Vérités…et conseils sur la vitamine C …..!


Notre Vitamine C L’acide L-ascorbique n’est pas un médicament mais un complément alimentaire qui peut être pris tous les jours. La forme L- est la seule qui soit reconnue et assimilable par l’organisme. Cette forme de Vitamine C est essentielle pour des doses supérieures à deux grammes par jour. La dose de base pour un adulte en bonne santé est de 5 à 10 g par jour selon les individus et à répartir en trois fois dans la journée.

La Vitamine C, aussi appelée acide L-ascorbique, est impliquée dans tant de nombreux processus biochimiques, qu’après 40 ans de recherches et plus de 50.000 articles scientifiques publiés, on ne connaît pas encore toutes ses vertus. Elle est préconisée dans de nombreuses thérapies en médecines douces.

L’acide L-ascorbique est anti-scorbutique (d’où son nom). Le scorbut est une maladie provoquée par une carence enVitamine C (perte de poids, hémorragies au niveau des gencives, les dents se déchaussent et tombent)… Les marins du 17ème et du 18ème siècle coutumiers des longues traversées de la marine à voile étaient fréquemment atteints par le scorbut. Leur alimentation (céréales, viandes fumées et séchées…) était trop pauvre en Vitamine C. Un médecin écossais, James Lind, eut l’idée d’embarquer des citrons et des oranges et d’en donner régulièrement aux hommes d’équipage. Le problème fut réglé.

La Vitamine C a bien plus d’indications que le scorbut. Elle stimule les défenses naturelles, le tonus général, est préconisée contre les rhumes, la grippe, les diverses infections virales et bactériennes. Elle combat aussi les cancers, les troubles cardio-vasculaires et cérébraux-vasculaires, l’arthrose et le rhumatisme, le vieillissement, l’asthme, les allergies, les affections oculaires diverses, les ulcères, les affections des reins et de la vessie, le diabète et l’hypoglycémie, les agressions chimiques, biochimiques et physiques, l’état de choc etc.

Etant présente dans bon nombre de processus biochimiques, une complémentation de Vitamine C abaisse le taux de mauvaischolestérol et améliore l’absorption du fer. Ayant par ailleurs un effet anxiolytique avantageux elle est indiquée dans le traitement des schizophrénies. La Vitamine C élimine également les métaux lourds, les pesticides, les polluants et en facilite l’élimination à long terme dans les urines.

La Vitamine C que l’on trouve dans les fruits (acérola, kiwi, orange, citron…) et les légumes est de l’acide L-ascorbique, seule forme assimilable par l’organisme, c’est pourquoi la molécule reproduite en laboratoire doit être identique.

Ce qui est remarquable avec la Vitamine C (acide L-ascorbique) c’est que même prise à haute dose pendant de longue période elle est sans danger. La Vitamine C pure est acide de goût mais elle n’acidifie pas l’organisme ! Il y a peu de substances avec une telle activité physiologique qui soit non toxique. Son seul défaut est de ne pas être synthétisée par l’organisme humain auquel elle est indispensable.Vitamine C et autismeBienfaits Vitamine CProlonger la Vitamine CLe saviez-vous ?Vitamine C et microzymasDose Vitamine C ?Vitamine C à la rescousseNaturelle, synthétique ?Complot vs. la Vitamine CEffets secondairesSaturation de l'organismeMensonges & véritésQuoi de neuf ?Bien ou mal vivreBig PharmaMieux vos prévenir...Vitamine C et cancerUne vitamine spéciale !Linus PaulingNotre ange gardienLe pape de la Vitamine CLe point sur la Vitamine CPauling dernière interviewMort subite du nourrissonMaladie nosocomialeUn vrai chef d'orchestreLivres sur la Vitamine CPneumopathies sévèresOde à la Vitamine CVitamine C & calculs rénauxLa Vitamine C - Vitale !Interwiew Pr Balz FreiDr Jean-Pierre Willem

ACEROLA 1000  SPIRULINE BIO  OSTEOPATHIE    DR LUC BODIN    THERAPIE PAR LE SON

Mentions légales : toutes les informations fournies dans ce site proviennent d’autres sources fiables rédigées par des professionnels de santé ou des personnes qualifiées. Ces informations sont présentées de manière non-exhaustive et sont diffusées essentiellement dans un but d’information générale et ne sont pas destinées à remplacer la consultation d’un professionnel de la santé. Vous ne devez en aucun cas utiliser les informations contenues dans ce site pour établir un diagnostic ou déterminer un traitement. Ces informations sont fournies uniquement à titre instructif et ne visent pas à diagnostiquer, traiter ou guérir des maladies.

© VITCNAT 2009-2011

SOURCE  :

 HTTP://VITAMINE-C-FR.COM/INDEX.HTML


SYNTHESE DES BIENFAITS DE LA VITAMINE C

Participe à la synthèse du collagène, substance fondamentale de nos tissus

(os, dents, cartilages, artères, tendons, muscles, peau…)

et elle accélère la cicatrisation.

En cas de manque de Vitamine C,

le corps fabrique moins de collagène (ciment pour le corps)

et celui-ci manque de solidité.

Anti-oxydante, elle protège notre système cardiovasculaire,

renforce la paroi des capillaires sanguins, aide

à lutter contre les inflammations.

Réduit les taux de cholestérol et de triglycérides

(2 g par jour pendant un mois abaisse le LDL de plus de 16 %

et 2 à 3 g par jour baisse de 10 % le cholestérol total et de 40 % les triglycérides).

Participe à la synthèse des hormones de défense, joue un rôle très actif dans la production et l’efficacité de nos cellules immunitaires, qu’elle stimule.

Nécessaire aux défenses anti-infectieuses, elle améliore la mobilité des globules blancs, qui peuvent ainsi s’attaquer plus efficacement aux bactéries.

Réduit les réactions allergiques en diminuant le taux d’histamine secrétée lors d’une réaction allergique ouvrant de grandes perspectives pour l’asthme et le rhume.

Améliore nettement l’absorption

du fer et du calcium.

Indispensable à la synthèse des anticorps,

elle possède un effet antiviral à fortes doses.

Assiste la vitamine E. Agit sur l’horloge biologique.

Rajeunirait les spermatozoïdes et favoriserait la fertilité.

Aide à prévenir les troubles ou maladies de l’appareil respiratoire.

Prévient l’obstruction des artères (en association avec des bioflavonoïdes)
et, par le fait même, l’hypertension.
Joue un rôle déterminant dans la synthèse des neurotransmetteurs du cerveau et du système nerveux, d’où ses effets dynamisants et anti-fatigue.

Augmente le potentiel d’action de la vitamine B9 (acide folique) et s’oppose aux radicaux libres, source du vieillissement.

Evite la diminution de carnitine dans les muscles, dont le manque provoque fatigue et faiblesse (substance indispensable au cœur et muscles du squelette).

Participe à la synthèse de la noradrénaline, une hormone secrétée par les glandes surrénales pendant les situations de stress, d’où son rôle anti-stress.

Dégradate les substances toxiques (métaux lourds, pesticides, médicaments…) et les éliminent dans les urines.

Inhibe la formation d’agents cancérigènes (nitrosamines…).

Prévient la cataracte liée au vieillissement.

Antiscorbutique par excellence.

Saviez-vous que la Vitamine C (acide L-ascorbique) :

– prévient les maladies cardiovasculaires en bloquant la formation de cholestérol à 95 % !,

– est indispensable dans les mécanismes de défense immunitaire pour lutter contre toutes sortes d’infections bactériennes et virales,

– en intraveineuses guérit la polio, l’hépatite B et C,  la rougeole, la varicelle, l’herpès, la maladie de Lyme, la mononucléose…,

– annihile la plupart des poisons (exemple de l’amanite phalloïde comme l’a démontré, au risque de sa vie, le Dr Bastien),

– neutralise un nombre important de toxines (à la bonne dose par voie intraveineuse elle guérit une toxi-infection en quelques minutes),

– détruit de nombreux polluants et pesticides carcinogènes,

– élimine les métaux lourds de l’organisme (mercure, cadmium, plomb…),

– protège contre les infections urinaires et aussi contre le cancer de la vessie,

– a sur l’ensemble des métabolismes de l’organisme un effet réducteur et acide donc anti-cancer,

– à très haute doses en intraveineuse diminue le taux de survie de 50% des cellules cancéreuses sans affecter les cellules normales,

– joue un rôle thérapeutique important pour des personnes atteintes du SIDA,

– régule le métabolisme calcique en évitant tout problème de décalcification ou d’ostéoporose,

– neutralise les radicaux libres donc ralentit le vieillissement,

– joue un rôle important dans la protection et l’entretien en bon état des vaisseaux capillaires,

– permet la synthèse des hormones surrénales qui jouent un rôle essentiel en cas de stress,

– est un antianémique en favorisant la formation d’hémoglobine et l’absorption intestinale du fer,

– en complémentation systématique fait disparaître la mort subite du nouveau-né,

– est un antihistaminique naturel efficace contre les allergies,

– est un puissant stimulant cérébral (mémoire et intellect),

– maintient le tonus et permet de mieux affronter la fatigue,

– contrairement aux idées reçues, elle facilite le sommeil,

– facilite le transit intestinal,

– n’a aucune toxicité et peut donc être consommée indéfiniment.

Apports :

Supérieur à 2.5 grammes par jour : « physiologie optimale avec améliorations des performances physiques et intellectuelles, pathologie très réduite, retard encore plus marqué de la sénescence et allongement important de la durée moyenne de la vie. Il est évident que cet idéal de consommation optimale ne peut être atteint que par une alimentation riche en Vitamine Cnaturelle et toujours complétée par une supplémentation en acide ascorbique de synthèse… Ce qui est important, ce n’est pas de fixer un besoin minimal en Vitamine C qui permette de vivre « tout juste » et de ne pas mourir de scorbut. C’est au contraire le besoin optimal pour conserver une santé avec marge de sécurité, sénescence et longévité accrue. » p92-93 du livre du Docteur Corson.

Il faut prendre la dose quotidienne répartie en 3 fois dans la journée. Le matin, juste après le petit déjeuner, après le déjeuner et au coucher. La Vitamine C doit être prise à des doses suffisamment fortes car à des doses inférieures à 1.5 gramme par jour, aussi étrange que cela puisse vous paraître, ne sera pas efficace.

Attention aux arnaques :

Certains types de préparations laissent sous-entendre une quantité importante de Vitamine C, alors qu’il s’agit en réalité de préparations dosées à moins de 5 % de Vitamine C. Les 95 % restant sont composés principalement de sucre, de colorants, d’édulcorants de goût, de stabilisants qui représentent une quantité importante de calories et d’autres substances chimiques inutiles. La Vitamine C pure est de couleur blanche (extraite de l’acérola la Vitamine C naturelle est de forme lévogyre, celle de synthèse, à condition quelle soit également de forme lévogyre a la même efficacité, la molécule étant identique (acide L-ascorbique). Si certaines formes de Vitamine C sont colorées, cette teinte est soit le résultat d’un apport de colorant, soit le résultat d’une oxydation (lorsque la Vitamine C vieillit ou qu’elle se trouve exposée à la lumière, elle s’oxyde et vire au jaune safran).

Lecture recommandée :

« Notre ange gardien la VITAMINE C« Du Docteur Corson – Guy Trédaniel éditeur – ISBN : 2-85707-759-9.

QUELLE DOSE DE VITAMINE C ?

La VITAMINE C (acide L-ascorbique) est essentielle pour éliminer de notre corps les diverses pollutions (pesticides, métaux-lourds, poisons etc.) présent dans notre environnent. Elle nous permet également d’éviter la déshydratation liée à la sénescence et de nettoyer notre corps des cendres et radicaux libres qui résultent de son métabolisme normal. C’est la reine des vitamines car elles possèdes de nombreuses propriétés. Pour en retirer tous les bénéfices voici les doses :

DOSE

QUOTIDIENNE

EFFETS SUR LA SANTE

(d’après les connaissances scientifiques et la pratique médicale)

10 mg/j

Dose minimale requise afin d’échapper au scorbut. Aussi étonnant que cela puisse paraître, des cas de scorbut s’observent encore aujourd’hui chez certains adolescents américains, dont l’alimentation ne comporte ni fruits ni légumes. Leur bilan sanguin n’accuse aucune carence marquée en vitamines ni en minéraux, exception faite de la vitamine C.

 

60 à 120 mg/j

Les apports nutritionnels conseillés (ANC) par les autorités sanitaires varient, selon les pays, entre 60 et 120 mg/j (pour un adulte : 110 mg en France). Soyons clairs : ces ANC se limitent à définir la dose minimale requise pour ne pas tomber dans la subcarence ! Ne pas confondre dose minimale et dose optimale…

 

200 mg/j

– L’Institut National du Cancer américain recommande la consommation de 200 mg/j de vitamine C.

– Un apport quotidien de 200 mg assure une synthèse optimale des catécholamines (adrénaline, noradrénaline) dans les surrénales.

 

500 mg/j

– Dose optimale permettant d’obtenir un effet antioxydant bénéfique.

– Dose moyenne requise pour compenser la perte en vitamine C occasionnée par le fait d’avoir fumé un paquet de cigarettes. En effet, chaque cigarette détruit 20 à 30 mg de vitamine C, soit l’équivalent d’un kg d’oranges par paquet ! La vitamine C joue un rôle majeur dans les défenses pulmonaires contre les radicaux libres.

– Cure de 2 mois = diminution significative des niveaux plasmatiques de protéine C-réactive (protéine sanguine dont le taux augmente dans les états inflammatoires et infectieux).

– Une fracture peut mal se consolider et provoquer des douleurs persistantes. 500 mg/j de vitamine C pendant 50 jours = réduction significative du risque d’algodystrophie.

– 500 mg de vitamine C + 400 UI de vitamine E + 15 mg de bêta-carotène par jour = ralentissement de la progression de la DMLA (dégénérescence maculaire liée à l’âge), une maladie qui provoque la perte de la vision centrale.

– Une étude réalisée en 1992 sur 11 348 Américains a fait apparaître que les hommes consommant plusieurs centaines de mg/j de vitamine C (en moyenne 800 mg) connaissaient une réduction de mortalité globale de 29 par rapport à la mortalité moyenne, et une espérance de vie augmentée de 5 ans 1/2.

1 g/j

– Dose optimale pour régler rapidement les problèmes de saignements de gencive, à condition que le produit choisi assure un apport minimal en bioflavonoïdes.

– Dose minimale en cas de refroidissement. Dès les premiers signes de refroidissement, prendre 500 mg de vitamine C toutes les 2 ou 3 heures, afin de stimuler le système immunitaire.

– Une supplémentation en vitamine C (1 g/j) et vitamine E (200 mg/j) chez des sujets âgés de 72 ans en moyenne a eu pour effet d’améliorer la réponse immunitaire (augmentation de la capacité de prolifération des lymphocytes + amélioration de la fonction phagocytaire des polynucléaires neutrophiles).

– Une prise d’1 g/j de vitamine C permet d’obtenir une augmentation de la mobilité et de la fertilité des spermatozoïdes.

-La prise combinée de vitamine C (1 g/j) et d’autres antioxydants (en particulier la vitamine E) pendant la seconde moitié de la grossesse pourrait abaisser le risque de pré-éclampsie, qui concerne les femmes enceintes victimes d’hypertension.

-Comme l’insuline est nécessaire au transport de la vitamine C dans les cellules, les diabétiques présentent souvent des déficiences en vitamine C, même en apportant le plus grand soin à leur régime alimentaire. C’est pourquoi une supplémentation est à envisager en vue d’assurer une prise d’1 g/j de vitamine C.

– La cataracte vient d’une atteinte du cristallin de l’œil. Or, le cristallin est l’un des tissus humains les plus riches en vitamine C. Dans un cristallin opéré pour cause de cataracte, il ne reste pratiquement plus de vitamine C ! Une dose de 800 mg à 1 g/j est préconisée dans le but de ralentir la progression de la maladie.

– L’administration d’1 g de vitamine C par jour pendant 4 semaines à des sujets âgés hospitalisés a permis une reprise de poids significative.

– 1 g/j = réduction moyenne de 81 % des concentrations de plomb dans le sang des fumeurs.

 

2 à 5 g/j

– 2 g/j = dose minimale pouvant contribuer à ralentir la dégradation des cartilages chez les personnes atteintes d’arthrose.

– 2 g/j = réduction du taux de sucre, de cholestérol et de triglycérides sanguins chez les diabétiques.

– Du fait que la vitamine C s’oppose à la libération d’histamine (la substance qui déclenche les allergies), les asthmatiques sensibles aux aéroallergènes gagneront à en prendre 2 g/j.

-Chez des patients souffrant de cancers osseux, la prise quotidienne de 3 g de vitamine C entraîne une diminution des douleurs osseuses et augmente la capacité d’encapsulation de la tumeur, d’où un affaiblissement du potentiel invasif de cette dernière. L’augmentation de la capacité d’encapsulation dépend d’une meilleure synthèse du collagène. Or, la vitamine C est indispensable à la synthèse du collagène.

-Dans le cadre d’un protocole de détoxication des métaux lourds, le Dr Thierry Thomas préconise la prise de 2 à 4 g/j de vitamine C.

-Le Dr Alain Bondil considère que la prise de 2 à 5 g/j de vitamine C est bénéfique aux patients dépressifs, stressés, ou avec des infections chroniques (urinaires ou broncho-pulmonaires).

– À l’occasion d’une intervention chirurgicale, il est conseillé de prendre 4 g/j de vitamine C la semaine précédant l’opération, puis 2 g/j après l’opération afin d’améliorer la cicatrisation des plaies et la consolidation des fractures.

 

5 à 10 g/j

– Une dose de 5 à 10 g/j augmente de façon spectaculaire l’immunocompétence, autrement dit la capacité de défense conférée par les lymphocytes T (variété de globules blancs responsables de l’immunité cellulaire).

– Une étude réalisée par le Dr Cameron sur 200 patients cancéreux en phase terminale a montré qu’une prise de 10 g/j de vitamine C augmentait la durée et la qualité de vie des malades de façon très significative. Le groupe sans vitamine C a survécu 38 jours en moyenne, tandis que le groupe avec vitamine C a survécu 293 jours en moyenne. De plus, il est a signaler que la vitamine C a permis de diminuer fortement les douleurs endurées. D’autres études récentes conduites par des chercheurs de l’Université Mc Gill de Montréal et des Instituts Nationaux de la Santé des États-Unis, n’ont fait que confirmer les bons résultats obtenus par le Dr Cameron. L’idée d’utiliser la vitamine C pour soigner le cancer est apparue dans les années 1950, lorsque le Dr Mc Cormick constata que les lésions du cancer et du scorbut en phases terminales se ressemblaient beaucoup.

La dose de Vitamine C doit être répartie en trois fois dans la journée. Par exemple pour une personne dont le besoin est de 9 g par jour il faut alors prendre 3 g le matin puis 3 g à midi et enfin 3 g le soir.

Compte tenu de son acidité et pour éviter les chasses biliaires intempestives, il est préférable de la prendre en fin de repas sauf si vous êtes constipé elle sera alors le remède par excellence en la prenant le matin à jeun.

Pour les personnes que l’acidité dérange vous pouvez ajouter un quart de cuillère à café de bicarbonate pour 3 g de Vitamine C (une cuillère à café rase).

Comment déterminer sa dose ?

On entend souvent dire que la Vitamine C en forte dose est éliminée dans l’urine. Ce n’est pas tout à fait vrai. En premier lieu il faut que le corps s’habitue aux fortes doses et qu’un nouvel équilibre s’établisse. Le corps n’absorbe que les vitamines dont il a besoin. Quand le nouvel équilibre s’est établi, vous perdrez toujours de la Vitamine C, mais beaucoup moins que la quantité prise. De plus la Vitamine C rend acide l’urine, ce qui est bon pour le corps. On peut profiter de cet effet en cas d’une inflammation de la vessie : la bactérie en question ne survit pas dans un environnement acide. Cela protège des infections urinaires et du cancer de la vessie. La Vitamine C est un remède efficace et sans danger à condition qu’elle soit de l’acide L-ascorbique.

Le docteur Robert Cathcart est un médecin orthomoléculaire américain qui a réalisé de nombreuses expériences au cours desquelles de la Vitamine C est administrée en forte dose. Il donne à ses patients autant de Vitamine C qu’ils en supportent. Il mesure cette quantité à l’aide de la « tolérance intestinale ». Il augmente très progressivement les doses de Vitamine C jusqu’à l’apparition de ballonnements, puis de diarrhée. A ce moment-là il suffit de réduire la dose juste au-dessous de ce seuil de malabsorption digestive. Ainsi on atteint la capacité d’absorption maximale et spécifique du sujet. Dr. Robert Cathcart part de l’idée que le corps n’absorbe que la Vitamine C dont il a besoin. Si l’homme prend plus de Vitamine C, la vitamine reste dans les intestins, elle absorbe l’humidité et la personne en question attrape la diarrhée. C’est le principe que Robert Cathcart a appelé la « tolérance intestinale ».

Et l’efficacité de ce principe a été démontré ! Les personnes qui souffrent d’une maladie grave supportent plus de Vitamine C que les personnes en bonne santé. Même en cas de maladies moins graves ce principe est valable et chacun peut en faire l’expérience. Si vous sentez qu’un rhume ou une grippe apparaisse, augmentez la dose de Vitamine C. Par exemple, commencez par 2 g de Vitamine C toutes les 30 minutes et continuez jusqu’au moment où les intestins commencent à gargouiller. Baissez la dose et faites attention à ce que vous n’attrapiez pas la diarrhée. Peut-être ceci vous semble compliqué, mais il s’est avéré qu’en pratique ce principe est très facile à appliquer. Vous verrez que le rhume ou la grippe ne se manifestera que légèrement ou ne se manifestera pas du tout.

MENSONGES & VERITES, LES SOLUTIONS POUR VOTRE SANTE

Extrait du livre de Diona R.Kirsch, éditions Ambre, ISBN : 978-2-84639-102-3

VITAMINE C (ACIDE L-ASCORBIQUE)

Beaucoup d’agents infectieux et leurs maladies, peuvent être complètement évités, facilement réversibles et souvent guéris avec uniquement de la Vitamine C. Entre la fin des années 1930 et le début des années 1940, la Vitamine C fabriquée en laboratoire, est devenue accessible à un prix abordable. Cela grâce à un chercheur, Albert Szent-Györgyi, un biochimiste hongrois/américain, Prix Nobel en 1937 pour son travail sur l’acide ascorbique.

La Vitamine C est miraculeuse et c’est la vitamine essentielle pour une bonne santé. Elle n’a aucune toxicité et peut donc être consommée indéfiniment. Pourtant, il faut absolument garder en mémoire plusieurs critères très importants afin de l’utiliser correctement et bénéficier pleinement de ses vertus :

• La Vitamine C doit être prise sous une forme adaptée aux besoins.

• La Vitamine C doit être donnée avec la bonne technique.

• La Vitamine C doit être prise fréquemment à des doses adéquates. Il ne faut pas prendre la dose quotidienne de Vitamine C en une seule fois mais plutôt en petites doses égales, réparties plusieurs fois dans la journée. Par exemple, si votre dose quotidienne de Vitamine C correspond à 3 grammes par jour, il faut prendre 1 gramme de Vitamine C le matin, juste après le petit déjeuner. (Il vaut mieux éviter de la prendre à jeun. Le fait de la prendre sans nourriture peut causer à certaines personnes des maux de ventre ou des diarrhées), 1 gramme après le déjeuner (ou un peu plus tard si l’on se lève plus tard le matin) et 1 gramme au coucher.

• La Vitamine C doit être prise à des doses suffisamment fortes. Il ne faut pas prendre de Vitamine C à des doses inférieures à 1 500 milligrammes (1,5 grammes) par jour. Il faut savoir, aussi étrange que cela puisse vous paraître, que cette vitamine à des doses inférieures à 1 500 milligrammes ne sera pas efficace et pourrait même dégrader votre santé.

• Lorsque la dose de Vitamine C a été augmentée provisoirement, et que vous voulez revenir à votre dosage quotidien habituel, il ne faut pas brusquement diminuer la dose deVitamine C. Votre résistance aux maladies peut être amoindrie temporairement avec un tel processus. Pour éviter que cela arrive, il faut toujours diminuer la dose lentement et progressivement durant une période d’une à deux semaines pour arriver enfin à votre dose habituelle.

• Éviter à tout prix un arrêt brusque de l’usage à long terme de la Vitamine C lors d’une hospitalisation. Il faut absolument au contraire qu’une quantité plus élevée de Vitamine C soit administrée afin d’éviter des complications durant le séjour à l’hôpital.

La Vitamine C joue un rôle dans presque toutes les réactions chimiques de l’organisme et dans de nombreux métabolismes. Elle joue donc un rôle dans la santé de la peau, des ligaments, des parois des vaisseaux sanguins, des dents et des os. Elle intervient aussi dans le processus fournissant l’énergie nécessaire à l’effort musculaire et dans la synthèse des hormones surrénales qui jouent un rôle essentiel en cas de stress. Elle maintient aussi le tonus et permet de mieux affronter la fatigue. Elle joue un rôle important dans les mécanismes de défense immunitaire et lutte contre toutes sortes d’infections bactériennes et virales. La vitamine E bloque la formation de cholestérol à 45 %, la béta-carotène à 90 % alors que la Vitamine C bloque cette formation de cholestérol à 95 % ! Que ce soit pour des problèmes aux yeux, aux gencives, d’arthrite, diabète, asthme, allergies, stérilité, cancer, maladies cardiovasculaires, foie, d’infections bactériennes et virales, la Vitamine C est vitale. Si vous êtes blessé ou que vous devez subir une intervention chirurgicale, il faut veiller à pouvoir prendre une quantité optimale de Vitamine C.

Pratiquement tous les organismes vivants ont la capacité de produire leur propre Vitamine C. Hélas, l’être humain, le cochon d’Inde et quelques autres espèces d’animaux font partie des êtres vivants défavorisés, qui ne peuvent absolument pas fabriquer de Vitamine C dans leur corps. De ce fait, pour que notre corps reçoive cette vitamine vitale, il faut trouver un apport par d’autres moyens, dont notre alimentation. Mais malheureusement, il est impossible d’acquérir la quantité nécessaire de Vitamine C uniquement par l’alimentation. Cette quantité varie non seulement entre les différentes espèces de fruits et légumes, mais aussi dans la même variété d’aliments. De plus, le simple fait de couper les fruits et légumes fait perdre la moitié de leur contenu en Vitamine C. Cette vitamine est une des moins stables, facilement perdue lors de stockage et de cuisson. Et pour tous ceux qui prennent des médicaments, le besoin de Vitamine C s’accroît. De nombreux médicaments augmentent en effet le besoin en Vitamine C tels que la pilule contraceptive, les préparations à base de cortisone (à avaler), les sédatifs (barbituriques), les analgésiques, les antirhumatismaux, et les antibiotiques.

Le docteur Pauling a calculé la quantité de Vitamine C que les animaux produisent eux-mêmes. Il a trouvé par exemple, que la quantité moyenne de Vitamine C produite par une chèvre équivaut à 5 000 milligrammes (= 5 grammes) ! Cette faculté est particulièrement marquante chez les rats. Egal à un homme de 70 kg, leur corps fabrique une dizaine de grammes de pure Vitamine C ! Cela correspond au contenu d’une vingtaine de kilos d’oranges. Il n’est donc pas étonnant que les rats puissent résister dans des conditions particulièrement insalubres, sans s’empoisonner. Il est intéressant de noter ici que les animaux domestiques, tels les chiens et les chats, produisent beaucoup moins de Vitamine Cque les chèvres et bien moins que les animaux sauvages. Voilà pourquoi les vétérinaires soignent nos compagnons souffrant des mêmes maladies que leurs maîtres. Pour nous, les êtres humains, la quantité de Vitamine C nécessaire pour éviter le scorbut est d’environ 60 milligrammes, mais cela est loin d’être la quantité nécessaire pour se protéger des autres maladies et problèmes de santé.

La Vitamine C est incroyablement inoffensive. Le seul et unique effet indésirable qui peut se produire si l’on prend une dose plus forte que son seuil de tolérance intestinal, est d’aller à la selle un peu trop facilement. Mais ce problème est vite réglé lorsqu’on arrive à connaître son besoin personnel en Vitamine C pour rester en bonne santé. Avec un peu d’expérience, on apprend vite à connaître sa propre tolérance maximale journalière er Vitamine C. (Pour tous ceux qui souffrent d’une constipation chronique, la Vitamine C facilite le transit intestinal.) Lorsqu’on commence pour la première fois à prendre de la Vitamine C, il faut augmenter progressivement la dose jusqu’à ce que son besoin personnel soit atteint. Il faut commencer avec 1 500 milligrammes (un gramme et demi) par jour, et après deux à trois jours augmenter de 500 milligrammes, et ainsi de suite pour arriver à la quantité nécessaire. Bref, la Vitamine C est un des nutriments les plus inoffensifs que vous puissiez avaler. Donc, il ne faut pas craindre son utilisation. Votre corps va simplement en éliminer le surplus, mais avant cela, la Vitamine C aura eu le temps d’apporter ses effets bénéfiques dans tout votre organisme. Ceux qui affirment que l’administration de fortes doses de Vitamine C est ridicule car elles sont rapidement rejetées ne tiennent pas compte du fait que le transit de cette vitamine puissante dans l’organisme, même s’il est rapide, peut accélérer et normaliser au passage des multiples réactions métaboliques. Juger le besoin en Vitamine C simplement par le taux sanguin et l’excrétion urinaire est arbitraire et insuffisant. Ce ne sont guère ces chiffres qui importent, mais ce qui se passe dans les organes et les tissus. En outre, il est bon d’avoir de la Vitamine C dans l’urine. Cela protège contre les infections urinaires et aussi contre le cancer de la vessie.

La Vitamine C administrée par voie intraveineuse (IV) ne passe pas par les intestins, de sorte que de plus fortes doses peuvent être administrées sans provoquer de diarrhée. LaVitamine C par injections intraveineuses est deux fois plus active que celle prise par la bouche et, en plus, elle est sûre, inoffensive et hautement efficace. Malheureusement, les hôpitaux ne l’utilisent pas. Leurs IV, contenant de l’eau stérile avec du dextrose ou saline, sont administrés surtout pour garder leurs patients hydratés, alors qu’un IV avec de laVitamine C (sous forme tamponnée de l’ascorbate sodium ou de l’acide ascorbique) a pour but de guérir les patients.

Il y a déjà environ un siècle de recherche sur la Vitamine C et quelque 50 000 à 100 000 articles scientifiques ont été publiés. Il ne se passe pas un jour sans qu’un article médical ne mentionne la Vitamine C. Cette vitamine est une des substances les plus analysées dans l’histoire de la recherche médicale mondiale mais malgré cela, paradoxalement, cette vitamine reste une des substances les plus ignorées en terme d’application pratique. Et pourtant les chercheurs n’arrivent pas à lui trouver des défauts. Des années durant, la médecine orthodoxe déclarait, et déclare hélas toujours, que cette vitamine provoque calculs rénaux et déficiences en vitamine B12 mais ces accusations ont été prouvées depuis longtemps fausses et sans fondement. Cette désinformation se trouve encore dans les livres médicaux. Pendant ces trente dernières années, plus de recherches ont été faites sur laVitamine C que pour tout autre nutriment car le monde médical connaît son efficacité dans la prévention et le traitement des maladies, même les plus redoutables. Son efficacité n’a pas changé. Ce sont plutôt les médias qui se sont blasés de trente ans de bonnes nouvelles sur la Vitamine C…

Aussi étonnant que cela soit, la Vitamine C a été cité dans la littérature médicale pour avoir facilement et définitivement guéri la polio et l’hépatite aiguë, deux maladies virales encore considérées aujourd’hui par la médecine orthodoxe comme incurables, indépendamment des traitements employés. Il est vrai que polio et hépatite peuvent parfois guérir spontanément, et cela relativement vite ou même après une période prolongée. Toutefois, la médecine orthodoxe semble ignorer que des doses adéquates de Vitamine C guériront de manière fiable et rapide pratiquement tous les cas de polio et d’hépatite aiguë. Des bébés ayant la polio sont complètement guéris en moins d’une semaine. Les patients souffrant d’hépatite aiguë sont malades pendant quelques jours seulement au lieu de plusieurs mois et la chronicité de l’hépatite ne se développe pas chez ces patients lorsqu’ils ont été traités avec suffisamment de Vitamine C. Bien que la polio soit une maladie en grande partie inconnue de la jeunesse et oubliée des anciennes générations, tout médecin, âgé ou jeune, vous dira que la polio était, et reste, une maladie sans aucun traitement efficace et surtout sans aucune guérison. Et pourtant ce n’est pas vrai.

Par ailleurs, la Vitamine C est efficace pour la protection et la guérison de plusieurs sortes d’empoisonnements (les champignons, les métaux lourds comme le mercure, le plomb). Cette vitamine annule les effets d’une vaste variété de poisons, toxiques plus que n’importe quel autre agent connu à ce jour. Ici encore peu de renseignements à cet égard figurent dans les livres de médecine et beaucoup de personnes dans le monde continuent à souffrir et mourir de ces intoxications puisque la médecine orthodoxe ne propose aucun traitement pour eux. Si un traitement avec de la Vitamine C n’apporte pas d’amélioration dans un essai clinique, la conclusion fréquemment utilisée par la médecine orthodoxe est que la Vitamine C est inefficace pour cette forme de toxicité. Une conclusion plus honnête et scientifique serait que la quantité de Vitamine C utilisée était inefficace. Il est très important en effet de garder en mémoire que le dosage administré de la Vitamine C doit toujours être suffisant. De plus, dans les cas graves comme l’intoxication, il est important d’administrer la Vitamine C par voie intraveineuse (IV), quitte à ajouter par la suite des doses par voie orale.

Les effets bénéfiques de la Vitamine C ne s’arrêtent pas là. La liste est loin d’être exhaustive pour des traitements efficaces. Voici quelques exemples :

Pour le zona, la douleur intense associée aux lésions de la peau et qui peut souvent persister pendant des semaines avant de disparaitre totalement, est complètement guérie dans pratiquement tous les cas lors de la première injection de Vitamine C. Même sans les médicaments antidouleurs, le soulagement est permanent. Les lésions de la peau qui en général persistent pendant des semaines disparaissent complètement en trois jours !

La sclérose en plaques et le lupus érythémateux sont considérés, par certains praticiens de la médecine orthodoxe, comme des maladies où le système immunitaire est devenu trop actif, et elles sont donc traitées, entre autres, avec des médicaments immunodépresseurs. Toutefois, beaucoup de ces maladies-là sont dues surtout à des toxines non neutralisées (mercure par exemple). Lors d’essais cliniques, ces deux maladies répondaient très bien à de hautes doses de Vitamine C.

Pour les maladies bactériennes infectieuses (la diphtérie et la tuberculose…), là encore la thérapie naturelle de la Vitamine C guérit. La tuberculose est la première cause infectieuse de maladie et de décès dans le monde. L’O. M. S. estime qu’environ 33 % de la population mondiale sont infectés par la tuberculose en période de latence, et que dans ce réservoir, environ huit à dix millions de nouveaux cas actifs se développent chaque année. Il a été constaté par Osborn et Gear, en 1940 déjà, que les mammifères n’ayant pas la capacité de fabriquer eux-mêmes de la Vitamine C (l’être humain, le singe et le cochon d’Inde…) étaient les plus susceptibles de contracter ces infections bactériennes. La plupart des maladies infectieuses, telle que la tuberculose, réussissent en effet à infiltrer un corps déficient en Vitamine C. La bactérie responsable de la tuberculose est très lente à s’étendre. Les médicaments utilisés par la médecine orthodoxe ont donc besoin d’un certain temps, même plusieurs années, pour obtenir les meilleurs résultats pour un patient tuberculeux. LaVitamine C est aussi efficace tout en étant naturelle. Elle doit être prise par le patient toute sa vie et à de plus fortes doses pendant au moins la première année du traitement.

La fièvre rhumatismale est causée par une infection streptococcique mal soignée. Elle frappe surtout des jeunes entre cinq et quinze ans. Les enfants à cet âge ont besoin approximativement de deux fois plus de Vitamine C par kilogramme de poids que les adultes du fait que, pendant ces années-là, leur croissance monte en flèche. Des chercheurs déclarent que la plupart des cas de fièvre rhumatismale sont causés par une déficience grave en Vitamine C chez les sujets atteints d’une infection au streptocoque. Il a été constaté que les infections bactériennes streptococciques sont sensibles même à un apport minimal de Vitamine C ! Le traitement aux antibiotiques peut être utilisé mais il est probablement inutile dans la plupart des cas. Cela démontre qu’un apport quotidien de Vitamine C, à des doses optimales, éviterait des infections streptococciques telles que la pharyngite, l’amygdalite, la fièvre rhumatismale…

Un traitement à haute dose de Vitamine C joue également un rôle thérapeutique important pour des personnes atteintes du SIDA.

En ce qui concerne le cancer, une équipe de chercheurs du National Institute of Health aux États-Unis a publié récemment une étude sur les effets à très hautes doses de Vitamine C sur des cellules cancéreuses. Ils ont trouvé que de hautes concentrations de Vitamine C (ascorbate) tuaient des cellules cancéreuses, diminuant leur taux de survie de 50 % sans que les cellules normales soient affectées. Il faut administrer la Vitamine C par voie intraveineuse (IV) pour tuer des cellules cancéreuses et des microbes, car il en faut de très fortes concentrations. Dix grammes de IV Vitamine C, par exemple, augmente les taux de Vitamine C dans le sang comme si l’on avait pris par voie orale plus de 250 grammes ! Il est très peu probable que de telles informations soient diffusées dans les medias ou par un cancérologue. L’industrie du cancer génère des milliards de dollars avec ses traitements de chimiothérapie et de radiation. Elle ne va pas quand même les remplacer avec une vitamine bon marché ! Il ne faut pas rêver.

Un livre passionnant sur la Vitamine C écrit par le docteur Thomas E. Levy, ID intitulé Vitamin C, Infectious Disease and Toxins : Curing the Incurable avec ses 400 pages et plus de 1 200 références scientifiques devrait faire partie de votre bibliothèque personnelle. Non seulement ce livre est facile à lire et vous apprend tout sur la Vitamine C, mais il vous informe sur des faits incroyables, mais vrais. Le docteur Levy est médecin et avocat. Il a écrit ce livre avec l’intention bien précise de pouvoir défendre chacune de ses déclarations devant un tribunal. Lorsqu’il écrit selon des faits prouvés scientifiquement qu’à des doses appropriées, la Vitamine C en injections intraveineuses ou même souvent, selon la maladie ou la gravité, par voie orale, guérit des maladies redoutables telles que la polio, l’hépatite B et C, la maladie de Lyme, la mononucléose (virus Epstein-Barr), et bien d’autres, comme la rougeole, la varicelle, l’herpès…, c’est un fait et non une plaisanterie. Le docteur Levy n’aurait pas pu avancer de telles informations si ce n’était pas vrai. Cet ouvrage va franchement vous fournir des sujets d’indignation. Par exemple, il relate qu’au sommet de l’épidémie de la polio en 1949, lorsque les jeunes parents vivaient dans la peur que leurs bébés et jeunes enfants soient les prochaines victimes, le docteur Frederick R. Klenner a publié des rapports où il disait clairement que grâce à la Vitamine C, il guérissait avec succès 60 de ses 60 patients atteints de polio venus en urgence et sans qu’aucun de ces 60 patients traités ne reste handicapé à vie comme cela était souvent le cas lorsqu’on attrapait le virus de la polio. Comment de telles informations ont-t-elles pu être ignorées dans le passé et le restent encore aujourd’hui ? Comment est-il possible que des médecins et chercheurs, gens intelligents et soucieux de la santé publique, puissent laisser dans les oubliettes de tels renseignements ? De nouveau, c’est une question d’argent. Étant une substance naturelle, laVitamine C ne peut être exploitée par les firmes pharmaceutiques. C’est plus qu’une poignée de médecins et d’hommes de science qui réalisent le danger de voir leurs revenus diminuer avec quelques découvertes médicales gênantes mais légitimes comme celle-ci. En lisant le livre du docteur Levy vous allez vite comprendre que la médecine orthodoxe et ses complices, les industries pharmaceutiques, sont corrompues et laissent mourir des milliers de personnes par intérêt financier, alors qu’il existe depuis fort longtemps, pour tant de maladies et problèmes de santé, une thérapie naturelle, disponible et bon marché : la Vitamine C. D’ailleurs, de nombreux traitements utilisés par la médecine orthodoxe dans les maladies infectieuses seraient plus efficaces si l’on y ajoutait la dose adéquate de Vitamine C.

CONCLUSION : VITAMINE C

Il est impératif de prendre de la Vitamine C même pour les personnes en bonne santé. Les gens malades devraient en absorber des quantités encore plus importantes. La dose optimale n’est pas nécessairement appropriée pour deux patients présentant les situations cliniques similaires, car l’organisme d’un patient peut métaboliser plus rapidement laVitamine C qu’un autre. La plupart des gens peuvent en absorber 15 à 20 grammes quotidiennement en trois doses ou plus, sans trop de problèmes gastro-intestinaux. Si, avec votre dose quotidienne de Vitamine C il vous arrive de contracter deux à trois rhumes pendant l’hiver, cela peut être un signe que la quantité de Vitamine C ne vous suffit pas. Il est donc recommandé d’essayer une quantité de Vitamine C quotidienne plus élevée. Il faut apprendre à adapter la dose qui vous convient selon les différents critères exprimés tout au long de cette rubrique. Afin de vous aider à déterminer votre dose quotidienne, il est recommandé d’augmenter progressivement la dose de Vitamine C jusqu’au stade où vous allez trop facilement à la selle. Vous serez alors arrivé au seuil de votre tolérance intestinale où il faudra diminuer le dernier dosage pris. Attention tout de même à prendre vos doses deVitamine C après les repas. Certains ont des intestins plus sensibles que d’autres en prenant cette vitamine à jeun, et cela peut donc fausser l’estimation de la dose nécessaire. Aussi longtemps que vous restez en bonne santé, et que vous ne souffrez plus de nouvelles infections ou de nouveaux problèmes de santé, votre dosage devrait rester inchangé. Toutefois, il y a toujours un moment ou un autre où les risques de nouvelles infections sont plus menaçants (saison de la grippe par exemple). En prévention, il faut tout simplement augmenter provisoirement la dose de Vitamine C. Vous verrez qu’avec l’expérience vous allez améliorer votre manière d’utiliser cette vitamine. L’important est que votre dose optimale deVitamine C soit prise sans faute tous les jours.

De très hautes doses de Vitamine C par voie orale peuvent produire des gaz intestinaux. Afin de minimiser ces effets, il faut essayer différentes sortes de Vitamine C et différentes manières de l’utiliser (après les repas, au lieu de la prendre à jeun ou avant les repas). Certaines personnes tolèrent les ascorbates de sodium mieux que l’acide ascorbique, et pour certains, un mélange des deux peut être préférable. Certains effets indésirables peuvent aussi être la conséquence des additifs utilisés dans certaines fabrications de la Vitamine C.

Il existe différentes formes de Vitamine C : la poudre cristalline pure, des comprimés et des capsules à action prolongée (ces dernières sont à éviter car elles peuvent être nocives pour le foie.) Certains individus tolèrent les comprimés de cette vitamine mieux que les cristaux purs. D’un autre côté, les poudres sont les moins chères et les plus pratiques surtout pour ceux qui utilisent de hautes doses. Une cuillerée à café de poudre contient déjà approximativement cinq grammes de Vitamine C. L’acide ascorbique sous forme de cristaux fins ou de poudre cristalline, emballé dans des pots bruns ou blancs opaques, reste stable indéfiniment et peut être stocké pendant des années.

Cette vitamine est tellement incroyable qu’il est fort probable qu’à hautes doses elle aurait la capacité de nous protéger même en cas de grippe aviaire. Il y a très peu de maladies ou de problèmes médicaux qui ne sont pas améliorés, tout au moins à un certain degré, avec un apport régulier et optimal en Vitamine C. Si tout le monde prenait régulièrement sa dose de cette vitamine, personne n’aurait à subir des «effets secondaires» suite aux vaccinations. Comme ces maladies ne se déclareraient plus, il ne serait plus nécessaire en effet de se faire vacciner. À ce jour aucun traitement à la Vitamine C utilisé pour des maladies infectieuses n’a été considéré comme dangereux ou inapproprié.

Rappelez-vous, l’important pour l’usage de la Vitamine C n’est pas une «overdose» (excès) mais plutôt une «underdose» (pas assez). Si aucune amélioration contre des maladies infectieuses en utilisant la Vitamine C n’est ressentie, c’est un signe qu’il faut absolument encore augmenter la dose aussi longtemps qu’il y a une réponse insuffisante et qu’il faut continuer la période de traitement jusqu’à ce que tous les symptômes cliniques disparaissent.

Oui, la Vitamine C en dose optimale réduirait l’utilisation de médicaments, le nombre de maladies et tant de souffrances inutiles. Il faut vous rappeler constamment que si vous prenez votre dose optimale de Vitamine C chaque jour de votre vie et si vous suivez les autres conseils de cet ouvrage, vous aurez la meilleure protection possible contre tout problème de santé. Pas la peine de chercher des solutions plus compliquées.

pour la commander au meilleur prix  

   http://vitamine-c-fr.com/index.html

VVITAMINE C – ACIDE ASCORBIQUE – ACIDE L-ASCORBIQUE – VITAMINE C POUDRE – VITAMINE C NATURELLE
ANTI-SCORBUT

ANTI-OXYDANTS

ANTI-CHOLESTEROL

ANTI-FATIGUE

ANTI-POISONS

ANTI-STRESS

ANTI-ALLERGIES

ANTI-CONSTIPATIONVITCNAT
7, place du Foirail
32410 Castéra-Verduzan – Gers – Gascogne

Siret 510 217 326 00014
Code APE 4729Z

Pour toutes questions n’hésitez pas à nous appeler à partir de 14 heures
au 05.62.68.02.05 ou contactez-nous par mail à l’adresse
vitcnat@free.frANTI-INFECTIEUX

ANTI-TOXINES

ANTI-POLLUTIONS

ANTI-CANCEREUX

ANTI-ANEMIQUE

ANTI-METAUX LOURDS

ANTI-INSOMNIES

ANTI-HYPERTENSION

Cliquez-ici pour commander

LA MOINS CHERE

PURETE > 99 %
VITAMINE C
(acide L-ascorbique)
La forme la plus pure et la moins chère du marché garantie à plus de 99 % d’acide L-ascorbique.
Le signe L- devant le nom ascorbique n’indique pas le pouvoir rotatoire de la molécule. Une molécule qui dévie la lumière polarisée à droite se note (+) et une molécule qui dévie la lumière polarisée à gauche se note (-). Les formes D et L n’ont rien à voir avec le pouvoir rotatoire. Vous pouvez avoir une forme L qui soit dextrogyre (+) ou lévogyre (-). Le (+) indique dextrogyre, le (-) indique lévogyre, et non pas les lettres L et D. L’acide L-ascorbique est dextrogyre (elle dévie la lumière polarisée selon un angle de l’ordre de +21°) et devrait être écrit acide L(+)ascorbique. La forme D ou L est une convention liée à la position du groupement OH terminal. La forme L ne veut pas dire lévogyre. On peut trouver des produits « naturels » qui sont dextrogyres et d’autres qui sont lévogyres, ils ne sont donc pas tous lévogyres. Dans la nature la plupart des molécules ont un pouvoir rotatoire qui tourne à droite, donc dextrogyre, c’est le cas de la vitamine C présente dans les fruits et les légumes. Notre Vitamine C de synthèse, l’acide L-ascorbique, est de forme L mais sont pouvoir rotatoire est dextrogyre et donc identique chimiquement à la Vitamine C synthétisée par mère-nature, toutes deux dévient la lumière polarisée à droite. Précision importante pour comprendre que seule la Vitamine C qui dévie la lumière polarisée à droite est assimilable par l’organisme.

La Vitamine C (acide L-ascorbique) est un puissant antioxydant, une grande stimulatrice du système immunitaire, qui permet de lutter contre la fatigue, les rhumes et lagrippe. Au quotidien, en prévention, elle est nécessaire à des doses importantes que seule l’acide L-ascorbique de synthèse est capable d’assurer avec la même efficacité, mais à un coût bien inférieur à l’acérola. En effet, 3 g d’acérola ne contient que 1 000 mg d’acide L-ascorbique, alors qu’une cuillère à café rase de d’acide L-ascorbique de synthèse contient 3 000 mg d’acide L-ascorbique chimiquement identique à l’acérola. Soit 4 centimes d’euros le gramme pour l’acide L-ascorbique de synthèse contre 22 centimes pour l’acérola, CQFD !

4 réponses à “Vérités…et conseils sur la vitamine C …..!

  1. Pingback: La Vitamine C est miraculeuse et c’est la vitamine essentielle pour une bonne santé. | BODY SPIRIT ZEN

  2. Pingback: La Vitamine C est miraculeuse et c’est la vitamine essentielle pour une bonne santé. | OYWA

  3. Pierre-olivier MAURICE

    Bonjour
    dans le cas où j achete de l acide ascorbique en poudre qui est extrement acide et dc diffi ile à avaler, quelle est la maniere la plus simple de l avaler sans perdre ses effets benefiques?
    Bien cordialement
    pierre-olivier

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s