Comment choisir son homéopathe ?


Par le Docteur Patrick Theillier, homéopathe

Si vous décidez de consulter un médecin homéopathe, vous avez besoin de savoir qu’il existe plusieurs façons d’exercer cette médecine.

Mieux vaut éviter les homéopathes qui basent leurs prescriptions d’emblée sur la maladie, comme les médecins allopathes, sans prendre le temps de cerner la personnalité du patient pour trouver le bon remède (ce bon remède s’appelle, dans le langage de l’homéopathie, le remède « similum »). Eviter aussi, c’est évident, ceux qui mélangent tous les médicaments sans chercher à comprendre les causes profondes de votre maladie.

Ceci ne veut pas dire qu’il n’y a pas des médicaments homéopathiques pour tel ou tel trouble particulier, j’y reviendrai après, mais la prescription doit être personnelle !

Un seul remède à la fois : les homéopathes « unicistes »

Pour ce qui est des vrais homéopathes, certains, les moins nombreux, sont les unicistes. Ils ne prescrivent qu’un seul remède à la fois. Généralement, ce remède sera en haute dilution, c’est-à-dire qu’il aura été dilué un très grand nombre de fois, ainsi que nous l’avions expliqué dans notre article de présentation générale de l’homéopathie (voir ici).

Ces homéopathes se basent le plus souvent sur un « répertoire « qui reprend tous les symptômes possibles, classés par organes ou systèmes. Le plus connu est le répertoire de Kent, originellement en anglais. Si vous voulez avoir une idée de cette façon de procéder, vous pouvez essayer de trouver vous mêmes votre remède sur un site Internet : www.homeopathie-online.com, appelé aussi « Le répertoire de Kent interactif ».

Comment l’homéopathe uniciste procède

La difficulté, c’est qu’il faut « hiérarchiser » vos symptômes, certains ayant plus de valeur que d’autres (les symptômes psychiques ou mentaux). De plus trouver LE remède n’est pas chose aisée : si l’homéopathe se trompe, il ne se passe rien, ni effet bénéfique, ni effet secondaire.

Je signale que plus les symptômes de la maladie sont marqués, plus la dilution doit être élevée. Cela veut dire qu’il y a de moins en moins de substance de base. Elle est tellement diluée qu’au-dessus de la 9 CH, on peut même dire qu’il n’y en a plus (pour les chimistes, on est au-dessus du nombre d’Avogadro).

Est-ce à dire qu’il n’y a plus d’effet ? Non, au contraire : plus la dilution est haute, plus le médicament couvre un grand nombre de symptômes, surtout les plus importants (de hiérarchie élevée). En fait, moins il y a de matière, plus il y a d’énergie. Les recherches et expériences les plus récentes montrent que les hautes dilutions homéopathiques ne peuvent agir que de façon électro-magnétique. On pourra y revenir.

L’homéopathie est une médecine basée sur la physique et non plus sur la chimie.

La dilution homéopathique est une information qui n’est pas matérielle. Toute information est une vibration, avec ses caractéristiques physiques (fréquence et longueur d’onde en particulier).

On ne pourrait vivre sur terre sans les vibrations que nous recevons du soleil, qui sont immatérielles mais vont se transformer en information matérielle : sous l’effet des rayons du soleil, nos neurones vont fabriquer plus de sérotonine qui va nous mettre de bonne humeur ; et de la vitamine D indispensable à notre santé.

Nos cinq sens sont là pour démontrer que tout est vibration. La parole est immatérielle, c’est une vibration. Une parole – une calomnie par exemple – peut faire très mal ; elle peut faire s’effondrer notre système immunitaire !

Un son peut faire vibrer une vitre, si elle est sur la même harmonique, et aller jusqu’à la briser !

Si une troupe marche sur un pont à un certain rythme, elle peut communiquer une information vibratoire qui peut se matérialiser jusqu’à faire écrouler le pont en question !

L’homéopathie a une action très profonde, d’ordre vibratoire, énergétique. Le granule homéopathique est beaucoup plus puissant qu’on imagine. C’est le petit caillou de David contre Goliath !

Les homéopathes « pluralistes »

En France, la plupart des médecins homéopathes ont été formés selon l’Ecole française d’homéopathie qui prône un  « pluralisme raisonné » : ils associent plusieurs remèdes complémentaires.

L’expérience a en effet montré qu’il existe des familles de remèdes qui vont bien ensemble, en définissant des tempéraments (carboniques, phosphoriques, fluoriques…) et des « diathèses » (psorique, tuberculinique, luétique, sycotique). C’est l’homéopathie que l’on peut dire classique, pluraliste, celle que vous utiliserez le plus couramment, à usage familial.

Ainsi, Sulfur, remède d’autointoxiation, s’associe bien avec Nux vomica, la noix vomique. Nux vomica est un sujet « soupe-au-lait » querelleur, ne supportant pas le bruit, la contradiction, la contrariété ; il s’emporte facilement, irascible, avec une sensibilité à fleur de peau due autant au surmenage nerveux qu’aux excitants nombreux qu’il absorbe : café, thé, vin, alcool, tabac et excès de table; il est terriblement sédentaire, somnolent après les repas, amélioré par un court sommeil, dormant mal la nuit (se réveille vers 3 heures du matin) ; il a tendance à la constipation ; sa langue est caractéristique : blanche dans la partie postérieure. Il y a encore d’autres symptômes, mais vous voyez déjà qu’il existe un ra pport avec Sulfur que je vous avis décrit.

En pratique, on peut donner ces deux remèdes en alternance, un jour l’un, un jour l’autre, à la même dilution, 5 ou 7 ou 9CH, suivant les symptômes plus ou moins mentaux. Si l’un prédomine sur l’autre, on peut aussi donner l’un, Nux vomica, le plus souvent, 6 jours sur 7 en granules et Sulfur en dose plus élevée une fois par semaine.

Des petits remèdes de drainage des émonctoires sont souvent utiles au début car il faut penser à « vider les poubelles »…

Trousse de secours homéopathique

La médecine homéopathique est un art qui peut devenir d’une grande complexité mais, justement, pour ne pas vous décourager, – ce n’est pas le but !- je vais vous donner des médicaments spécialisés et des recettes que vous pourrez utiliser dans les cas courants.

Pour les médicaments des blessures et accidents, voici votre trousse de secours :

En plus du trio de choc déjà vu Arnica, Calendula, Cantharis :

  • pour les entorses, foulures, distensions ligamentaires : Ruta graveolens, la « Rue des Jardins ».
  • blessures des articulations, des tendons, des ligaments : Rhus toxicodendron ou « Sumac vénéneux » caractérisé par le fait que « le repos et le premier mouvement sont douloureux, avec amélioration au mouvement continué » (sur ces modalités, c’est aussi un remède de rhumatisme.
  • s’il y a fracture de l’os ou du périoste : Symphytum officinale, la « Grande Consoude ».
  • Ledum palustre est le médicament de la piqûre d’insecte, mais également le préventif, celui des piqûres par échardes, clous, aiguilles, épines, ainsi que des morsures d’animaux. C’est un remède des paupières.
  • Hypericum perforatum, le « Millepertuis » est le remède des lésions de nerfs (optique, auditif, etc.) et des blessures des extrémités (doigt écrasé, morsure, ou lorsqu’on s’enfonce un clou dans le pied ou un poinçon dans la main, avec douleurs élançantes) et aussi du coccyx (en association avec Bellis perennis) C’est aussi, d’après Horvilleur, le remède du névrome plantaire en 12CH : 2 doses/semaine pendant 6 mois.

Dans un autre ordre d’idée voici un certain nombre de recettes qui peuvent rendre grand service (avec les dilutions qui marchent le mieux en général) :

  • Le syndrome des « jambes sans repos » ou « impatience dans les jambes » qui empêche de dormir, soigné aujourd’hui en médecine classique par des médicaments anti-parkinsoniens sans beaucoup de résultat et avec des effets secondaires possibles, un seul remède (que m’a transmis mon maître le Dr Marcel Denis) : Zincum valerianum 5CH à prendre le soir, à répéter si nécessaire.
  • De même pour les crampes musculaires violentes apparaissant brusquement sans prévenir, tout de suite prendre 3gr d’un remède mieux connu : Cuprum metallicum 7CH. Poursuivre en général par du magnésium pondéral sous une forme assimilable.
  • Pour les femmes qui ont de la diarrhée au moment des règles, j’ai remarqué que marchait bien :Veratrum album 5CH 3 à 4 fois 2gr/j.
  • Pour prévenir le spasme du sanglot chez l’enfant : Ignatia 12CH 1 dose/semaine pendant quelques mois (Horvilleur)
  • Pour Horvilleur encore, Arsenicum album 9CH (l’arsenic !) est le remède à donner systématiquement en cas d’intoxication alimentaire avec diarrhée de mauvaise odeur.

Enfin quelques remèdes qui peuvent rendre service d’emblée, avant de chercher le remède de fond (le similimum) :

  • Pour les enfants grognons, de mauvaise humeur, agités, insomniaques, avec des cernes sous les yeux, se frottant le nez constamment ou se grattant l’anus : Cina 9, 15, 30CH, ces 3 doses dans l’ordre à 24H d’intervalle : remède des vers intestinaux (oxyures).
  • En cas de crise d’acétone chez l’enfant : Senna 4CH. Le remède de fond est généralement Lycopodium.
  • Stramonium est très souvent le remède des terreurs nocturnes des enfants : cris en dormant, regard fixe, amélioration dès qu’il y a de la lumière, amélioration par la présence de quelqu’un. Donner en 12 ou 15CH, une dose deux fois /semaine.
  • Anxiété avec inhibition, trac avec tremblement, diarrhée, insomnie, faiblesse, sensation que le cœur va s’arrêter de battre… : Gelsemium sempervirens 12 ou 15CH
  • A l’inverse, anxiété d’anticipation avec agitation, fébrilité impatiente, palpitations, diarrhée, précipitation (« voudrait avoir terminé avant d’avoir commencé » dit la Matière Médicale) : Argentum nitricum 12 ou 15CH.

Vous voyez que l’homéopathie peut très bien être familiale. Il faut oser se lancer. Acheter quelques livres. Etudier régulièrement les Matières Médicales. Mais surtout bien observer les symptômes. Et savoir demander conseil.

L’homéopathie présente beaucoup d’avantages. Elle ne nuit pas. Elle ne coûte pas cher. Elle est préventive car elle renforce le terrain. Elle est écologique.

Ce n’est pas un placebo : elle marche chez les nourrissons. Elle marche très bien chez les animaux, petits ou grands : ils y sont très sensibles.

L’homéopathie a aussi ses limites, c’est clair.

Elle devrait être la médecine de base, n’utilisant l’allopathie que dans un deuxième temps quand les défenses vitales sont débordées ou dépassées.

Pour se soigner en famille, deux livres intéressants pour tous, à condition de ne pas toujours suivre l’auteur pour les dilutions qu’il a tendance à mettre trop hautes à mon avis (et qui nécessitent d’être sûr de son remède) :

  • Alain Horvilleur : Guide familial de l’homéopathie (Livre de poche)
  • Alain Horvilleur : 101 conseils pour vous soigner par l’homéopathie (Livre de Poche).

Dr Patrick Theillier

**********************

Publicité

Un des plus graves problèmes de la médecine actuelle est que, par manque de temps, de formation, mais aussi pour des raisons légales, les médecins conventionnels ont tendance à ne PAS proposer à leurs patients des solutions naturelles, qui offrent pourtant de grands espoirs.

On sait pourtant aujourd’hui que des composés naturels peuvent contribuer à soulager douleurs et maladies, sans danger ni effet secondaire, et pour un coût dérisoire quand on a la bonne information. Pour en savoir plus, cliquez ici.

**********************

Sources de cet article :

  • Alain Horvilleur : Stratégies en homéopathie. Objectif : similimum (Maloine)
  • Colette Peyrard : Le trésor de l’homéopathie en cas de blessures et d’accidents.

**********************

Si vous n’êtes pas encore abonné et que vous souhaitez vous aussi recevoir cette newsletter gratuitement,cliquez ici

**********************

Si vous souhaitez commenter cet article, vous pouvez vous rendre sur: www.santenatureinnovation.fr

**********************

Les informations de cette lettre d’information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment accrédités auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de cette lettre d’information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs Santé et Nutrition n’est pas responsable de l’exactitude, de la fiabilité, de l’efficacité, ni de l’utilisation correcte des informations que vous recevez par le biais de nos produits, ou pour des problèmes de santé qui peuvent résulter de programmes de formation, de produits ou événements dont vous pouvez avoir connaissance à travers ce site. L’éditeur n’est pas responsable des erreurs ou omissions. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.

Santé et Nutrition est un service d’information gratuit des Nouvelles Publications de la Santé Naturelle, SARL au capital de 2000 euros, 6 rue Watteau, 92400 Courbevoie. Pour toute question, merci d’adresser un message àcontact@santenatureinnovation.fr

**********************

Publicités

Une réponse à “Comment choisir son homéopathe ?

  1. Bonjour,
    Auriez-vous l’amabilité de me renseigner un médecin homéopathe uniciste dans la région de Béziers? En fait, je suis prêt à me rendre où qu’il soit en Languedoc-Roussillion.
    Je vous remercie d’avance, et je vous prie d’agréer, Monsieur, l’expression de mes sentiments les meilleurs.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s