Avaler des pilules peut améliorer la mémoire


Il est de bon ton, chez certains tenants des médecines naturelles, de refuser tout type de pilule, sous prétexte qu’un mode de vie sain permettrait de rester en bonne santé quoi qu’il arrive.

Vous l’avez deviné : je ne mets pas dans le même sac la grande industrie pharmaceutique, qui vend des pilules contenant des poisons chimiques, et les fabricants de compléments alimentaires, qui vendent des nutriments essentiels… oui, également sous forme de pilules. Nous sommes en 2012 et on n’a encore pas trouvé mieux pour garantir la composition, le dosage, et l’absence de contamination de ces produits naturels.

Il y a des pilules qui font du bien, parce qu’elles contiennent des nutriments dont notre corps a besoin, et qui ne se trouvent pas forcément en quantité suffisante dans notre alimentation moderne appauvrie. Et aujourd’hui, je vous présente : les pilules de vitamine B et d’acide folique.

Des chercheurs de l’Australian National University viennent de démontrer que les pilules de vitamine B12 et d’acide folique améliorent la mémoire et le fonctionnement du cerveau. Publiée dans The American Journal of Clinical Nutrition, une des plus prestigieuses revues médicales de nutrition, leur étude montre que la prise quotidienne, et sur le long terme, d’acide folique et de vitamine B12, augmente les capacités cognitives, en particulier la mémoire, au bout de deux ans. (1)

Les vitamines du groupe B sont indispensables au système nerveux. Plus votre niveau de stress augmente, plus vous avez besoin de vitamine B. Si vous en manquez, c’est votre système nerveux, et en particulier votre cerveau, qui souffre.

Déroulement de l’étude

La directrice de l’étude, le Dr Janine Walker, a travaillé pendant deux ans avec son équipe auprès d’un groupe de personnes âgées dépressives et stressées par leurs conditions de vie. L’étude a consisté à donner à un groupe de volontaires une dose orale quotidienne, sous forme de pilules, de 400 microgrammes d’acide folique, et de 100 microgrammes de vitamine B, afin de mesurer si cela permettait de ralentir leur déclin cognitif.

Un autre groupe a reçu un simple placebo (fausses pilules). Les chercheurs ont fait passer aux deux groupes, au bout de 12 et 24 mois, des tests de mesure des capacités mentales.

Les membres du groupe ayant pris les « vraies » pilules d’acide folique et de vitamine B se sont révélés avoir une mémoire significativement meilleure que ceux de l’autre groupe. L’équipe de recherche a découvert que le stress cause une inflammation des structures neuronales dans le cerveau et empêche les transmissions électriques et chimiques entre les cellules nerveuses, qui sont nécessaires à la formation de la mémoire et au maintien de capacités cognitives. Le corps se sert des vitamines B, et en particulier de la vitamine B12, pour combattre l’inflammation dans le cerveau et permettre une bonne communication des neurones.

Autres réflexions sur les compléments alimentaires…

De tous temps, les hommes ont consommé des produits en plus de leur alimentation quotidienne. Beaucoup de ces produits ne servaient à rien, c’est vrai : pensons aux testicules de tigre, ou à la corne de rhinocéros, qui se vend encore 50 000 dollars le kilo actuellement en Chine, à cause de ses vertus prétendument « aphrodisiaques ». (2)

Cependant, si les hommes ont eu l’idée d’essayer des substances aussi bizarres, c’est très certainement parce qu’ils avaient constaté que d’autres produits du même type avaient d’authentiques vertus thérapeutiques : et de fait, la médecine moderne utilise toujours l’aspirine, issue à l’origine de l’écorce du saule blanc, la quinine, issue d’un arbre d’Amérique du Sud, entre autres.

Je fais même partie de ceux qui pensent que c’est grâce à leur connaissance des plantes, de certains extraits d’animaux, et des vertus des minéraux, que les hommes ont pu survivre jusqu’à présent.

La médecine scientifique moderne veut nous faire croire qu’avant elle, les médecins étaient tous des charlatans, juste bons à poser des sangsues sur leurs malades et à leur administrer d’inutiles lavements : rien de valable n’aurait existé avant Pasteur et les antibiotiques. Au mieux, elle accepte de remonter à Ambroise Paré, médecin des rois de France à la Renaissance, désigné comme le père de la chirurgie moderne, ou encore d’inclure Hippocrate, médecin grec du Ve Siècle avant Jésus-Christ, il y a 2500 ans.

Mais l’homo sapiens a au moins 200 000 ans. Il a vécu 197 500 avant Hippocrate, et les anthropologues font remonter le genre « homo » à 3 millions d’années.

Alors de deux choses l’une :

    1. soit les maladies qui nous affligent ne sont pas graves, peuvent guérir toutes seules pour la plupart. Sans aucun médicament, un nombre suffisant d’entre nous parviendraient, vaille que vaille, à l’âge adulte et à mettre au monde assez d’enfants pour assurer la survie de l’espèce. Toute la médecine moderne n’est au fond qu’une médecine de confort, plus ou moins superflue ;

 

  1. soit l’humanité doit précisément son succès, et sa longévité, à sa capacité à se servir des plantes et des autres substances naturelles qu’elle a découvertes pour se soigner. C’est grâce à elles qu’elle est parvenue à échapper à une disparition certaine causée par les multiples infections, virus, cancers et autres maladies invalidantes en tout genre, qui compromettent toute chance de survie dans un environnement hostile (du type de ceux qu’habitaient les hommes primitifs).

La seconde possibilité est la seule cohérente avec les observations des paléo-anthropologues (qui étudient les hommes préhistoriques) et des ethnologues (qui étudient les tribus ayant conservé leur mode de vie traditionnel) : l’usage de poisons, potions, parties d’animaux et plantes médicinales (ou supposées telles), y est quotidien et généralisé.

Si un professionnel de santé moderne, opposé à l’usage de compléments alimentaires, devait débarquer dans une de ces tribus, et leur expliquer qu’une « alimentation équilibrée », du « sport » et des exercices de relaxation suffisent à assurer une santé optimale, il serait considéré comme un fou dangereux.

Les pilules vendues aujourd’hui par les laboratoires (sérieux) de compléments alimentaires ne sont que la forme moderne, généralement testée scientifiquement, et aseptisée de ces remèdes utilisés de toute éternité. Les connaître – ou s’y intéresser – fait partie à mon avis de la culture indispensable de l’être humain moderne éclairé.

Maintenant, j’aimerais connaître votre point de vue sur le sujet. Je vous invite à cliquer ici pour publier votre vision des choses en commentaire de l’article sur notre site Internet. Les réactions les mieux argumentées seront publiées dans un prochain numéro de Santé & Nutrition : www.santenatureinnovation.fr

A votre santé !

Jean-Marc Dupuis

**********************

Publicité

Les laboratoires Lorica proposent un produit intéressant contre les douleurs articulaires. Pour plus d’informations, cliquer sur ce lien.

**********************

Sources de cet article :

  1. Janine G Walker, Philip J Batterham, Andrew J Mackinnon, Anthony F Jorm, Ian Hickie, Michael Fenech, Marjan Kljakovic, Dimity Crisp, and Helen Christensen, « Oral folic acid and vitamin B-12 supplementation to prevent cognitive decline in community-dwelling older adults with depressive symptoms—the Beyond Ageing Project: a randomized controlled trial », American Journal of Clinical Nutrition, 14 décembre 2011.
  2. GEO N°384 de février 2011 p.78.

**********************

Si vous n’êtes pas encore abonné et que vous souhaitez vous aussi recevoir cette newsletter gratuitement,cliquez ici

**********************

Si vous souhaitez commenter cet article, vous pouvez vous rendre sur: www.santenatureinnovation.fr

**********************

Les informations de cette lettre d’information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment accrédités auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de cette lettre d’information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs Santé et Nutrition n’est pas responsable de l’exactitude, de la fiabilité, de l’efficacité, ni de l’utilisation correcte des informations que vous recevez par le biais de nos produits, ou pour des problèmes de santé qui peuvent résulter de programmes de formation, de produits ou événements dont vous pouvez avoir connaissance à travers ce site. L’éditeur n’est pas responsable des erreurs ou omissions. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.

Santé et Nutrition est un service d’information gratuit des Nouvelles Publications de la Santé Naturelle, SARL au capital de 2000 euros, 6 rue Watteau, 92400 Courbevoie. Pour toute question, merci d’adresser un message àcontact@santenatureinnovation.fr

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s