Diabète : le nouveau tueur de masse


Si vous vous sentez fatigué ou irritable, il y a une chance sur quatre que vous ayez un problème de diabète.

Le diabète est la maladie qui progresse le plus vite aujourd’hui au niveau mondial. Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), en 2003, 194 millions de personnes souffraient de diabète à travers le monde.

Ce chiffre est déjà affolant. Mais il va croître de 70 % en quelques années. En 2025, ce seront plus de 330 millions de personnes dans le monde qui vivront avec le diabète !

Chez nous, la maladie est en progression très rapide : plus de 3 millions de Français sont diabétiques dont 90 % atteints de diabète de type 2, auxquels il faut ajouter les 500 000 Français, diabétiques sans le savoir.

Si vous avez plus de 65 et que vous avez une surcharge pondérale, vous êtes dans le collimateur.

C’est un problème à prendre au sérieux car le diabète n’a pas seulement des conséquences sur votre niveau d’énergie et votre humeur :

– Il augmente fortement votre risque de subir un infarctus. Environ 20 % des accidents vasculaires cérébraux surviennent chez des diabétiques.

– Le diabète est responsable de 10 000 amputations par an soit plus de la moitié des amputations dans le monde.

– Vous pouvez devenir aveugle : le diabète est la 1ère cause de cécité avant 50 ans.

Fausses informations sur le diabète

Et pourtant, l’essentiel de ce que vous avez sans doute entendu au sujet du diabète pourraît être inexact. Il existe une quantité énorme d’informations fausses qui circulent sur les origines de l’épidémie, y compris de la part de sources apparemment compétentes.

La grande majorité des diabétiques n’ont aucune idée de la façon dont ils pourraient inverser la maladie. Beaucoup ne réalisent même pas que c’est possible. Et malheureusement, en suivant les avis médicaux conventionnels, vous risquez de vous retrouver avec de graves problèmes de santé, qui peuvent aller jusqu’au décès prématuré.

Car la réalité est que non seulement vous pouvez prévenir facilement l’apparition du diabète de type 2, mais vous pouvez même en guérir, à partir du moment où vous êtes prêt à faire certains changements dans votre style de vie qui restaureront votre sensibilité à la leptine et à l’insuline.

Les différents types de diabète

Il existe un diabète de type 1, et un diabète de type 2, qu’il ne faut pas confondre.

Le diabète de type 1 est une maladie rare, qui touche une personne sur 250 et qui apparaît souvent dans la jeunesse, avant 20 ans. Il n’existe pas de traitement connu. On parle de diabète « insulino-dépendant » parce que les malades doivent s’injecter de l’insuline, par opposition au diabète de type 2 qui est non-insulino-dépendant.

Dans le diabète de type 1, c’est votre propre système immunitaire qui détruit les cellules de votre pancréas qui produisent de l’insuline, ce qui conduit à un déficit total d’insuline dans votre corps.

Il semblerait cependant que les femmes peuvent réduire le risque que leur enfant soit diabétique en s’assurant d’un bon apport en vitamine D durant leur grossesse. Selon une étude publiée dans la revue The Lancet, un bon taux de vitamine D chez les nouveaux-nés diminue même le risque de diabète de type 1 de 80 % ! Bien entendu, il s’agit des résultats d’une étude seulement. Dans l’ensemble, on observe plutôt un taux de 30 %. En effet, la vitamine D élimine certaines cellules du système immunitaire qui pourraient jouer un rôle dans l’origine du diabète de type 1. (1)

Si vous avez un diabète de type 2, votre corps est en général capable de produire de l’insuline mais les cellules ne répondent plus à sa présence.

Le glucose de votre sang ne parvient plus à entrer dans vos cellules et s’accumule dans votre sang, ce qui provoque de nombreux problèmes. C’est pourquoi on parle de « diabète sucré », votre glycémie (taux de sucre sanguin) s’élevant de façon excessive.

Les symptômes du diabète de type 2

Lorsque vous êtes atteint du diabète de type 2, vous avez les symptômes suivants :

– Soif

– Faim extrême (même après les repas)

– Fatigue

– Irritabilité

– Nausées, vomissements

– Gain ou perte de poids inhabituel

– Infections

– Problèmes de cicatrisation

– Engourdissement, perte de sensibilité des mains et des pieds

– Vision troublée.

Les conséquences du diabète de type 2 sont :

– des problèmes cardiaques et vasculaires (dans vos vaisseaux sanguins) ;

– un risque plus élevé d’attaque et de cancer ;

– l’obésité ;

– hypertension ;

– cécité.

Votre médecin vous proposera des médicaments pour le diabète de type 2 ; mais il faut savoir que certains de ces médicaments, qui augmentent artificiellement votre taux d’insuline, provoquent une accumulation de mauvaises graisses dans votre organisme, qui peut conduire à une forte hausse de votre risque de maladies cardiovasculaires.

Le roziglitazone, un médicament contre le diabète, est considéré comme responsable de la mort de dizaines de milliers de personnes aux Etats-Unis.

Néanmoins, comme il ne faut JAMAIS, en aucun cas, arrêter un traitement médical sans en avoir parlé à son médecin, continuez de toutes façons votre traitement s’il vous a été prescrit.

Mais si vous voulez en finir réellement avec les causes du diabète de type 2, votre objectif doit être de retrouver une sensibilité normale à l’insuline et à la leptine, de façon naturelle. Et la bonne nouvelle est que c’est parfaitement possible.

Leptine et insuline doivent devenir vos alliées

La leptine est une hormone produite par vos cellules graisseuses. On l’appelle l’hormone de la satiété parce qu’elle indique à votre cerveau quand vous devez manger, combien vous devez manger, et, plus important que tout, quand arrêter de manger. Vous devez donc agir pour redevenir sensible à la leptine, afin que votre appétit se calme dès que vous avez assez mangé pour assurer les besoins de votre organisme.

L’insuline, de son côté, est une hormone qui indique à votre corps qu’il peut stocker le sucre que vous avez dans le sang sous forme d’amidon dans votre foie (glycogène) ou sous forme de graisses. C’est pourquoi, en cas de diabète de type 2, la pire chose à faire est de prendre de l’insuline supplémentaire. Certes, cela fera baisser votre taux de sucre sanguin, mais l’effet sera d’aggraver le problème que vous souhaitez combattre.

Votre objectif est de restaurer une sensibilité normale de votre corps à la leptine l’insuline, et le seul moyen de le faire est de modifier votre alimentation et votre style de vie.

Fructose : le pire ennemi des diabétiques

La première chose à faire est de diminuer votre consommation de fructose concentré, pour la faire tendre vers zéro. Ce ne sera jamais zéro car cet ingrédient, malgré ses effets délétères pour la santé, est très largement utilisé par l’industrie agroalimentaire.

Le fructose n’est pas nocif quand il est dans des fruits naturels (non transformés) car il est alors mélangé à des d’enzymes, des vitamines, des minéraux, des fibres et de la pectine. Cela veut dire que, contrairement au fructose concentré, il ne va pas passer directement dans votre sang dès que vous l’absorbez. Il va tranquillement voyager le long de votre intestin, où il sera lentement digéré avant d’être assimilé par votre corps.

Le principal problème du fructose concentré est qu’il n’est pas correctement « interprété » par votre corps. Dès que vous le consommez, il passe dans votre sang puis dans votre foie. Alors même qu’il s’agit d’un sucre très calorique, il ne supprime pas la production de ghréline (l’hormone de la faim), il ne déclenche pas la production de leptine (l’hormone de la satiété) et il augmente la production de triglycérides, ce qui fait grossir tout en donnant envie de manger plus !

Le fructose est donc vraiment le pire ennemi de la personne diabétique.

Méfiez-vous des « sucres lents »

Vous devez aussi limiter au maximum votre consommation de céréales et d’autres types de glucides. Contrairement à ce que l’on croit souvent, les bonnes protéines (d’origine végétale si vous êtes végétarien) et les lipides peuvent former la base d’un régime alimentaire sain. Les glucides complexes (pommes de terre, pâtes, pain, riz…) ne sont pas meilleurs pour votre santé que le sucre de table, les desserts sucrés ou les biscuits. Lorsque vous consommez des glucides, choisissez des aliments à Index Glycémique le plus réduit possible, ce qui implique en général d’éviter les aliments blancs et la cuisson à forte température.

Enfin, vous devez également veiller à :

– Faire de l’exercice physique : c’est une des clés principales d’un traitement efficace contre le diabète. L’exercice physique vous permet de réduire votre résistance à l’insuline et à la leptine.

– Veiller à vos apports en vitamine D : déjà associé au risque de cancer, de maladies cardiovasculaires, de maladies neurodégénératives, le manque de vitamine D serait également lié au diabète. Les chercheurs de l’Université de Melbourne, en Australie, viennent d’ailleurs de montrer que les personnes qui ont un faible taux de vitamine D ont plus de risques de développer un diabète de type 2 que les autres.

Pour déterminer l’association entre vitamine D et risque de diabète de type 2, les auteurs ont suivi 6537 personnes durant 5 ans et ont mesuré leur taux de vitamine D au début ainsi qu’à l’issue de l’étude.

Durant le suivi, 199 personnes ont développé un diabète de type 2. Les participants qui ont un taux de vitamine D inférieur à la moyenne ont 57 % plus de risques de diabète de type 2 que ceux qui ont un taux conforme aux recommandations. Par ailleurs, chaque augmentation de 25 nanomoles par litre du taux de vitamine D est associée à une réduction de 24 % du risque de diabète de type 2. (2)

Renforcer votre système immunitaire en améliorant la qualité de votre flore intestinale : la consommation régulière de probiotiques, des souches bactériennes ayant un effet positif prouvé sur la santé, améliore le fonctionnement général de votre organisme.

Il vous suffit pour cela de consommer des aliments fermentés : choucroute bio, fromage cru, soja fermenté (natto, miso), laits fermentés ou des compléments alimentaires probiotiques de haute qualité.

Et pour réparer les dégâts qui ont déjà été commis…

Si vous avez déjà le diabète de type 2 depuis longtemps, il est important de réparer les dommages créés dans vos organes et vos vaisseaux sanguins par l’excès de sucre, et d’améliorer vos apports en antioxydants.

L’effet protecteur des antioxydants pour les personnes diabétiques a été démontré en particulier dans le cadre d’une nouvelle étude sur publiée dans le European Journal of Clinical Nutrition sur les pousses de brocoli.

Consommées quotidiennement, elles boosteraient les défenses antioxydantes des personnes diabétiques, limitant ainsi leurs risques de souffrir de complications dues au stress oxydant.

Les chercheurs de l’Université des Sciences médicales Shahid Beheshti de Téhéran, en Iran, ont voulu évaluer les bénéfices des pousses de brocoli contre le stress oxydant. Pour cela, ils ont suivi 81 personnes souffrant de diabète de type 2 durant 4 semaines. Chaque jour, les participants ont reçu soit 5 grammes (g) de pousses de brocoli en poudre, soit 10 g, soit un placebo.

Les résultats montrent que les pousses de brocoli sont efficaces pour contrer l’oxydation. Après 4 semaines, le stress oxydant ainsi que les taux de composés marqueurs du stress oxydant (tel le cholestérol LDL oxydé et le malondialdéhyde) ont diminué chez les personnes ayant consommé les pousses de brocoli.  Par ailleurs, leurs défenses antioxydantes ont augmenté au cours de l’étude. (3)

A votre santé,

Jean-Marc Dupuis

**********************

Publicité

Le site internet spécialisé www.lanutrition.fr. La coenzyme Q10 (CoQ10) est un facteur essentiel de la production d’énergie dans les cellules du corps humain. La CoQ10 est indispensable à la vie, et en particulier au bon fonctionnement du cœur et à la bonne santé cardiovasculaire. C’est aussi un antioxydant très puissant qui neutralise les radicaux libres. La production de CoQ10 par votre corps diminue avec l’âge et par la prise de statines (médicaments contre le cholestérol). L’alimentation en apporte très peu. Pour un complément alimentaire de CoQ10 respectant tous les critères d’efficacité : cliquez ici

**********************

Sources :

(1) The Lancet November 3, 2001;358:1476-1478, 1500-1503

(2) Gagnon C, Lu ZX, Magliano DJ, Dunstan DW, Shaw JE, Zimmet PZ, Sikaris K, Grantham N, Ebeling PR, Daly RM; Serum 25-Hydroxyvitamin D, Calcium Intake, and Risk of Type 2 Diabetes After 5 Years: Results from a national, population-based prospective study (the Australian Diabetes, Obesity and Lifestyle study). Diabetes Care. 2011 May;34(5):1133-8. Epub 2011 Mar 23.

(3) Z Bahadoran, P Mirmiran, F Hosseinpanah, M Hedayati, S Hosseinpour-Niazi and F Azizi; Broccoli sprouts reduce oxidative stress in type 2 diabetes: a randomized double-blind clinical trial. European Journal of Clinical Nutrition , (11 May 2011) | doi:10.1038/ejcn.2011.59.

**********************

Si vous n’êtes pas encore abonné et que vous souhaitez vous aussi recevoir cette newsletter gratuitement, envoyez un mail à contact@santenatureinnovation.fr en indiquant simplement « inscription » en objet.

Publicités

3 réponses à “Diabète : le nouveau tueur de masse

  1. Bonjour,

    Bravo pour votre site et merci de contribuer à la diffusion des infos de Santé & Nutrition.

    Cela vous serait-il possible d’ajouter à la fin des articles que vous republiez la phrase proposant aux lecteurs de s’abonner ?

    « Cet article vous a plu ? Vous pouvez vous inscrire à la newsletter en envoyant un mail à contact@santenatureinnovation.fr en indiquant simplement « inscription » en objet. »

    Un grand merci d’avance,

    Jean-Marc Dupuis

  2. diabétique de 70 ans , nous serions interessés par des conseils d’alimentation, précis, pour sortir de cette maladie encombrante ! Merci

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s