Ce que votre médecin ne vous dira pas sur l’acné


Souvenez-vous. Vous aviez 17 ans. Tout était prêt pour ce rendez-vous qui, enfin, s’était présenté. Le lieu, le programme, la personne, pour la première fois, vous sentiez que les conditions idéales étaient réunies. Et voilà que le jour J, en vous levant le matin, vous vous êtes regardé dans la glace et… horreur ! Un énorme bouton d’acné, un gyrophare de pompier, avait surgi pendant la nuit, au pire endroit.

Immédiatement, votre impatience s’est changée en un sentiment d’angoisse… et de désespoir. Vous avez eu envie de disparaître. Tout était compromis. « Autant tout annuler tout de suite, vous êtes-vous dit. Je ne peux même plus sortir de chez moi. Comment oserais-je encore montrer mon visage à quelqu’un, dans cet état ? »

Les adolescents « boutonneux » sont souvent le sujet de moqueries, mais les adultes qui se permettent d’en rire devraient se souvenir que, à un âge où l’on est déjà très vulnérable, l’acné est tout sauf une plaisanterie.

« Quand je me nettoie le visage, il y a du sang qui coule »

Pour beaucoup d’adolescents, c’est une préoccupation de chaque instant, qui a de lourdes conséquences sur leur joie de vivre, et qui les empêche d’avoir confiance en eux-mêmes, et de développer des relations normales avec leur entourage. « J’ai le visage couvert de boutons, c’est affreux. Quand je me nettoye le visage, il y a toujours du sang qui coule », témoigne l’un d’eux sur le forum Doctissimo consacré à l’acné.

Mais l’acné touche aussi beaucoup d’adultes, qui n’en souffrent pas moins.

Pour ces raisons, il n’est pas étonnant que de nombreuses personnes dépensent une énergie et des moyens considérables pour essayer de trouver une solution à leur acné. Et après avoir essayé les traitements en vente libre, elles se tournent vers les médicaments sur ordonnance.

L’industrie pharmaceutique n’a pas mis longtemps à détecter qu’il y avait là un gisement de profits. Et une concurrence à couteaux tirés s’est développée pour convaincre les adolescents (et leurs parents) que l’acné est une maladie que seul un traitement médical peut guérir.

Aujourd’hui, des milliers de sites Internet rivalisent de solutions miracles contre l’acné, et une visite chez le dermatologue vous vaudra probablement de recevoir une ordonnance pour le « tout dernier » médicament contre l’acné.

Les traitements prescrits par les médecins

Un des seuls points d’accord du corps médical sur l’acné est qu’il s’agit d’une inflammation de votre peau, qui apparaît en général sur le visage, le cou, les épaules, le dos et la poitrine. Une bactérie dans votre peau provoque un bouton rouge, et douloureux, qui ne tarde pas à s’infecter.

Pour les traiter, les pharmacies vendent des crèmes et des gels qui contiennent un antiseptique (le péroxyde de benzoyle, le plus souvent) pour tuer les bactéries.

Comme ces produits n’agissent qu’en surface, il ne suffisent pas dans la grande majorité des cas et les personnes se tournent alors souvent vers une crème contenant un antibiotique, puis vers des antibiotiques par voie orale, en particulier la classe des tétracyclines et l’érythromycine, présentés comme efficaces contre les bactéries rencontrées dans les boutons (Propionibacterium acnes principalement).

Il n’est alors plus question de s’exposer au soleil, la peau devant hypersensible, et les antibiotiques détruisant les bonnes bactéries en même temps que les mauvaises, votre système immunitaire s’affaiblit. Votre risque de contracter une maladie infectieuse, lui, s’accroît considérablement.

Surtout, l’usage chronique d’antibiotiques conduit à la prolifération de germes multi-résistants (résistants à de multiples antibiotiques différents) très difficiles, voire impossible, à combattre.

De plus, l’erythromycine peut causer des dégâts aux dents et au squelette.

Une autre « solution » proposée par les médecins et dermatologues est une pilule contraceptive fortement dosée, le Diane 35, qui freine la production et l’excrétion du sébum (la graisse de la peau). Ce traitement n’est efficace qu’au bout de 3 à 4 mois minimum. Mais surtout, la question est de savoir s’il est raisonnable de le donner à des jeunes adolescentes, sachant qu’il pourrait être dangereux pour les femmes de prendre une contraception hormonale pendant plus de 10 ans de leur vie, à cause des risques d’embolie pulmonaire et de cancer du sein.

Des effets secondaires gravissimes

Mais là où l’on touche vraiment à un très grave problème d’éthique médicale, c’est avec le Roaccutane, un médicament à base d’isotrétinoïne, inventé dans les années 1980 et présenté comme l’arme fatale contre l’acné.

Tout d’abord, les effets secondaires indésirables pour la personne qui prend du Roaccutane peuvent être d’une extrême gravité : sécheresse cutanée et des lèvres, dépression, psychoses, et même suicide.

Mais surtout, ce produit est tellement violent que, si une femme tombe enceinte alors qu’elle est sous traitement, il est sûr à quasiment 100 % que son enfant souffrira de graves malformations.

De plus, selon une série d’études réalisées aux Etats-Unis, on observe une relation entre la prise de Roaccutane et une augmentation du taux de triglycérides, de cholestérol et du syndrome du côlon irritable, des maux de tête, de la déminéralisation osseuse, etc.

Qu’importent, se diront certains, si cela peut remettre d’aplomb un adolescent profondément déstabilisé par une acné qui lui ravage le visage ?

Eh bien le fait est que tous ces traitements violents et dangereux ne sont en réalité absolument pas nécessaires pour traiter l’acné.

Car il se trouve que l’acné est un des problèmes de santé qui se soigne le mieux par des moyens naturels.

Les solutions naturelles efficaces

Comme tant d’autres maladies chroniques (comme le diabète, les maladies cardiovasculaires et l’obésité), l’acné est une maladie qui touche les pays industrialisés… Mais savez-vous que les adolescents des sociétés traditionnelles d’Amazonie ou de Nouvelle-Guinée ne connaissent pas l’acné, pas plus qu’ils ne consomment de céréales raffinées, de sucres, et de produits laitiers ?

Une des principales causes de l’acné est d’ordre nutritionnelle, et environnementale.

On sait aujourd’hui qu’un régime pauvre en glucides et en lait, ou même sans glucides ni lait, pourrait peut-être vous rendre une peau intacte, de façon permanente !

Une étude publiée en 2007 dans le American Journal of Clinical Nutrition, de jeunes hommes (entre 15 et 25 ans) souffrant de problèmes d’acné ont suivi un régime à index glycémique faible pendant 12 semaines. Les chercheurs ont constaté une forte diminution de leur acné.

Lutter contre le stress

Un autre facteur majeur d’acné est le stress : le stress est une cause essentielle d’infections. Une étude réalisée auprès d’une population d’étudiants a démontré que ceux qui étaient les plus stressés pour leurs examens étaient également ceux qui avaient les plus fortes poussées d’acné. Il est donc capital d’inclure, dans un programme sérieux de lutte contre l’acné, des stratégies de lutte contre le stress.

Prenez de grande décision dans votre vie qui supprimeront les causes majeures d’inquiétudes et d’angoisse. Faites des activités sportives, relaxantes, culturelles, intellectuelles et spirituelles vous permettant de diminuer votre niveau de stress.

Un facteur essentiel : l’hydratation

Pour une belle peau, l’hydratation est essentielle. Non par des crèmes hydratantes, mais tout simplement en buvant suffisamment d’eau. Votre peau est le plus grand organe individuel de votre corps. Si vous ne buvez pas assez, c’est elle qui en souffre la première. Et souvenez-vous bien que ce n’est pas des boissons gazeuses, ni du lait, ni même des jus de fruit frais dont votre corps a besoin, mais d’eau pure. Toutes les boissons sucrées, y compris celles qui sont présentées comme « bonne pour la santé » sous prétexte qu’elles contiennent des vitamines ou des antioxydants, sont en réalité inférieures à l’eau pure, en terme de bienfaits sur votre santé.

Lorsque votre hydratation est optimale, vous urines sont jaunes claires. Si elles sont trop claires, vous buvez trop, ce qui peut entraîner une perte de vos réserves minérales. Si vous ne buvez pas assez, vos urines sont jaunes foncées : cela peut vouloir dire que votre peau n’est pas assez hydratée.

Exercice physique et sauna

Evacuez vos toxines en faisant de l’exercice physique et en allant, si vous en avez la possibilité, au sauna pour purifier votre peau par la sudation (transpiration).

Sommeil

Optimisez la durée et la qualité de votre sommeil : lorsque vous dormez bien et profondément, vos glandes surrénales se régénère, ce qui diminue votre niveau de stress dans la journée. De plus, votre peau se régénère pendant le sommeil.
A votre santé,

Jean-Marc Dupuis

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s