Acide/Base ou Potassium/Sodium (K/Na) et la classification des aliments d’après la dialectique yin/yang .


sodium potassium

Acide/Base ou Potassium/Sodium (K/Na) et la classification des aliments d’après la dialectique yin/yang .

Depuis quelques années, les chercheurs travaillent sur une nouvelle piste qui pourrait expliquer l’essor des maladies « modernes » liées à notre alimentation : l’équilibre acide-base. Un équilibre indispensable au bon fonctionnement de l’organisme et qui aurait été rompu il y a bien longtemps, avec l’avènement de l’alimentation moderne.

G.O. gravement malade à l’âge de 19 ans et soigné par le Dr. Hiziduka Sagen médecin physiognomoniste, inventeur de la thérapeutique alimentaire Na/K ou sodium/potassium. Malheureusement cette technique a été perdue. Des années plus tard G.O. la reprendra en partie dans sa classification alimentaire yin/yang.

G.O c’est largement inspiré de cette technique, lors des nombreuses consultations qu’il a données lors de ses séjours en France.
Comme vous pouvez le constater dans les tableaux alimentaires ci-joint classifiant les produits Acide et Basique il n’y a pas toujours de correspondance avec notre classification macrobiotique yin/yang.

C’est qu’il faut prendre en compte les produits acides (tomate, rhubarbe, orange, vins, sucre etc.) et les produits acidifiants comme les céréales, farines, pains. C’est leur fermentation dans l’ intestin qui produit de l’acidité. Ce qui explique l’importance de la mastication .
Secondo, les tableaux sont établis à partie de produits crus non travaillés, et les techniques culinaires macrobiotiques ont justement pour but d’éliminer l’excès d’acide dans les aliments, (nituké). Mais attention, diminuer ou éliminer l’acide dans un aliment par la cuisson le rendra moins acide, mais pour le rendre vraiment basique, il faut rajouter du sel (Na). Ah, les miracles de la cuisine macrobiotique.
Pour les personnes macrobiotiques qui consomment 40 à 50 % de céréales le problème d’une acidose peut se poser sérieusement. Comment se fait-il que certaines personnes ont de l’ostéoporose après plus de 30 ans de macrobiotique. Le moyen d’éviter cet inconvénient en dehors de la mastication que peu de personnes respectent, c’est de rajouter systématiquement du gomasio à 1/10 sur les céréales et uniquement sur les céréales, sauf sur l’orge et la tsampa qui sont basiques naturellement.

Le rapport intercellulaire sodium/potassium doit être de 1/7 à 1/10 soit une part de sel (Na) pour 7 part de potassium (K). Comme le gomasio. Comme on le vois, c’est le rapport sodium/potassium qui est important : exemple le riz complet = 1/16. le plus proche de l’équilibre idéal. Orange = 1/566. Pomme de terre =1/136. Lait = 2/1. Soja = 0/1666. (voir le livre de Hubert Descamps “Hyppocrate avait raison”. chez Trédaniel)

Ce que l’on peut constater, c’est que la diète macrobiotique est pauvre en potassium, car ce sont pour la plupart des aliments yin qui ne sont pas recommandés ou carrément exclus. Dans un prochain article je vous parlerai des conséquences d’une déficience en potassium sur le long terme.

Voilà maintenant quelques notions physiologiques pour mesurer l’extrême importance des règles acide/base qui régissent notre corps.
Tout le monde connaît la sensation, le goût « piquant », de l’acidité, et celui âcre et fade des produits alcalins.

Tout milieu, quel qu’il soit, se situe quelque part sur une échelle acidité / alcalinité, et les tissus de notre organisme n’échappent pas à cette règle.

Le seul problème, c’est que notre corps, programmé pour vivre dans un parfait équilibre, ne tolère que de très petits écarts en amont ou en aval de cet équilibre, et que tout écart important peut provoquer de graves troubles de la santé. Le degré d’acidité ou d’alcalinité d’une substance se mesure en pH (potentiel Hydrogène)

L’échelle de mesure va de 0 (totalement acide) à 14 (totalement basique). A 7 le pH est neutre
Les extrêmes limites du pH de notre organisme sont comprises entre 5 et 9.
Le pH du sang doit impérativement rester entre 7,32 et 7,42. En dehors de ces limites, il n’y a pas de vie possible, toute variation vers le haut ou vers le bas aura des conséquences dramatiques pouvant aller jusqu’à la mort.
Le pH urinaire d’une personne correctement nourrie et en bonne san
té va se situer entre 6,5 et 7,5.
Le pH de la peau est de 5,2.

Dans notre civilisation moderne, la tendance à l’acidification est générale.
La malnutrition (mauvaise qualité des aliments et mauvaises habitudes alimentaires), la suralimentation, le stress, les pensées négatives, l’agressivité et les excès de toutes sortes …. favorisent cette acidification de l’organisme.

L’hyperacidité de l’organisme est l’une des causes principales de la plupart des maladies métaboliques !

Un excès d’acidification du sang étant totalement impossible, notre organisme dispose de « systèmes tampons » qui lui permettent de maintenir le pH du sang à sa valeur obligatoire, et pour cela, il va être obligé d’aller « pomper » dans les autres organes pour y prendre les produits alcalinisant dont il a besoin.

Lorsque le niveau de calcium dans le sang diminue de seulement 3% au-dessous du pH idéal, le corps puise dans les substances minérales alcalines présentes dans les réserves : os, cartilages, dents, etc…

Quelles conséquences pour notre santé ?

Les chercheurs explorent le lien entre le déséquilibre acido-basique et les maladies modernes. Ils soupçonnent déjà l’acidité de favoriser la fonte musculaire, les calculs rénaux et l’hypertension artérielle. Mais surtout et c’est désormais une certitude qui explique la flambée de l’ostéoporose. Pourquoi ?

Parce que notre organisme ne peut pas fonctionner dans un environnement trop acide. Si notre alimentation ne lui apporte pas assez d’éléments basiques, il va devoir trouver lui-même un moyen de rétablir l’équilibre. Comment ? En allant chercher les substances basifiantes là où elles se trouvent : dans nos os. Ces derniers contiennent en effet des citrates et des bicarbonates, connus pour leur effet tampon, c’est-à-dire qu’ils diminuent l’acidité de l’organisme pour le ramener dans une zone de fonctionnement normal. Le problème : dans nos os, ces substances se trouvent sous la forme de citrate de calcium ou de bicarbonate de calcium. En puisant ces éléments basifiant, l’organisme prélève le calcium de nos os. Résultat : la densité osseuse diminue, les os se fragilisent, c’est l’ostéoporose. Ceci pourrait expliquer pourquoi, dans les études, les personnes qui mangent le plus de protéines animales (acidifiante) ont un risque de fracture osseuse plus élevé que les autres.

On comprend donc qu’après des années d’excès d’acidité, la déminéralisation s’installe, et que l’arthrose, l’ostéoporose ou des caries dentaires se manifestent, troubles étroitement liés à l’acidification de l’organisme.

Un excès d’acides entraîne toujours une déminéralisation !

En rétablissant l’équilibre « acide-base », on peut freiner la progression d’une arthrose ou d’une ostéoporose.

Pour régénérer un os ou un cartilage déminéralisé, il est indispensable de rétablir l’équilibre acido-basique, sinon la déminéralisation va continuer. Pour obtenir un résultat satisfaisant, une bonne hygiène alimentaire et hygiène de vie sont nécessaires, ce qui veut dire que chacun doit personnellement prendre conscience de la nécessité absolue d’améliorer sa nourriture et de son mode de vie afin de reprendre la responsabilité de sa santé en main.

En testant votre pH urinaire, vous pouvez facilement déterminer si votre corps cherche à se défaire d’un trop plein d’acide. (à l’aide de bandelettes de papier pH en pharmacie)

En règle générale, vous trouverez un pH plus acide le matin (deuxième urine après le lever, fréquemment de l’ordre de 5,5 à 6,5), puis une valeur d’environ 6,5 à 7 à midi, pour terminer entre 7 et 7,5 le soir.

Cela veut dire que la nuit, votre organisme élimine l’excès d’acidité accumulé pendant la journée.

Quelques effets de l’excès d’acidité (yin) de l’organisme :

  • crises de gouttes, rhumatismes, arthrite, polyarthrite, arthrose, ostéoporose….
    • aphtes sur les lèvres et dans la bouche, fissures au coin des lèvres
    • renvois acides (régurgitations), brûlures d’estomac, ulcères,
    • calculs rénaux et vésicaux, – problèmes de peau (boutons, eczéma, herpès), varices
    • rhumes, sinusites, otites, bronchites chroniques – maux de tête et migraines
    • douleurs sciatiques
    • sensation de brûlure ou de démangeaisons de l’anus
    • crampes musculaires
    • une baisse du système immunitaire
    • de la fatigue, un manque constant d’énergie
    • de la frilosité, de la dépression
    • une sensation de membres lourds
    • de la nervosité, de l’irritabilité, etc…

L’organisme peut s’acidifier de différentes manières :

  • Par notre mode de vie : pensées négatives, colère, violence, stress, surmenage, manque de sommeil, fatigue, mauvaise oxygénation des cellules, manque de mouvement, etc…
    • par la surconsommation d’aliments acides et/ou acidifiants
    • par un manque d’aliments alcalins
    • par les excès alimentaires en général

Lors de la digestion des protéines d’origine animale, celles-ci sont transformées en acides urique, phosphorique, sulfurique, etc… qui, par la suite, seront éliminés par les reins.
Lors d’une surconsommation de ces protéines, le corps n’arrive plus à suivre le travail d’élimination des acides.
Suite à une surcharge et une incapacité de neutralisation, ceux-ci seront stockés dans divers endroits de notre organisme : tissu conjonctif, articulations, muscles… avec pour résultat un encrassement lent mais sûr de notre corps.
Toute nourriture de mauvaise qualité ou consommée en excès produira un bon nombre d’acides, avec le même résultat. C’est simplement une question de temps jusqu’à ce que les premiers symptômes de rhumatisme ou d’autres maladies apparaissent.

La digestion se fait également dans un pH particulier suivant les aliments ingérés. C’est la seule, mais très importante raison des « associations alimentaires ».

La digestion commence dans la bouche, avec la salive : pH neutre 7 à 8.
La digestion des féculents et hydrates de carbone se fait en milieu basique (pH 7 à 9), celle des protéines dans un milieu très acide (2 à 4).
On voit donc que l’association hydrates de carbone / protéine (pain, pâtes / viande) n’est pas idéale. Le lait et les fromages sont très acidifiants et très incompatibles avec le pain. Citron, vinaigre, tomate et vin sont incompatibles avec les féculents mais compatibles avec les protéines…
La consommation quotidienne de viande est un excès regrettable, favorable au dépôt d’acide urique dans les articulations. Un cocktail quotidien de viande + produits laitiers devient explosif au fil des années.

Les fruits, aliments essentiels, peuvent devenir dangereux consommés en mauvaise association. Ils doivent toujours être consommés loin des repas, JAMAIS pendant un repas, ni en fin de repas (totalement incompatible).
Une association très répandue mais particulièrement désastreuse pour les enfants chez qui elle provoque des désordres ORL importants (otites, rhinites, bronchites, bronchiolites, angines) : un repas de féculents (riz ou purée par exemple) et un yaourt sucré en dessert. Le mélange féculent / yaourt est incompatible, et le mélange féculent / sucre est également incompatible.
Cela donne une double incompatibilité majeure, et des problèmes ORL fréquents

Comment rétablir l’équilibre acido-basique ?

  • en diminuant l’apport d’aliments acides ou acidifiants.
    • en augmentant la consommation des aliments crus, tout en respectant sa propre capacité métabolique à l’égard des crudités.
    • en augmentant l’apport d’aliments alcalins.
    • en mangeant lentement, consciemment, dans le calme et en mâchant bien les aliments (ceci les rend plus alcalins).
    • en améliorant la qualité de vie par une recherche sur le sens de l’existence et celui de la maladie.
    • par des exercices de respiration, promenade dans la forêt ou en montagne.
    • par d’autres activités sportives et harmonieuses.
    • par l’apport d’un remède alcalinisant naturel (en cas de nécessité).
    • en suivant une cure de désintoxication une, deux ou plusieurs fois par année pour régénérer le corps et l’esprit.

Mais la première des choses à faire, est de choisir ses aliments dans la liste des aliments alcalinisants, d’éviter le plus possible les aliments acidifiants, et d’être très sérieux dans la continuité.
Normalement une alimentation et un mode de vie macrobiotique bien compris doit vous protéger totalement de ce genre de carence, même sur le long terme. Des diètes trop restrictives, comprenant plus de 40% de céréale ou des No. 7 répétés et de longue durée sont préjudiciables pour la santé et font beaucoup de tort au rayonnement de la macrobiotique.

On pourra dire en gros que :

Les céréales complètes (sauf orge et millet) Acides produisent une condition Alcaline
Les céréales raffinées Alcalines  

« 

Acide
Les légumes Alcalins «  Alcaline
Les légumes tropicaux Alcalins «  Acide
Les sucres Alcalins «  Acide
Les viandes Alcalines «  Acide
Les produits laitiers Acides «  Acide
Les matières grasses Acides «  Acide
Les fruits secs Acides «  Alcaline
Algues Alcalines «  Alcaline

Tableau des principaux aliments riches en Potassium et en Sodium

Acide potassium Alcalin sodium
Vin, sodas, alcool, café noire, thé noir Tous les légumes frais
Sucre blanc raffiné Aubergine, pousse de bambou
noix, noisettes, graines oléagineuses Algues, kelp, dulce, kombu
Céréales en grains, riz complet, son de riz Millet, orge complet, soja
Coquillages, viandes, jaunes d’oeuf Carottes, oignons
Thon, poulet, saumon Laitue, endive, persil, radis
Maïs Pickles
Pain, chocolat, yoghourt, fromage blanc Lait de chèvre, beurre, lait
Légumineuses Carpe, morue, maqueraux
Pâtes, levure et levain, farine blanche Blanc d’oeuf
Lait de soja, tofu, beurre de sésame Gingembre et ginseng
Courge, panais, côtes de bettes Miso, tamari, sel gris
Tomates, asperge, ail, avocat Melon, poire, pêche, pomme
Abricot, orange, pruneau, fraise Mandarine, banane
Sirop d’érable, sucre brun, miel Amandes
Oseille, poireaux, rhubarbe, épinard Citron, graprefruit, raisins
Artichauts, choux de Bruxelles Graines de sésame
Beurre, crème fraiche Canelle, curry
Fromages à pâte dure Châtaignes
Viandes, volailles, poissons
Pommes de terre, aubergine

Tableau des aliments riches en potassium

 

Haricots blancs, cuits: 250 ml (1 tasse) 1 189 mg

Pomme de terre cuite au four: 1 moyenne (175 g) 1 081 mg
Haricots de soya ou de lima, cuits: 250 ml (1 tasse) 955-970 mg
Haricots : rouges, lentilles et pois cassés, cuits : 250 ml (1 tasse) 746 mg
Côtes de bettes bouillies: 100 gr. 500mg.
Palourdes, en conserve: 100 g (13 moyennes) 628 mg
Tomates en purée, en conserve: 125 ml (1/2 tasse) 580 mg
Filet de flétan, cuit : 100 gr. 573 mg
Thon cuit au four: 100 gr. 569 mg
Morue de l’Atlantique grillée: 100 gr. 524 mg
Courges cuites : 125 ml (1/2 tasse) 448 mg
Épinards, bouillis: 125 ml (1/2 tasse) 443 mg
Yogourt nature 4 % MG : 175 ml. 434 mg
Banane: moyenne 120 gr. 422 mg
Banane séchée: 100gr. 1150mg
Abricot sec : 100gr. 1520mg
Raisins secs : 100gr. 780m
Sardine et thon en boîte: 100gr. 520mg.
Châtaignes: 100gr. 530mg.
Noisette,noix: 100gr. 600mg.
Levure de bière: 100gr. 1900 mg
Avocats: 100gr. 650mg
Persil: 100gr. 800mg
Pourpier: 100gr. 450mg
Pissenlit: 100gr. 420mg
Brocoli: 100gr. 370mg
Saumon cuit: 100 gr. 400 mg
Aubergine, tomate, pomme de terre

Gérard Wenker

http://www.lamacrobiotique.com/LISEZ-MOI/sodiumpotassium.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s