Archives quotidiennes : 21 juin 2011

La voie ou le chemin

 
 
 
Beaucoup de gens me demandent si ils sont sur le bon chemin,
 
c’est une question qui revient sans cesse.
 
Les doutes, les peurs de se tromper de voie,
 
de faire des erreurs assaillent l’esprit en quête de vérité.

 

Mais qu’est-ce que le chemin ? 
 
La voie ou le chemin ce n’est pas seulement adhérer à une religion,
 
à un mode de vie, à une technique ou de suivre des enseignements.
 
Cela fait partie de votre voie, mais ce n’est pas la voie.
 
La voie c’est votre vie dans son ensemble
 
et vous y êtes en plein dedans.

 

Observez comme toutes les voies qui sont proposées sont restrictives,
 
on vous demande de faire ceci et cela, de ne pas faire ceci ni cela,
 
de faire comme ci et comme ça,
 
alors on fait gentiment ce qu’on nous dit
 
parce qu’on « croit » qu’ils savent ce qui est bon pour nous.
 
Oui bien sûr, des effets se font ressentir,
 
on peut également développer des « pouvoirs » qui vont
 
satisfaire notre ego et créer une « belle » image de nous même
 
à montrer aux autres.
 
Mais l’éveil dans tout ça ? Quand est-ce qu’il survient ?
 
Après des années et des années de pratique ? Ou peut être jamais ?
 
En tout cas c’est toujours pour plus tard et on passe à coté de l’essentiel.
 
L’essentiel est là, dans l’instant présent.

 

Alors pratiquez pour le bonheur, pour la joie, mais n’attendez
 
rien d’autre de cette pratique que ce qu’elle
 
vous apporte à l’instant.

 

Il existe autant de chemins que d’individus et personne ne peut vous dire
 
de suivre le même chemin que lui.

 

Votre vie vous met en relation avec les événements les plus propices à votre  
éveil et cela avec toute la patience et l’amour de la création.
 
On a tout le temps qu’il faut et rien ne presse, pourquoi d’ailleurs être pressé  
d’atteindre un but, pourquoi cette impatience à désirer autre chose que ce qui est là ?
 
L’impatience ne fait que créer de l’anxiété et on se prive de goûter la joie de l’instant.
 
Tout a un sens et rien n’est là par hasard, tout ce qui se présente à vous est ce qui  
peut vous arriver de mieux dans le moment présent, même si parfois
 
c’est difficile ou douloureux.
 
Les expériences les plus dures à vivre sont toujours des occasions de nous  
remettre en question et de regarder en nous même ce qui se passe.
 
Ce que l’on considère comme erreurs sont en fait des passages
 
de notre vie qui mettent en lumière nos fonctionnements,
 
nos rapports avec les autres et avec notre environnement. 
 
  
 
 
 
   
 
Pourquoi vouloir atteindre un état particulier,
 
pourquoi désirer s’éveiller ?
 
Tant qu’on entretient de tels désirs, on est dans le devenir. 
On n’a pas à devenir ou à grandir, on est déjà cela, on est
 
déjà l’infini silence d’amour et cela se révèle lorsque
 
l’on abandonne tout désir de devenir autre chose que ce qu’on est à l’instant.
 
Voir, observer et ressentir.
 
Etre totalement présent à ce qui est là en cet instant.
 
On aura beau travailler très dur inconsciemment à conserver
 
notre identité ou une image de nous même,
 
le dépassement de l’ego adviendra d’une manière ou d’une autre.
 
Pourquoi être pressé ? Croyez-vous en être à votre première vie ?
 
On a tout le temps qu’il faut et on a toutes les vies qu’il faut,
 
rien ne presse.
 
Cette vie n’est qu’une page dans un roman infini.
 
On est ici pour goûter à la vie terrestre,
 
pour explorer et découvrir, explorer comme un enfant
 
qui va à la découverte de son environnement,
 
ses découvertes l’émerveillent, ses yeux brillent de joie
 
et même si il chute, si il trébuche, il se relève
 
et repart le coeur heureux. 

 

Soyez heureux et détendez-vous, tout est en ordre dans l’univers. 
 
  – Totem – 

Lâcher prise

 
Image : © www.artgroup.com 
 
 
Lâcher prise, c’est comme regarder un coucher de soleil en
 
ressentant simplement ce que cela éveil en nous.
 
Se placer en observateur sans commentaires intérieures ni analyses.
 
Se laisser totalement envahir par l’image qui vient à nous.
 
Accueillir l’émotion ou la sensation sans faire intervenir le mental.
 
Laisser cela être et l’accueillir en silence.
 
Ressentir sans nourrir de pensées, laisser les pensées s’envoler
 
d’elles mêmes sans essayer de les chasser.

 

Lâcher prise, c’est comme ce merveilleux instant lorsqu’on arrive dans la  
chambre d’hôtel pour les vacances et que l’on pose enfin les valises.
 
On goûte simplement la joie de l’instant et on est totalement
 
disponible à la nouveauté et à la découverte.
 
Alors posons à chaque instant nos valises que l’on porte depuis
 
si longtemps et apprécions cet instant.
 
Si on a des choses à régler, prenons un moment pour réfléchir à la  
meilleure façon d’agir et passons à l’action lorsque le moment est venu.
 
La vie se charge de nous mettre en situation lorsque
 
le moment opportun d’agir se présente.
 
En dehors du moment de la réflexion et de l’action laissons
 
cela de côté et n’y pensons plus.
 
Sinon, on ne fait qu’entretenir et nourrir une activité mentale
 
qui nous éloigne du moment présent et cela peut créer en
 
nous un climat d’anxiété, de nervosité ou d’impatience.

 

Lâcher prise c’est permettre à tout ce qui est présent
 
à l’instant, d’être là, sans résistance aucune.
 
C’est accepter la réalité de l’instant présent en état
 
intérieur de non-résistance.
 
C’est aller avec le mouvement de la vie, comme dans certains
 
arts martiaux où l’on utilise la force de l’autre pour
 
ne pas se laisser déstabiliser.
 
Cela n’empêche en aucun cas d’entreprendre une action
 
lorsque cela s’avère nécessaire.
 
Simplement cette action ne sera pas menée en réaction à
 
quelque chose ou à quelqu’un et sera dénuée de toute négativité.
 
A travers le lâcher prise, la paix intérieure émerge du plus
 
profond de nous même, rayonne à travers nous et c’est tout
 
notre environnement qui entre en résonance avec cette paix.  
 
 
 

 

 

Tout ce que fait l’être humain est fait dans le but d’être heureux.  
Directement ou indirectement.
 
Même si votre travail ne vous plaît pas, vous le faites dans le but de gagner de  
l’argent et ainsi pouvoir entre autre vous payer des choses qui vous font plaisir.
 
L’humain recherche par tous les moyens le bonheur et tente par tous les  
moyens d’échapper à la souffrance. 
A part ceux qui y trouvent du plaisir et dans ce cas ils ressentent le bonheur  
dans cette souffrance. C’est pour cette raison que c’est très difficile
 
d’accepter la souffrance. Même si vous cherchez à la fuire ou à l’étouffer,
 
vous n’y arrivez pas, elle est toujours présente même si vous la masquez.
 
Si vous souhaitez la dépasser, il vous faut y faire face en acceptant de la ressentir.
 
Ressentez là et observez ce que vous ressentez sans analyser, sans vous laisser  
entraîner par le mental vers les circonstances qui ont déclenché cette souffrance.
 
Si des pensées viennent, laissez-les être là sans les nourrir,  
sans vous attacher à elles et reportez votre attention sur le corps.
 
Restez présent à tout ce que vous ressentez.
 
Le fait d’observer, va vous permettre d’être détaché.
 
Lorsqu’on est observateur, il se crée automatiquement une
 
distance entre l’observateur et le sujet observé ( la souffrance ).
 
On n’est plus à ce moment là identifié à cette souffrance et on perçoit cela  
comme une création que l’on crée soi-même à chaque instant et que l’on  
maintient en vie par l’énergie qu’on lui insuffle au moyen de la pensée.
 
Autorisez-vous maintenant à lâcher prise, ne la nourrissez plus de vos pensées,  
ne lui insuffler plus d’énergie, laissez cela se dissoudre.

Accepter est le premier pas vers le lâcher prise.
 

 
– Totem –