Objet : Urgent TV5 : L’aluminium, notre poison quotidien- émission à visualiser rapidement et FAIRE SUIVRE A TOUS MERCI



Voici quelque chose qui vous sera utile, oui, faites attention aux métaux lourds de votre dentition et de votre alimentation mais aussi de l’air que vous respirez..Tout est pollué.
Salut et Protégez vous bien!!
alain bachmann nd td
THÉRAPEUTE UNIVERSEL POUR TOUTES RACES,
 COULEURS, RELIGIONS, SEXES ET SEXUALITÉS

Bonjour à tous,

Voici une émission très intéressante à diffuser au max rapidement car elle va rapidement se désactiver.
Vous comprendrez encore plus l’intéret du Glutathion pour éliminer au max les divers métaux lourds que nous absorbons quotidiennement, même si nous faisons attention à notre nourriture. Utilisez tous les jours le programme Y-Age est plus qu’une nécessité aujourd’hui dans notre environnement de plus en plus toxique. Cela nous demande quelques secondes par jour.

Si vous avez raté l’émission de dimanche soir 22 janvier sur l’aluminium et son impact sur notre santé, vous pouvez regarder le replay en cliquant sur le lien :

http://www.pluzz.fr/aluminium-notre-poison-quotidien-2012-01-22-20h35.html


RÉSUMÉ

L’aluminium envahit discrètement notre vie quotidienne. Tout le monde en consomme tous les jours sans s’en rendre compte. Il est pourtant toxique. Dans l’alimentation, dans les produits cosmétiques, dans les vaccins et même dans les laits pour bébés, les fabricants utilisent de l’aluminium : agent levant dans les pains et les viennoiseries, conservateur dans les charcuteries et les plats préparés, antiagglomérant dans le sel ou pour les crèmes cosmétiques, colorant dans les confiseries, blanchisseur dans les dentifrices, anti-transpirant dans les déodorants…
Je rajoute un article paru dans le monde sur le mercure.

Comment le mercure se retrouve dans la chaîne alimentaire et aussi dans l’air

Comment le mercure se retrouve dans la chaîne alimentaire

Audrey Garric
Le Monde
mar., 20 déc. 2011 11:29
En ce temps d’hiver qui tourne à la pluie, durant lequel nous absorbons allègrement des molécules de dioxyde de carbone, d’oxyde d’azote ou encore de dioxyde de soufre, un autre polluant vient jouer les trouble-fêtes : le mercure. Moins connue, cette particule s’est en réalité fait une place tenace dans l’atmosphère et sa concentration ne cesse d’augmenter. De sorte que la Terre est constamment douchée de ce métal empoisonné, qui peut atterrir n’importe où et notamment entrer dans la chaîne alimentaire.

A l’origine, cette molécule s’est retrouvée dans l’atmosphère du fait des activités humaines, et en particulier des centrales au charbon, des usines d’incinération, de l’industrie cimentière et de l’extraction de l’or. Près de 385 000 tonnes de mercure ont été de la sorte rejetées dans l’atmosphère au cours des 5 000 dernières années, selon une étude publiée par la revue Environmental Science and Technology, jeudi 15 décembre, que cite Le Figaro. Le record d’émissions, autour de 2 600 tonnes par an, a été atteint entre 1860 et 1910, au moment de la ruée vers l’or aux Etats-Unis (durant laquelle le mercure était utilisé pour amalgamer le métal précieux).

Aujourd’hui, la situation n’est guère meilleure. Après un ralentissement au début du XXe siècle, on assiste en effet à de nouveaux pics, autour de 2 000 tonnes par an, soit quatre fois la quantité émise par les phénomènes naturels tels que les éruptions volcaniques ou l’érosion. En cause : la combustion massive de charbon par les pays asiatiques, au premier rang desquels la Chine, pour alimenter leurs centrales et produire de l’énergie.

Le problème, c’est que ces éléments, une fois dans l’atmosphère, deviennent très volatils et peuvent retomber n’importe où sur Terre où après avoir fait plusieurs fois le globe. Car un mécanisme chimique encore peu explicité est à l’½uvre, comme l’explique une nouvelle étude parue dans la revue Nature lundi 19 décembre : la haute troposphère et la stratosphère inférieure provoquent une oxydation du mercure élémentaire gazeux. Etant beaucoup plus réactives, les molécules se déposent alors rapidement à la surface de la Terre, sous forme de pluie ou de neige. « La haute atmosphère agit comme un réacteur chimique permettant aux molécules de mercure d’être déposées dans les écosystèmes », livre le professeur Seth Lyman, qui a dirigé l’étude, résultant de mesures faites à bord d’un avion de recherche scientifique.

Certaines régions, comme le sud-ouest des Etats-Unis semblent, du fait de leurs conditions climatiques, plus enclines à être contaminées par le mercure oxydé, précise le chercheur. « En savoir plus sur ce mécanisme d’oxydation et la manière dont les particules retombent nous permettra de mieux anticiper les impacts du mercure sur les écosystèmes », conclut le chercheur.

Une fois dans l’eau, l’oxyde de mercure est ensuite transformé par les bactéries en méthylmercure, une substance toxique qui pénètre facilement dans la chaîne alimentaire, et contamine la faune marine et donc automatique l’homme.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s