal soit presque tombé en poussière. Il observa que, dans un organisme sain, les microzymas travaillent à réparer et nourrir et chaque cellule ; mais, si le terrain devient acide, les microzymas se transforment en virus, bactéries, levures, champignons et moisissures, et s’attaquent à la décomposition de leur hôte.

L’œuvre de Béchamp fut ignorée, ridiculisée, étouffée et vite oubliée. Au fil des ans, quelques scientifiques ont découvert des phénomènes pléomorphes pour eux-mêmes – Günther Enderlein, Royal Raymond Rife, Wilhelm Reich, Virginia Livingston-Wheeler, Gaston Naessens et, plus récemment, le Dr Robert O. Young (de San Diego) et le Dr David Jubb (de New York). La plupart n’avaient pas puisé dans les travaux des scientifiques antérieurs et pensaient que cette découverte était exclusivement la leur. Tout comme Béchamp avant eux, ils ont eux aussi constaté qu’on n’a pas tenu compte de leur découverte ou bien qu’elle a été étouffée.

Tous furent fascinés par les « petits corps » que Béchamp avait appelé « microzymas. » Ils furent appelés « protites » par Enderlein, « progenitor cryptocides » par Livingston-Wheeler, et « somatides » par Naessens. Mais tous constatèrent l’impossibilité de détruire ces « petits corps, » même en les soumettant aux fortes températures de la carbonisation ou à de hautes doses de radiations.

Le Dr David Jubb les qualifie de « colloïdes de la vie » et dit qu’ils sont indestructibles. Ils résistent « à une chaleur énorme, aux rayonnements et aux produits chimiques, et peuvent résider dans des solutions pétrochimiques, dans la roche brûlante au plus profond de la Terre, dans des météorites et dans l’eau radioactive des cœurs de centrales nucléaires. Après la mort de leur hôte, les colloïdes de la vie retournent à la terre. Le colloïde de la vie est le facteur inconnu entre animé et inanimé. » (Jubbs Cell Rejuvenation, p.14.)

Cette dernière phrase résonne pas mal. Le Dr Jubb dit que les colloïdes de la vie, ou microzymas, sont les plus petites formes de vie observables entre esprit et matière.

Nous avons encore beaucoup à apprendre sur la vie, la médecine et la guérison, mais nous devons aborder ces choses avec un esprit ouvert, curieux.

Combien de temps faudra-t-il à la médecine moderne pour accepter que les microbes ne donnent pas la maladie mais apparaissent juste à la suite de la maladie ? Qui financera la recherche sur l’œuvre pléomorphe entamée par Béchamp, Enderlein, Rife et les autres ? Qui sera assez courageux pour affronter la doctrinaire approche pasteurienne comptant sur les médicaments de la grosse industrie pharmaceutique ?

Quand un groupe de gens est exposé à un virus ou une toxine alimentaire, la médecine moderne examine seulement ceux qui tombent malades. Ce qu’elle devrait faire, c’est examiner ceux qui n’ont pas été malades. On découvrirait sans doute que le sang et les tissus des malades étaient acides, tandis qu’ils étaient alcalins chez ceux qui n’ont pas succombé au virus/toxine. Voilà où réside la clé de la santé.

La maladie ne peut pas s’installer dans un organisme alcalin. Un régime alimentaire et un mode de vie alcalinisant peuvent prévenir et annuler la maladie. Mais ne vous attendez pas à ce que ce soit avalisé par la médecine orthodoxe : Ce n’est pas porteur de profits.
Original : http://www.naturalnews.com/022332_disease_medicine_germs.htmlTraduction copyleft de Pétrus LombardTrouvé sur Bistro Bar blogQuand je vous dis que Pasteur c’était un gros imposteur, et que ses vaccins ne valent rien. C’est juste une machine à sous, et à nous rendre malade à long terme pour continuer de faire partie des fidèles clients de big pharma. Il fond tout sauf nous protéger. Avec leurs métaux lourd et je ne sais quoi d’autres, ils acidifient notre organisme préparant un terrain idéal pour développer des maladies auto immunes chroniques, nous assurant une dépendance à vie au médica-ment. Le Sida en est une parmi tant d’autres. Mais c’est quoi exactement un régime alimentaire et un mode de vie alcalinisant? Il serait peut-être bon de le savoir pour mieux prévenir. Jo ^^

Entre décadence et destruction, notre civilisation va devoir choisir

26 mars 2011 | Auteur: Jo
par Caleb Irri pour les pensées doubles de Caleb

La plus grande erreur des civilisations qui nous ont précédé fut de se croire, à l’apogée de chacune d’elles, au sommet de la perfection, persuadées qu’elles étaient de leur infaillibilité. C’est pourtant cette période que l’Histoire considèrera toujours (a posteriori) comme le début de leur décadence ; période dans laquelle il semblerait que notre civilisation soit rentrée.

« C’est le fonctionnement d’un système tout entier qui se trouve remis en cause par notre inconscience collective, comme dans la légende pourtant évocatrice et prédictive du mythe de l’Atlantide : en se croyant supérieur à la nature, en se proclamant démiurge omnipotent, l’Homme a abandonné depuis trop longtemps l’humilité à laquelle aurait dû le contraindre l’Histoire des civilisations passées. Et tout cela au nom de quoi ? »

A l’instant où j’écris ces lignes, les images d’une explosion dans une centrale nucléaire au Japon illustrent parfaitement l’état de ce monde incapable, malgré toutes les technologies disponibles et les sécurités exigées, de faire face à la puissance de la Nature, cette même Nature qu’il se glorifie pourtant de savoir maîtriser. Nous fabriquons des OGM, nous travaillons à la fusion nucléaire, nous étudions l’ADN et produisons des coeurs artificiels, et nous marcherons bientôt sur Mars, c’est certain ; mais nous sommes toujours incapables de donner à manger à tous les êtres humains qui peuplent cette planète.

Bien sûr nous ne sommes pas en mesure de contrôler le climat, et aucune civilisation ne peut empêcher les catastrophes naturelles, nous rétorquera-t-on. Mais dans ce cas, ne peut-on, ne doit-on pas faire oeuvre d’humilité, et éviter que ne soient rendues possibles les terribles conséquences de ces catastrophes ?

Car si nous ne sommes pas encore capables d’éviter les catastrophes naturelles, nous sommes bien capables de les empirer, et il serait bon de se demander quelle force nous pousse à nous croire supérieurs aux forces qui nous dépassent en définitive. Et surtout comment nous rendons nous-mêmes possibles les conséquences de ces catastrophes, en construisant près des côtes, en utilisant une énergie que nous maîtrisons mal, en préférant cacher la réalité des dégâts plutôt que de les assumer. Comment accepter de prendre le risque d’une catastrophe nucléaire sans savoir comment s’en protéger ? Un territoire comme le Japon, soumis à une activité sismique continuelle, doit-il se résoudre à continuer d’utiliser cette énergie, alors même qu’en cas de catastrophe c’est le Japon tout entier, et même au-delà la planète elle-même, qui se trouvent menacés ?

Aujourd’hui il faut se rendre à l’évidence, jouer à l’apprenti sorcier est une erreur qui peut être lourde de conséquences : au delà des inévitables victimes liées au Tsunami, le bilan de cette catastrophe pourrait bien se voir démultiplié par l’effet de notre propre prétention, celle de croire que nous pouvons maîtriser nos propres réalisations. Le bilan humain aurait-il été le même sans les constructions solides de Tokyo, ou sans la relative fragilité d’une centrale nucléaire ? Et en Haïti, le bilan aurait-il été si lourd si des précautions avaient été prises il y a déjà bien longtemps, alors qu’on savait déjà les risques que cette partie du monde comportait ?

Non, cela va plus loin que la simple « fatalité ». C’est le fonctionnement d’un système tout entier qui se trouve remis en cause par notre inconscience collective, comme dans la légende pourtant évocatrice et prédictive du mythe de l’Atlantide : en se croyant supérieur à la nature, en se proclamant démiurge omnipotent, l’Homme a abandonné depuis trop longtemps l’humilité à laquelle aurait dû le contraindre l’Histoire des civilisations passées. Et tout cela au nom de quoi ?

Au nom de la rentabilité à tout prix, de l’individualisme forcené, du « veau d’or » que nous adorons depuis trop longtemps et qui nous pousse à vendre des médicaments dangereux, à utiliser une énergie qui nous dépasse, à concevoir un monde rentable avant d’être humaniste, ou juste viable. Nous sommes actuellement parvenus à un point de civilisation où tout est rendu possible : le meilleur comme le pire. Nous avons le choix entre continuer à nous autodétruire, ou bien de conserver ce qui est bon , et de retirer ce qui ne l’est pas . Ce choix doit être conscient et universel, et nous l’avons encore. Faut-il donc continuer à utiliser l’énergie nucléaire partout, et surtout faut-il aller plus loin, vers cette « fusion » dont on ne connaît même pas la puissance ? Faut-il continuer à produire des OGM dont les conséquences sont indéchiffrables ? Faut-il encore considérer le pétrole comme une énergie « positive » ? Et cela même si c’est rentable ? Il nous faut cesser de croire que nous sommes arrivés au faîte de la civilisation, car désormais la puissance technologique à laquelle nous sommes parvenus ne s’accompagne pas de sa maîtrise, et nous sommes capables de détruire nous-mêmes l’espèce humaine, ce qui est bien plus grave que de conduire à la simple décadence d’une civilisation.

Nous sommes arrivés aujourd’hui à un point de civilisation auquel il faut s’arrêter et réfléchir, afin de prendre en compte la réalité, à savoir que le monde tel qu’il fonctionne n’est ni abouti, ni immuable. Peut-être faut-il aujourd’hui cesser de croire que le capitalisme et la démocratie se développent conjointement, et regarder enfin le monde non pas seulement tel qu’il est, mais tel qu’il pourrait être. Et pour ce faire, il faudra bien un jour imaginer se séparer du capitalisme, ce qui nécessite de se détacher des croyances qu’une propagande bien menée a établi pour nous empêcher de constater nos faiblesses. Pour revenir à la démocratie, la vraie, celle qui ne se laisse pas déborder par la corruption, la vénalité ou la recherche du pouvoir.

Et si le choc des civilisations est le seul moyen « capitaliste » de parvenir à rétablir l’illusion du progrès, c’est pour mieux cacher la chute qui suit. En réalité seule l’union des civilisations nous permettra de rétablir la démocratie. C’est à nous de nous prendre en main, car demain nous n’aurons peut-être plus la possibilité de revenir sur nos erreurs. Nous qui croyons, comme nos ainés avant nous, que le monde ne peut plus être modifié, qu’il ne peut plus être autrement qu’il est, un tel événement devrait nous rendre la raison : le monde a déjà basculé de nombreuses fois avant nous, et nous avons du à de nombreuses reprises recommencer tout de zéro, ou presque. Sommes-nous donc obligés de recommencer toujours les mêmes erreurs ?

Engageons-nous pour que la décadence de notre civilisation ne se transforme pas en destruction, et arrêtons-nous un moment pour réfléchir aux possibilités qui nous sont pourtant offertes, ensemble, pour nous-mêmes mais aussi pour les autres, ceux qui nous suivront sur cette Terre. Les solutions existent : à nous de les rendre réelles.
Caleb Irri

Mecanoblog
C’est ce qu’on appelle être à la croisé des chemins…
Totalement vrai! rien à rajouter.
Merci Antares!

Jo ^^

l’influence du Soleil sur l’humain et notament des explosions solaires

Cela parait incroyable ; pourtant, nous savons que le comportement est commandé par la physiologie et nous avons maintenant la preuve que le Soleil exerce un effet direct sur une part de notre chimie corporelle. Maki Takata, de l’Université de Toho, au Japon, est l’inventeur de la « réaction Takata » qui mesure la quantité d’albumine dans le sérum sanguin.
Elle passe pour être constante chez les hommes, et varier chez les femmes suivant le cycle menstruel ; or, en 1938, tous les hôpitaux qui pratiquaient ce test signalèrent une soudaine élévation de niveau chez les deux sexes.
Takata entreprit une expérience sur des mensurations simultanées du sérum provenant de deux hommes séparés par cent soixante kilomètres.
Sur une période de quatre mois, leurs courbes de variation quotidienne furent exactement parallèles, et Takata conclut que le phénomène devait être mondial et dû a des facteurs cosmiques.

Sur une période de vingt années, takata s’est trouvé en mesure de montrer que les modifications du sérum sanguin se produisent surtout quand les taches solaires majeures interfèrent avec le champ magnétique terrestre. Takata fit des tests au cours des éclipses de 1941, 1943 et 1948 et constata qu’elles inhibaient sa réaction autant que si on les pratiquait dans un puit de mine à deux cents mètres sous terre.
Il expérimenta aussi sur des sujets qui se trouvaient à bord d’un avion volant à près de dix mille mètres et découvrit que la réaction se produisait plus fortement à des altitudes ou l’atmosphère est trop mince pour fournir une protection efficace contre les radiations solaires.
De récents travaux soviétiques viennent appuyer l’idée que notre sang est directement affecté pas le Soleil.
Plus de 120 000 tests furent pratiqués sur les gens d’une station de la mer Noire en vue de mesurer la quantité de lymphocytes contenus dans leur sang.
Ces petites cellules constituent normalement 20 à 25% des globules blancs de l’homme, mais dans les années de grande activité solaire, cette proportion décroît.
Il y eut une forte baisse au cours des années à taches solaires de 1956 et 1957, et le nombre de personnes souffrant de maladies provoquées par une déficience en lymphocytes doubla en fait durant la formidable explosion solaire de février 1956.

D’autres maladies affectées directement par les troubles magnétiques comprennent la thrombose et la tuberculose.
Le 17 mai 1959, il y eu trois éruptions solaires d’une grande puissance.
Le lendemain, vingt personnes atteintes de crises cardiaques furent admises dans un hôpital de la mer Noire qui normalement reçoit une moyenne de deux cas par jour.

Deux spécialistes français du coeur ont découvert qu’il existe une corrélation entre le Soleil et les infarctus du myocarde ( arrêt du coeur provoqué par des caillots sanguins ).
Il émettent l’hypothèse que la radiation solaire favorise la formation de caillots sanguins près de la peau chez les personnes ayant cette prédisposition, et que ces caillots produisent alors des blocages fatals au sein de l’artère coronaire. ( Ne dit-on pas trou coronal, pour le Soleil -Note de Ferlin)
L’hémorragie dans les poumons des tuberculeux suit un processus similaire. Les jours les plus dangereux sont ceux où l’on peut voir une aurore boréale – c’est à dire les jours où une forte activité des radiations solaires perturbe l’atmosphère.

Lyall Watson (biologiste et anthropologue) – Histoire naturelle du surnaturel.
1973

ACTUALISATION sujet 2 « connaissance et découverte de nos jours »

A l’heure où je poste cette traduction, on en est à une douzaine d’éruptions solaires en deux jours, même si elles ne sont que de classe M…
Comme nous sommes reliés au Tout, j’ai cherché à connaître les effets de ces « solar flares » sur notre corps et notre psychisme et voici ce que j’ai trouvé.

Photo SDO du 6 mars 2011
Mars 2011Qu’est exactement une éruption solaire et comment nous affecte-t-elle ?
Une éruption solaire est un orage magnétique sur le Soleil qui se manifeste comme une tache très brillante et un jaillissement gazeux de surface, comme le montre la photo ci-dessus. Les éruptions solaires libèrent d’énormes quantités de particules d’énergie et des gaz extrêmement chauds. Elles sont éjectées à des milliers de kilomètres de la surface du Soleil.
Selon Mitch Battros, du site « Earth Changes Media » , une des prophéties /prédictions les plus connues des anciens Mayas est le message d’un changement de paradigme pour notre ère. Avec leurs mots à eux, ils nous disent que nous sommes aujourd’hui au temps du « changement et du conflit ». Le changement provient de ‘l’extérieur’, sous la forme de météorologie, de phénomènes naturels, de perturbations célestes (éruptions solaires) et de traumatismes que l’homme s’inflige lui-même.
Le conflit vient de ‘l’intérieur’ sous la forme de défi personnel, chagrin, confusion, dépression, anxiété et peur. Il est dit que nous sommes »à la croisée des chemins ». Le moment pour choisir une nouvelle voie, pour décider d’une nouvelle orientation de soi et de sa communauté, pour s’aventurer dans l’inconnu, pour trouver notre véritable identité en tant qu’être humain. D’autres choisiront de rester sur la même route, en contact avec le connu, et s’efforceront de maintenir une «prévisibilité».
Une étude récente publiée dans le New Scientist, indique une connexion directe entre tempêtes solaires et effets biologiques chez l’homme. Le conduit qui facilite le passage des particules chargées provenant du Soleil qui perturbent l’être humain est exactement le même que celui qui dirige le temps sur Terre par l’intermédiaire du champ magnétique terrestre, et aussi par l’intermédiaire des champs magnétiques qui entourent l’homme.
Les récentes tempêtes géomagnétiques sont à l’origine d’évènements de changements terrestres sous forme de tremblements de terre, d’éruptions volcaniques, d’ouragans, de tornades et de tempêtes.
L’activité géomagnétique du Soleil influe sur nos pensées
L’activité solaire est connue pour influencer la conscience humaine. Les éruptions solaires affectent le système nerveux central, toute l’activité du cerveau (y compris l’équilibre), ainsi que le comportement et toutes les réponses psycho-physiologiques (mentale, émotionnelle et physique). Les éruptions solaires peuvent nous rendre instables, anxieux, inquiets, nerveux, sujet aux vertiges, aux tremblements, irritables, léthargiques, épuisés, affligés de pertes de mémoire, de palpitations, de nausées et de tournis, et le dernier mais pas le moindre, d’avoir une pression crânienne constante et des maux de tête; avez-vous connu l’un de ces symptômes ces derniers temps?
Les éruptions solaires et les vagues de photons modifient la structure de notre réalité physique car ils ont un effet puissant sur les cellules du corps, permettant à nos mémoires cellulaires de s’éveiller et de voir clair. Nous vivons souvent ceci quand le corps chauffe sous la forme de « bouffées de chaleur. » Les émotions basiques se logent dans nos cellules sous forme d’énergie à basse fréquence par suite d’expériences et de traumatismes jamais intégrées, pour se stocker en tant que mémoires cellulaires. L’énergie photonique possède une fréquence beaucoup plus élevée qui relève la fréquence émotionnelle. Ainsi, nous nous libérons de ces émotions basiques de tristesse et de chagrin sans savoir pourquoi. Ces périodes durent environ vingt minutes et nous nous demandons d’où proviennent ces sentiments de cafard. Notre modelage interne est connecté à la conscience cellulaire et lorsque ce modelage est amplifié par des énergies photoniques, différents éléments s’échappent de notre conscience et nous commençons à nous souvenir du but de notre âme. Nous sommes amenés à apporter des changements dans notre vie mais nous ne comprenons pas vraiment pourquoi.
Le fait intéressant à propos de cette énergie, c’est que depuis que sa fréquence s’est élevée, elle nous donne le pouvoir de manifester immédiatement nos pensées, ce qui signifie que tout ce que nous pensons, nous le créons instantanément. Ce n’est jamais arrivé dans notre vie et c’est pourquoi beaucoup de gens écrivent des livres sur le pouvoir d’attraction.
L’énergie photonique se branche à nos pensées, il est donc important de savoir ce que nous voulons, plutôt que le contraire, sinon nous allons manifester surtout ce que nous ne voulons pas. Si vous êtes dans un processus de changement et de transformation, cette énergie fonctionne bien pour vous. D’un autre côté, si vous êtes coincé dans le passé par une attitude de victime et par de la colère, vous manifesterez davantage de raisons pour rester coincé dans cette persécution jusqu’à être prêt à vous en libérer.
Note: Les textes anciens, y compris la Bible, nous disent de regarder vers le ciel comme le créateur d’un catalyseur apportant des changements sur Terre.
Les effets des récentes éruptions solaires

Beaucoup de gens se sentent depuis peu agités et mal à l’aise. Les éruptions solaires peuvent briser les vieux schémas inutiles afin que de nouveaux puissent émerger. Cela peut nous rendre hyperactifs et épuisés tout à la fois. Cela peut également causer des ravages avec la technologie comme les ordinateurs.
Nous commençons à remarquer plusieurs nouveaux symptômes. Le temps et l’espace commencent à vaciller de manière encore plus erratique que par le passé. Nous semblons perdre la notion du temps. Nous perdons nos mots en parlant. Beaucoup d’entre nous dorment mal. . . à nouveau. On se tourne et retourne pendant la nuit et beaucoup de gens font des rêves inhabituels. Notre corps vit des hauts et des bas sur le plan de l’énergie. On entend parler de nausées, de douleurs et de vertiges. Beaucoup de gens éprouvent un sentiment de tristesse accablante. Certains se sentent comme s’ils marchaient sur l’eau. D’autres disent que quand ils ferment les yeux la nuit, tout tourne. Des personnes rapportent des troubles visuels, des problèmes d’oreille interne, des bourdonnements d’oreilles, des problèmes de gorge et de thyroïde, des pieds froids, et même un symptôme bizarre de langue sèche.
Éprouvez-vous l’une ou l’autre chose ? Il n’y a pas de quoi avoir peur…juste en prendre conscience, se reposer davantage et boire beaucoup d’eau. Et quoi que vous fassiez, gardez à l’esprit que nos systèmes sont en révision, d’une manière qui nous permettra en fin de compte de résonner à une fréquence beaucoup plus élevée.
SOURCE
Traduction Hélios

http://www.blogger.com/post-edit.g?blogID=8801993378108352240&postID=61…par Hélios

Équilibre vibratoire :Toute maladie arrive comme un signal

Toute maladie arrive comme un signal d’alarme attirant l’attention sur un dysfonctionnement personnel. Dans le cas qui nous occupe, la planète Terre semble lancer un appel aux hommes afin qu’ils prennent conscience de la nécessité de vivre différemment. En augmentant son niveau vibratoire, elle essaye de se « protéger » contre les pollutions qu’elle subit. Désormais, pour vivre harmonieusement avec elle, il devient nécessaire d’augmenter notre niveau énergétique et, par conséquent, notre conscience. S’ouvrir aux niveaux compatibles avec la santé découle d’une démarche personnelle. Les causes de la faiblesse énergétique sont multiples. Elles proviennent du stress, responsable de la majorité des maladies. Venir à bout des peurs et des angoisses passe par des techniques de relaxation ou de méditation de type zen. L’alimentation peut être responsable du manque d’énergie et la sensibilité au stress est augmentée par la nourriture carnée. Les produits industrialisés et les cultures intensives donnent des aliments carencés en énergie. Les légumes et les céréales poussent généralement sur des terres épuisées ou bien hors sol, ce qui les prive de toutes les énergies subtiles fournies par le cosmos dans ses échanges avec la planète Terre. Dans l’agriculture bio dynamique, la terre est enrichie par des préparations à base de valériane brassées à la main.
On donne d’abord à la terre, on récolte ensuite. II y a donc échange et non exploitation… D’autre part, il est recommandé de consommer essentiellement des produits régionaux afin d’être en rapport cosmo-tellurique avec les aliments. Chaque coin de terre possède son propre équilibre vibratoire.
Qui n’a pas remarqué les heures d’adaptation nécessaires lorsque l’on change de région ou lors d’une descente d’avion ?
Il importe à ce stade d’intégrer que l’antidote de toute maladie est le changement dans la manière de vivre, de penser, de voir et de se nourrir. La Terre est le premier des deux pôles auxquels nous sommes reliés, le ciel étant le second. Si le niveau de vibration de l’un s’élève, le niveau d’échange avec l’autre ne peut qu’augmenter également. Sans cela, le courant cosmo-tellurique s’affaiblit. Or, l’accroissement du cou­rant d’échanges avec le cosmique ne peut se traduire que par une spiritualisation accrue.
La santé est donc indissociable de la spiritualité. L’origine de la vie est énergétique et se déroule dans un projet d’épanouissement de l’être et de réalisations dans un ensemble de plans. Les spécialisations des diverses disciplines ont créé des frontières isolantes entre les différents savoirs des hommes, ce qui les empêche, malgré toutes leurs compétences, de bénéficier d’une vision globale.

à tous les Françaisl’Europe va supprimer le droit de se servir des plantes pour se soigner

Pétition sauvez les plantes et la médication naturelle Pour:;,nous n’aurons plus le choix ;ce seront les laboratoires médicaux qui auront le monopole et ce sera définitif car ils auront la commission européenne à leur coté ;pauvre de nous ;réagissez notre santé en dépend:plus d’huiles essentielles plus de tisanes plus rien de naturel ;du chimique qui nous détruit de l’intérieur ;cherchez le texte ;signez pour nos enfants et le générations à venir :merci ;je suis une mamie que celà rend furieuse: c’estune directive du THMPD de l’Europe qui met celà en place en avril si nous ne faisons rien ;lisez ce lien :http://www.densemedecinenaturelle.eu/

Le phénomene de l’inquiétude, Ce qui peut le générer.

Il ne s’agit pas que vous partiez en croisade, il s’agit que vous compreniez la profondeur du phénomène et que vous puissiez, avec habilité, lorsque vous rencontrez ces êtres, leur venir en aide, afin qu’un jour peut-être ils puissent s’accrocher à quelques paroles sages, précises, à quelques mots justes qu’ils auront entendus et qu’ils puissent se servir de ces instruments pour alléger leur mal.

Le facteur de l’isolation, de la solitude, est un facteur naturel chez ces êtres. La solitude les empêchent de pouvoir exercer dans la société des hommes avec autant de facilité que d’autres égos peuvent le faire. Ils n’ont pas la capacité d’exercer dans la société des fonctions égoïques normales parce que leur inquiétude met tout en doute. Leur inquiétude déverse en eux une sorte de chagrin, une sorte d’impuissante et cette impuissance les remet encore derrière la colonne de l’homme. Or, cette isolation, cette solitude, rend l’esprit pervers. Cette solitude entraîne dans l’imagination des formes grotesques, elle entraîne dans les rêves des aspects qu’ils ne comprennent pas des lois de ces mondes. De sorte que toutes ces images provenant d’une imagination de plus en plus maligne, devenant de plus en plus aride, les portent au cours de leur existence à contempler le suicide, à contempler la paix, à contempler la finitude de leur tourment.

La solitude chez ces êtres est un enfer. Ils n’ont pas la capacité, ils n’ont pas le savoir, ils n’ont pas la facilité d’entrer en contact avec les hommes, de faciliter des rapports avec eux, d’établir avec eux une base de communication fraternelle ou amicale, sans parler d’amour. Or cette solitude devient pour eux une demeure et cette demeure devient de plus en plus sombre et, avec le temps, il n’y a plus de fenêtres. Il n’y a que des mûrs, et les mûrs, avec le temps aussi, se rapprochent du centre et, avec les années, avec les tourments, ces mûrs écrasent l’égo et il meure.

Puisque je vous parle, puisque je m’adresse à vous et que vous êtes plus prêts de moi que ces êtres, il vous est facile de comprendre ce que je dis en relation avec vos propres existences.

Déjà vos vies, vos égos, sont sur une voie d’évolution, déjà ils ont un espoir, déjà ils se servent du spirituel pour accentuer les délices de leur propre existence. Mais n’oubliez pas que derrière toutes les formes que vous vivez, derrière la vie dont vous ne comprenez qu’un aspect infime, il se glisse toujours une inquiétude. Or la même situation existe pour vous bien qu’elle soit beaucoup plus adaptable, beaucoup plus facile à vivre, beaucoup plus facile à dépasser, parce que vous êtes en voie de compréhension.

Mais, si vous voulez devenir des êtres plus autonomes, plus créatifs, avec un enjeu plus grand et plus réel dans la vie, avec une voie d’accès infinie sur l’avenir, avec une possibilité d’évolution grandiose dont vous ne pouvez vous imaginer les limites, il s’agit pour vous de bien comprendre que l’INQUIÉTUDE RETARDE LE TEMPS DE VOTRE ÉMANCIPATION, que l’inquiétude ne provient que de votre incapacité de réaliser en vous les forces de la Lumière, et l’agencement que font ces forces dans votre vie, lorsque les événements se précipitent pour créer un motif qui sert à votre existence. C’est pourquoi je vous dis: lorsque vous avez de l’inquiétude, lorsque vous souffrez d’inquiétude, rappelez-vous les mots que je vous ai dits et, rappelez-vous aussi en images, les hommes qui souffrent d’inquiétude mais qui n’ont pas la chance d’entendre mes paroles.

Déjà, lorsque vous aurez dépassé l’inquiétude, lorsque vous pourrez vivre vos vies de chaque jour sans la moindre inquiétude, vous aurez la capacité de vivre une vie qui deviendra de plus en plus facile, qui deviendra de plus en plus réelle avec les autres atouts qui vous seront donnés pour en développer les aspects.

Mais si vous ne saisissez pas le phénomène de l’inquiétude, si vous ne comprenez pas son importance profonde, même si vous ne souffrez pas de la même façon que beaucoup d’hommes et de femmes souffrent, CES INQUIÉTUDES RETARDERONT VOTRE ÉVOLUTION. CES INQUIÉTUDES VOUS EMPÊCHERONT D’AMENER À VOTRE MENTAL L’ÉNERGIE NÉCESSAIRE POUR COMPRENDRE LA VIE DE FAÇON PARFAITE ET, éventuellement, POUR COMMUNIQUER AVEC LES INTELLIGENCES QUI ÉVOLUENT DANS LES MONDES PARALLÈLES ET DANS LES MONDES DE LUMIÈRE ET QUI SERVENT ÉVOLUTION, comme vous, un jour, devrez la servir.

Quelque soit la vision que vous avez de vous-même dans l’avenir, apprenez qu’aujourd’hui déjà le travail doit commencer. Je vous explique aujourd’hui l’inquiétude, je vous fait reconnaître l’importance de réaliser que TOUTE INQUIÉTUDE PROVIENT, d’une façon ou d’une autre, D’UNE VIBRATION ÉMANANT D’UN MONDE PARALLÈLE DONT LA NATURE RETARDE L’ÉVOLUTION. Il s’agit que vous puissiez réaliser précisément que TOUTE FORME D’INQUIÉTUDE RETARDE VOTRE ÉVOLUTION PARCE QU’ELLE MET EN DOUTE LE POUVOIR DE LA VIE EN VOUS ET VOTRE CAPACITÉ PERSONNELLE D’ENGENDRER DANS LA VIE LES ASPECTS CRÉATIFS DE CES FORCES VITALES.

Dans les mondes parallèles, les égos essaient (je parle des égos négatifs, des égos qui évoluent dans les sphères sombres de ces mondes) essaient de toutes les façons et par tous les moyens de se servir de leur pouvoir sur l’esprit de l’homme. Les lois de ces mondes sont totalement à l’encontre de l’évolution de l’homme. Ces lois sont déterminées par l’inconscience de ces égos, et sont manifestées par l’absence totale de lumière dans le monde de ces égos.

Or ces égos, de par leurs expériences ou par leur manque d’expérience, de leur personnalité déformée, sont obliger d’agir de la façon dont ils sont amenés à le faire par le fait même qu’ils n’ont pas dans leur monde de compréhension. Et là où il n’y a pas de lumière il y a le désordre. Et du désordre croît une ignorance profonde du bien-être humain. Et c’est pourquoi lorsque ces égos influent sur l’homme, et que l’homme n’est pas conscient de leur influence, l’homme est en grand danger.

Ne vous demandez pas pourquoi la vie sur notre planète est telle qu’elle est! c’est normal. Le monde entier vit dans l’inquiétude parce que LE MONDE ENTIER EST INFLUENCE PAR DES FORCES DONT IL N’A AUCUNE CONNAISSANCE. Et ces forces jubilent, dans la connaissance qu’elles ont sur l’homme un pouvoir. Et, c’est ce pouvoir de domination que l’égo, que l’individu, doit totalement briser avant de pouvoir commencer à s’intéresser aux grandes choses de l’esprit..

Chaque fois que vous avez une pensée qui vous inquiète, qui vous mène à l’inquiétude, ramenez cette pensée là où elle doit être détruite. Et ce n’est que dans le mental que vous pouvez détruire cette pensée. Si cette pensée demeure en vous et fait vibrer votre émotion, votre émotion sera le « fuel » qui alimentera cette pensée et qui lui donnera, en vous, une perpétuité, une permanence.

Lorsque vous avez une pensée, dès que vous avez une pensée d’inquiétude, vous devez mentaliser cette pensée, vous devez en tuer l’émotion, parce que dans toute pensée il y a un corollaire, et ce corollaire c’est l’émotion. Or, si une pensée crée en vous une émotion d’où surgit l’inquiétude, réalisez-le sur le champ et mettez-y la hache. Avec le temps vous acquerrez l’habitude et, à chaque fois que ces pensées viendront, vous serez capable de les éliminer. Et, avec le temps, ces pensées ne viendront plus parce que ces forces ne pourront vous influencer.

C’est pourquoi vous devez dans la vie, lorsque vous posez une action, toujours poser cette action avec intelligence. Si vous achetez quelque chose, si vous allez chercher de l’argent dans une banque, si vous achetez une propriété, si vous faites ceci ou si vous faites cela qui impose sur vous la possibilité d’une inquiétude, réalisez-le avant de poser l’action, parce qu’une fois que l’action est posée, vous devez vivre cette inquiétude.

Vous devez comprendre que la vie, tout ce qui se passe dans votre vie, est déjà connu. Et les expériences de chaque jour font partie de la programmation de la vie..Et si vous donnez à la vie la moindre chance de vous permettre de faire une expérience, si vous donnez à l’Ajusteur de pensées la moindre possibilité de vous créer une situation qui deviendra votre expérience, cette expérience vous devrez la vivre. Jusqu’au jour où vous comprendrez qu’il n’y a qu’une façon de vivre la vie, et cette façon c’est de la vivre avec intelligence.

Vous devez vous protéger lorsque vous commettez une action, vous devez prendre en tour d’horizon tous les aspects de cette action, de sorte qu’avec le temps, vous aurez l’habitude de poser des gestes précis, des gestes bien formulés, des gestes bien pensés. Et, à ce moment là, il vous sera plus difficile de subir des situations qui vous créeront de l’inquiétude.

Les gestes que vous avez posés dans le passé, qui vous créent aujourd’hui de l’inquiétude, vous devez les reconsidérer, vous devez les amener ces gestes, à une fin. Pas nécessairement tout de suite, mais vous devez aujourd’hui les prendre en considération et leur donner une période de gestation jusqu’au moment où vous aurez pris toutes les actions nécessaires pour les terminer afin qu’un jour vous puissiez commencer, recommencer si vous voulez, à poser des gestes totalement neufs, des gestes dans la compréhension de l’importance d’éliminer dans votre vie les occasions qui créent de l’inquiétude.

Regardez derrière vous de par le passé, regardez les gestes qui vous lient encore aujourd’hui et vous soumettent à l’inquiétude, et organisez vous pour faire cesser l’influence de ces gestes dans votre vie présente. A partir de ce moment vous pourrez commencer à respirer, et avec le respir vient la joie de vivre.

Si vous avez, je vous donne un exemple, des dettes qui vous alourdissent, que vous traînez depuis quelques années, organisez vous pour consolider ces dettes, travaillez à les éliminer, travaillez à organiser tout dans votre vie pour les terminer, pour y mettre une fin.

Et, lorsque vous recommencerez, c’est-à-dire, lorsque vous commencerez à respirer, à ce moment là si vous posez un geste dans le domaine de la finance, ce geste sera posé d’une façon claire, d’une façon précise, et c’est en état de connaissance de cause, pour que vous en veniez un jour à ne plus souffrir d’inquiétude.

Lorsque vous serez libéré des inquiétudes, à ce moment là, il sera plus facile d’aller chercher en vous les forces, les énergies qui vous amèneront à développer d’autres aspects de votre vie. Vous pourrez ainsi contrôler ce qui est sous votre contrôle, c’est-à-dire que vous pourrez contrôler ce qui vous est possible. Mais comme la vie vous réserve toujours des situations impondérables, lorsque ces situations se produiront, les inquiétudes causées par votre manque d’intelligence auront été éliminées et les autres inquiétudes crées par la vie, et qui seront pour vous des impondérables, seront plus faciles à prendre en main.

De sorte que, avec le temps, votre vie deviendra simplifiée et lorsque la vie est simplifiée il est beaucoup plus facile de la vivre en profondeur. Et c’est justement là, dans la profondeur de soi-même, que nous devons vivre la vie.

Pour terminer ce court message sur l’inquiétude, je vais vous dire une chose que vous comprendrez avec le temps, pour vous faire voir jusqu’à quel point l’inquiétude est pernicieuse chez l’homme et profonde. CHAQUE FOIS QUE VOUS PENSEZ, QUE VOUS AVEZ UNE PENSÉE PERSONNELLE, VOUS CRÉEZ EN VOUS DE L’INQUIÉTUDE.