Archives quotidiennes : 27 mars 2011

Entre décadence et destruction, notre civilisation va devoir choisir

26 mars 2011 | Auteur: Jo
par Caleb Irri pour les pensées doubles de Caleb

La plus grande erreur des civilisations qui nous ont précédé fut de se croire, à l’apogée de chacune d’elles, au sommet de la perfection, persuadées qu’elles étaient de leur infaillibilité. C’est pourtant cette période que l’Histoire considèrera toujours (a posteriori) comme le début de leur décadence ; période dans laquelle il semblerait que notre civilisation soit rentrée.

« C’est le fonctionnement d’un système tout entier qui se trouve remis en cause par notre inconscience collective, comme dans la légende pourtant évocatrice et prédictive du mythe de l’Atlantide : en se croyant supérieur à la nature, en se proclamant démiurge omnipotent, l’Homme a abandonné depuis trop longtemps l’humilité à laquelle aurait dû le contraindre l’Histoire des civilisations passées. Et tout cela au nom de quoi ? »

A l’instant où j’écris ces lignes, les images d’une explosion dans une centrale nucléaire au Japon illustrent parfaitement l’état de ce monde incapable, malgré toutes les technologies disponibles et les sécurités exigées, de faire face à la puissance de la Nature, cette même Nature qu’il se glorifie pourtant de savoir maîtriser. Nous fabriquons des OGM, nous travaillons à la fusion nucléaire, nous étudions l’ADN et produisons des coeurs artificiels, et nous marcherons bientôt sur Mars, c’est certain ; mais nous sommes toujours incapables de donner à manger à tous les êtres humains qui peuplent cette planète.

Bien sûr nous ne sommes pas en mesure de contrôler le climat, et aucune civilisation ne peut empêcher les catastrophes naturelles, nous rétorquera-t-on. Mais dans ce cas, ne peut-on, ne doit-on pas faire oeuvre d’humilité, et éviter que ne soient rendues possibles les terribles conséquences de ces catastrophes ?

Car si nous ne sommes pas encore capables d’éviter les catastrophes naturelles, nous sommes bien capables de les empirer, et il serait bon de se demander quelle force nous pousse à nous croire supérieurs aux forces qui nous dépassent en définitive. Et surtout comment nous rendons nous-mêmes possibles les conséquences de ces catastrophes, en construisant près des côtes, en utilisant une énergie que nous maîtrisons mal, en préférant cacher la réalité des dégâts plutôt que de les assumer. Comment accepter de prendre le risque d’une catastrophe nucléaire sans savoir comment s’en protéger ? Un territoire comme le Japon, soumis à une activité sismique continuelle, doit-il se résoudre à continuer d’utiliser cette énergie, alors même qu’en cas de catastrophe c’est le Japon tout entier, et même au-delà la planète elle-même, qui se trouvent menacés ?

Aujourd’hui il faut se rendre à l’évidence, jouer à l’apprenti sorcier est une erreur qui peut être lourde de conséquences : au delà des inévitables victimes liées au Tsunami, le bilan de cette catastrophe pourrait bien se voir démultiplié par l’effet de notre propre prétention, celle de croire que nous pouvons maîtriser nos propres réalisations. Le bilan humain aurait-il été le même sans les constructions solides de Tokyo, ou sans la relative fragilité d’une centrale nucléaire ? Et en Haïti, le bilan aurait-il été si lourd si des précautions avaient été prises il y a déjà bien longtemps, alors qu’on savait déjà les risques que cette partie du monde comportait ?

Non, cela va plus loin que la simple « fatalité ». C’est le fonctionnement d’un système tout entier qui se trouve remis en cause par notre inconscience collective, comme dans la légende pourtant évocatrice et prédictive du mythe de l’Atlantide : en se croyant supérieur à la nature, en se proclamant démiurge omnipotent, l’Homme a abandonné depuis trop longtemps l’humilité à laquelle aurait dû le contraindre l’Histoire des civilisations passées. Et tout cela au nom de quoi ?

Au nom de la rentabilité à tout prix, de l’individualisme forcené, du « veau d’or » que nous adorons depuis trop longtemps et qui nous pousse à vendre des médicaments dangereux, à utiliser une énergie qui nous dépasse, à concevoir un monde rentable avant d’être humaniste, ou juste viable. Nous sommes actuellement parvenus à un point de civilisation où tout est rendu possible : le meilleur comme le pire. Nous avons le choix entre continuer à nous autodétruire, ou bien de conserver ce qui est bon , et de retirer ce qui ne l’est pas . Ce choix doit être conscient et universel, et nous l’avons encore. Faut-il donc continuer à utiliser l’énergie nucléaire partout, et surtout faut-il aller plus loin, vers cette « fusion » dont on ne connaît même pas la puissance ? Faut-il continuer à produire des OGM dont les conséquences sont indéchiffrables ? Faut-il encore considérer le pétrole comme une énergie « positive » ? Et cela même si c’est rentable ? Il nous faut cesser de croire que nous sommes arrivés au faîte de la civilisation, car désormais la puissance technologique à laquelle nous sommes parvenus ne s’accompagne pas de sa maîtrise, et nous sommes capables de détruire nous-mêmes l’espèce humaine, ce qui est bien plus grave que de conduire à la simple décadence d’une civilisation.

Nous sommes arrivés aujourd’hui à un point de civilisation auquel il faut s’arrêter et réfléchir, afin de prendre en compte la réalité, à savoir que le monde tel qu’il fonctionne n’est ni abouti, ni immuable. Peut-être faut-il aujourd’hui cesser de croire que le capitalisme et la démocratie se développent conjointement, et regarder enfin le monde non pas seulement tel qu’il est, mais tel qu’il pourrait être. Et pour ce faire, il faudra bien un jour imaginer se séparer du capitalisme, ce qui nécessite de se détacher des croyances qu’une propagande bien menée a établi pour nous empêcher de constater nos faiblesses. Pour revenir à la démocratie, la vraie, celle qui ne se laisse pas déborder par la corruption, la vénalité ou la recherche du pouvoir.

Et si le choc des civilisations est le seul moyen « capitaliste » de parvenir à rétablir l’illusion du progrès, c’est pour mieux cacher la chute qui suit. En réalité seule l’union des civilisations nous permettra de rétablir la démocratie. C’est à nous de nous prendre en main, car demain nous n’aurons peut-être plus la possibilité de revenir sur nos erreurs. Nous qui croyons, comme nos ainés avant nous, que le monde ne peut plus être modifié, qu’il ne peut plus être autrement qu’il est, un tel événement devrait nous rendre la raison : le monde a déjà basculé de nombreuses fois avant nous, et nous avons du à de nombreuses reprises recommencer tout de zéro, ou presque. Sommes-nous donc obligés de recommencer toujours les mêmes erreurs ?

Engageons-nous pour que la décadence de notre civilisation ne se transforme pas en destruction, et arrêtons-nous un moment pour réfléchir aux possibilités qui nous sont pourtant offertes, ensemble, pour nous-mêmes mais aussi pour les autres, ceux qui nous suivront sur cette Terre. Les solutions existent : à nous de les rendre réelles.
Caleb Irri

Mecanoblog
C’est ce qu’on appelle être à la croisé des chemins…
Totalement vrai! rien à rajouter.
Merci Antares!

Jo ^^

l’influence du Soleil sur l’humain et notament des explosions solaires

Cela parait incroyable ; pourtant, nous savons que le comportement est commandé par la physiologie et nous avons maintenant la preuve que le Soleil exerce un effet direct sur une part de notre chimie corporelle. Maki Takata, de l’Université de Toho, au Japon, est l’inventeur de la « réaction Takata » qui mesure la quantité d’albumine dans le sérum sanguin.
Elle passe pour être constante chez les hommes, et varier chez les femmes suivant le cycle menstruel ; or, en 1938, tous les hôpitaux qui pratiquaient ce test signalèrent une soudaine élévation de niveau chez les deux sexes.
Takata entreprit une expérience sur des mensurations simultanées du sérum provenant de deux hommes séparés par cent soixante kilomètres.
Sur une période de quatre mois, leurs courbes de variation quotidienne furent exactement parallèles, et Takata conclut que le phénomène devait être mondial et dû a des facteurs cosmiques.

Sur une période de vingt années, takata s’est trouvé en mesure de montrer que les modifications du sérum sanguin se produisent surtout quand les taches solaires majeures interfèrent avec le champ magnétique terrestre. Takata fit des tests au cours des éclipses de 1941, 1943 et 1948 et constata qu’elles inhibaient sa réaction autant que si on les pratiquait dans un puit de mine à deux cents mètres sous terre.
Il expérimenta aussi sur des sujets qui se trouvaient à bord d’un avion volant à près de dix mille mètres et découvrit que la réaction se produisait plus fortement à des altitudes ou l’atmosphère est trop mince pour fournir une protection efficace contre les radiations solaires.
De récents travaux soviétiques viennent appuyer l’idée que notre sang est directement affecté pas le Soleil.
Plus de 120 000 tests furent pratiqués sur les gens d’une station de la mer Noire en vue de mesurer la quantité de lymphocytes contenus dans leur sang.
Ces petites cellules constituent normalement 20 à 25% des globules blancs de l’homme, mais dans les années de grande activité solaire, cette proportion décroît.
Il y eut une forte baisse au cours des années à taches solaires de 1956 et 1957, et le nombre de personnes souffrant de maladies provoquées par une déficience en lymphocytes doubla en fait durant la formidable explosion solaire de février 1956.

D’autres maladies affectées directement par les troubles magnétiques comprennent la thrombose et la tuberculose.
Le 17 mai 1959, il y eu trois éruptions solaires d’une grande puissance.
Le lendemain, vingt personnes atteintes de crises cardiaques furent admises dans un hôpital de la mer Noire qui normalement reçoit une moyenne de deux cas par jour.

Deux spécialistes français du coeur ont découvert qu’il existe une corrélation entre le Soleil et les infarctus du myocarde ( arrêt du coeur provoqué par des caillots sanguins ).
Il émettent l’hypothèse que la radiation solaire favorise la formation de caillots sanguins près de la peau chez les personnes ayant cette prédisposition, et que ces caillots produisent alors des blocages fatals au sein de l’artère coronaire. ( Ne dit-on pas trou coronal, pour le Soleil -Note de Ferlin)
L’hémorragie dans les poumons des tuberculeux suit un processus similaire. Les jours les plus dangereux sont ceux où l’on peut voir une aurore boréale – c’est à dire les jours où une forte activité des radiations solaires perturbe l’atmosphère.

Lyall Watson (biologiste et anthropologue) – Histoire naturelle du surnaturel.
1973

ACTUALISATION sujet 2 « connaissance et découverte de nos jours »

A l’heure où je poste cette traduction, on en est à une douzaine d’éruptions solaires en deux jours, même si elles ne sont que de classe M…
Comme nous sommes reliés au Tout, j’ai cherché à connaître les effets de ces « solar flares » sur notre corps et notre psychisme et voici ce que j’ai trouvé.

Photo SDO du 6 mars 2011
Mars 2011Qu’est exactement une éruption solaire et comment nous affecte-t-elle ?
Une éruption solaire est un orage magnétique sur le Soleil qui se manifeste comme une tache très brillante et un jaillissement gazeux de surface, comme le montre la photo ci-dessus. Les éruptions solaires libèrent d’énormes quantités de particules d’énergie et des gaz extrêmement chauds. Elles sont éjectées à des milliers de kilomètres de la surface du Soleil.
Selon Mitch Battros, du site « Earth Changes Media » , une des prophéties /prédictions les plus connues des anciens Mayas est le message d’un changement de paradigme pour notre ère. Avec leurs mots à eux, ils nous disent que nous sommes aujourd’hui au temps du « changement et du conflit ». Le changement provient de ‘l’extérieur’, sous la forme de météorologie, de phénomènes naturels, de perturbations célestes (éruptions solaires) et de traumatismes que l’homme s’inflige lui-même.
Le conflit vient de ‘l’intérieur’ sous la forme de défi personnel, chagrin, confusion, dépression, anxiété et peur. Il est dit que nous sommes »à la croisée des chemins ». Le moment pour choisir une nouvelle voie, pour décider d’une nouvelle orientation de soi et de sa communauté, pour s’aventurer dans l’inconnu, pour trouver notre véritable identité en tant qu’être humain. D’autres choisiront de rester sur la même route, en contact avec le connu, et s’efforceront de maintenir une «prévisibilité».
Une étude récente publiée dans le New Scientist, indique une connexion directe entre tempêtes solaires et effets biologiques chez l’homme. Le conduit qui facilite le passage des particules chargées provenant du Soleil qui perturbent l’être humain est exactement le même que celui qui dirige le temps sur Terre par l’intermédiaire du champ magnétique terrestre, et aussi par l’intermédiaire des champs magnétiques qui entourent l’homme.
Les récentes tempêtes géomagnétiques sont à l’origine d’évènements de changements terrestres sous forme de tremblements de terre, d’éruptions volcaniques, d’ouragans, de tornades et de tempêtes.
L’activité géomagnétique du Soleil influe sur nos pensées
L’activité solaire est connue pour influencer la conscience humaine. Les éruptions solaires affectent le système nerveux central, toute l’activité du cerveau (y compris l’équilibre), ainsi que le comportement et toutes les réponses psycho-physiologiques (mentale, émotionnelle et physique). Les éruptions solaires peuvent nous rendre instables, anxieux, inquiets, nerveux, sujet aux vertiges, aux tremblements, irritables, léthargiques, épuisés, affligés de pertes de mémoire, de palpitations, de nausées et de tournis, et le dernier mais pas le moindre, d’avoir une pression crânienne constante et des maux de tête; avez-vous connu l’un de ces symptômes ces derniers temps?
Les éruptions solaires et les vagues de photons modifient la structure de notre réalité physique car ils ont un effet puissant sur les cellules du corps, permettant à nos mémoires cellulaires de s’éveiller et de voir clair. Nous vivons souvent ceci quand le corps chauffe sous la forme de « bouffées de chaleur. » Les émotions basiques se logent dans nos cellules sous forme d’énergie à basse fréquence par suite d’expériences et de traumatismes jamais intégrées, pour se stocker en tant que mémoires cellulaires. L’énergie photonique possède une fréquence beaucoup plus élevée qui relève la fréquence émotionnelle. Ainsi, nous nous libérons de ces émotions basiques de tristesse et de chagrin sans savoir pourquoi. Ces périodes durent environ vingt minutes et nous nous demandons d’où proviennent ces sentiments de cafard. Notre modelage interne est connecté à la conscience cellulaire et lorsque ce modelage est amplifié par des énergies photoniques, différents éléments s’échappent de notre conscience et nous commençons à nous souvenir du but de notre âme. Nous sommes amenés à apporter des changements dans notre vie mais nous ne comprenons pas vraiment pourquoi.
Le fait intéressant à propos de cette énergie, c’est que depuis que sa fréquence s’est élevée, elle nous donne le pouvoir de manifester immédiatement nos pensées, ce qui signifie que tout ce que nous pensons, nous le créons instantanément. Ce n’est jamais arrivé dans notre vie et c’est pourquoi beaucoup de gens écrivent des livres sur le pouvoir d’attraction.
L’énergie photonique se branche à nos pensées, il est donc important de savoir ce que nous voulons, plutôt que le contraire, sinon nous allons manifester surtout ce que nous ne voulons pas. Si vous êtes dans un processus de changement et de transformation, cette énergie fonctionne bien pour vous. D’un autre côté, si vous êtes coincé dans le passé par une attitude de victime et par de la colère, vous manifesterez davantage de raisons pour rester coincé dans cette persécution jusqu’à être prêt à vous en libérer.
Note: Les textes anciens, y compris la Bible, nous disent de regarder vers le ciel comme le créateur d’un catalyseur apportant des changements sur Terre.
Les effets des récentes éruptions solaires

Beaucoup de gens se sentent depuis peu agités et mal à l’aise. Les éruptions solaires peuvent briser les vieux schémas inutiles afin que de nouveaux puissent émerger. Cela peut nous rendre hyperactifs et épuisés tout à la fois. Cela peut également causer des ravages avec la technologie comme les ordinateurs.
Nous commençons à remarquer plusieurs nouveaux symptômes. Le temps et l’espace commencent à vaciller de manière encore plus erratique que par le passé. Nous semblons perdre la notion du temps. Nous perdons nos mots en parlant. Beaucoup d’entre nous dorment mal. . . à nouveau. On se tourne et retourne pendant la nuit et beaucoup de gens font des rêves inhabituels. Notre corps vit des hauts et des bas sur le plan de l’énergie. On entend parler de nausées, de douleurs et de vertiges. Beaucoup de gens éprouvent un sentiment de tristesse accablante. Certains se sentent comme s’ils marchaient sur l’eau. D’autres disent que quand ils ferment les yeux la nuit, tout tourne. Des personnes rapportent des troubles visuels, des problèmes d’oreille interne, des bourdonnements d’oreilles, des problèmes de gorge et de thyroïde, des pieds froids, et même un symptôme bizarre de langue sèche.
Éprouvez-vous l’une ou l’autre chose ? Il n’y a pas de quoi avoir peur…juste en prendre conscience, se reposer davantage et boire beaucoup d’eau. Et quoi que vous fassiez, gardez à l’esprit que nos systèmes sont en révision, d’une manière qui nous permettra en fin de compte de résonner à une fréquence beaucoup plus élevée.
SOURCE
Traduction Hélios

http://www.blogger.com/post-edit.g?blogID=8801993378108352240&postID=61…par Hélios