Bien boire de l’alcool


Nous sommes en 2012 et, pourtant, j’ai encore le droit de vous parler d’alcool sans être obligé de vous mettre en garde comme si vous étiez un enfant de 3 ans avec des slogans du type « L’abus d’alcool est dangereux pour la santé ».

D’ailleurs, avez-vous déjà réfléchi à l’absurdité de cette phrase sur « l’abus d’alcool dangereux pour la santé » ?

Le législateur consciencieux qui a décidé d’imposer ça n’a pas réalisé que, par définition, un abus est mauvais pour la santé. Si ce n’était pas mauvais pour la santé, ce ne serait pas un abus !

Ainsi, l’abus de pruneaux est dangereux pour la santé : si vous vous bourrez de pruneaux, vous pouvez vous abîmer le tube intestinal. L’abus de frites est dangereux pour la santé. L’abus d’eau est dangereux pour la santé : à trop boire d’eau, vous risquez de vous coller une insuffisance rénale !!

Notez que Bruxelles pourrait ne pas tarder à combler cette lacune réglementaire, et obliger Evian à marquer, en grosse lettre sur ses bouteilles « L’abus d’eau est dangereux pour la santé », si possible avec des photos atroces d’une opération de transplantation d’un rein !

J’exagère ? Oui, évidemment. Mais j’ai de plus en plus de mal à vivre dans ce monde où tous les adultes sont considérés, a priori, comme des irresponsables.

Un petit mot pour les victimes de la maladie alcoolique

Avant d’attaquer sur les bienfaits d’une bonne consommation d’alcool pour la santé, un mot spécial de compassion pour les personnes alcooliques qui lisent ma lettre, ainsi que pour celles qui ont un ou des proches alcooliques. On ne le dira jamais assez : l’alcool détruit des vies, ruine des familles, provoque des souffrances affreuses, chez les personnes qui ont un problème avec l’alcool, et dans leur entourage.

Mais nous parlons là en fait de la maladie alcoolique, décrite par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) comme les « troubles mentaux et troubles du comportement » liés à l’utilisation d’alcool.

Cette maladie touche environ 5 % de la population dans nos pays. (1) Les messages de mise en garde sur les publicités ne leur sont d’aucun secours.

Vouloir soigner l’alcoolisme en ajoutant des mentions légales sur les publicités ou même sur les bouteilles d’alcool, c’est comme vouloir soigner un rhume avec des slogans : « Arrêtez d’avoir le rhume ! » ; « Le rhume est dangereux pour la santé ! ». Ça ne sert à rien, des études ont été faites, qui démontrent que les campagnes contre l’alcool n’ont jamais aidé aucun alcoolique à guérir, contrairement aux actions réelles comme les Alcooliques Anonymes.

Des études scientifiques qui perturbent tout le monde

Si vous interrogez votre médecin ou votre entourage, chacun a une idée bien précise sur l’alcool, contradictoire avec celle des autres, mais toujours appuyée sur des « études scientifiques » !

Nous allons y mettre de l’ordre, car les choses ne sont pas simples en effet :

Rien que ces quelques derniers mois, des chercheurs allemands ont conclu qu’un verre d’alcool par jour suffit à augmenter le risque de cancer du sein, tandis que des scientifiques américains ont trouvé que la consommation d’alcool faible à modérée (« light to moderate ») peut diminuer le risque d’infarctus et d’accident vasculaire cérébral (AVC). (3)

D’autres études suggèrent que l’alcool peut à la fois aider et empêcher de dormir, (4) ainsi que renforcer et affaiblir les os. (5)

Que faut-il en conclure pour notre consommation quotidienne d’alcool ?

Alcool et cancer : la triste réalité

Il est souvent dit qu’un verre de vin par jour est bon pour la santé mais, dans le cas du cancer, ne pas boire du tout pourrait être la meilleure façon de prévenir la maladie.

Selon un rapport du World Cancer Research Fund (WCRF) et de l’American Institute for Cancer Research (AICR) – la plus grande étude jamais réalisée sur le mode de vie et le cancer – la consommation d’alcool, même en tout petite quantité, peut augmenter de façon significative le risque de certains cancers, tels que celui de la bouche, de la gorge, des cordes vocales, de l’œsophage, du sein et du colon.

L’augmentation du risque a été constatée vis-à-vis de toutes les catégories d’alcool – bière, vins et spiritueux – suggérant que le facteur de risque principal est la teneur en éthanol, et non les autres ingrédients dans la boisson. En fait l’éthanol, ou alcool pur, est classé comme agent cancérigène pour l’être humain par l’International Agency for Cancer Research (IACR).

Bien que toutes les preuves ne se rejoignent pas, par exemple la recherche sur le cancer du rein suggère que l’alcool puisse au contraire avoir un effet positif contre le cancer, la conclusion du rapport du WCRF-AICR est claire : « Du point de vue de la prévention du cancer, le meilleur niveau de consommation d’alcool est zéro. ». (6)

Mais plutôt que de recommander que nous évitions totalement l’alcool, les auteurs conseillent de « limiter la consommation à deux verres par jour pour les hommes et un par jour pour les femmes. » Un verre contient environ 10 à 15 grammes d’éthanol.

Cet avis apparemment contradictoire vient du fait que, tandis que l’alcool paraît augmenter les risques de cancer, il pourrait aussi réduire considérablement le risque de maladies cardiovasculaires. (7)

L’alcool aide le cœur

De nombreuses études ont montré que les personnes consommant de l’alcool en quantité modérée, risquent moins que les autres d’être victimes de maladies cardiovasculaires. Dans une méta-analyse – une analyse d’un ensemble d’études scientifiques – des chercheurs canadiens et américains ont constaté que les consommateurs d’alcool avaient moins de risque d’infarctus, d’AVC, et de décès par une de ces causes que les abstinents.

Un verre par jour a été associé de façon convaincante à une réduction de 14 à 25 % du risque de toutes les maladies cardiovasculaires confondues. Mais boire plus qu’un verre par jour, en revanche, augmente le risque de faire un infarctus mortel. (8)

Les mêmes chercheurs ont poursuivi leurs recherches sur les mécanismes derrière les effets apparemment bénéfiques sur le cœur. Ils ont pris en compte plus de soixante études sur la consommation d’alcool en relation avec des marqueurs connus de maladies cardiaques, et ont constaté que les quantités modérées d’alcool augmentent de façon significative les taux de « bon » cholestérol HDL circulant dans le corps. Cela pourrait expliquer l’effet protecteur de l’alcool contre les maladies du cœur. (9)

A noter que, en étudiant l’impact du type d’alcool consommé (vin, bière ou spiritueux), il a été constaté que tous avaient le même effet positif pour le cœur. Cependant, la plupart des études revues portaient sur le vin, et en général le vin rouge, ce qui pourrait avoir biaisé les résultats. Le vin rouge contient en effet des composés végétaux appelés « polyphénols » comme le resvératrol, considérés comme bons pour le cœur.

Néanmoins, la plupart de ces études sur le vin rouge ont conclu que c’est bel et bien l’alcool contenu dans la boisson qui est la cause des effets positifs pour la santé. Une étude a comparé les effets de la consommation de vin rouge et de vin blanc, avec deux types différents de jus de raisin, l’un riche et l’autre pauvre en polyphénols, sur le niveau de cholestérol sanguin. Le vin blanc comme le vin rouge ont augmenté le niveau de bon cholestérol HDL, alors que le jus de raisin, lui, n’avait aucun effet. (10)

Proscrire le « binge drinking » à tout prix

Plus encore que la quantité d’alcool bue, il est crucial d’apprendre à bien boire, et cela veut dire boire à table, en proportion avec la quantité de nourriture avalée. Le « binge drinking », cette pratique qui consiste à avaler de grandes quantités d’alcool brutalement et à jeun, pour « s’envoyer en l’air » (et plutôt en général dans le caniveau), est à proscrire à tout prix.

Selon le Dr Juergen Rehm, directeur de la recherche sociale et épidémique au Centre des Addictions et de la Santé Mentale (CAMH) de Toronto, « si quelqu’un se saoule une fois par mois, tout bienfait pour la santé de la consommation d’alcool est effacé ». Ce niveau est atteint quand un homme dépasse cinq verres à la suite, et une femme quatre.

Les propres recherches menées par le Dr Rehm sur l’alcool et le cœur – une méta-analyse de 44 études co-écrites avec Michael Roerecke – ont révélé que, bien que l’alcool semble protéger contre les maladies cardiaques et diminuer le risque de décès en général, l’effet protecteur n’est pas automatique pour tous les buveurs, même en quantité réduite. Leur étude, publiée dans la revue scientifiqueAddiction, suggère que la façon de boire pourrait être aussi importante que la quantité d’alcool bue au total. (11)

Une étude comparant les habitudes de consommation des hommes d’âge moyen à Lille, Strasbourg et Toulouse, ainsi qu’en Irlande du Nord, va dans le même sens. Il a été constaté que, bien que les Français boivent typiquement plus en quantité que les Irlandais, ils ont bien moins de maladies coronaires que les Irlandais, qui ont tendance à s’imbiber.

Un risque de mourir d’infarctus deux fois plus élevé

Les buveurs qui pratiquent le « binge drinking » ont presque deux fois plus de risque d’infarctus ou de décès par maladie cardiaque que les personnes qui boivent quotidiennement mais modérément. (12)

Certains experts sont cependant opposés à la consommation quotidienne d’alcool, même modérée, et conseillent de respecter deux jours d’abstinence par semaine.

Il semblerait en effet qu’il y ait un risque de maladies du foie si l’on boit tous les jours, selon Sir Ian Gilmore, le conseiller spécial alcool du Royal College of Physicians à Londres.

Le Dr Nick Sheron, expert du foie à l’Université de Southampton (Grande-Bretagne) confirme : « Si nous regardons quelles sont les personnes qui ont des lésions du foie (cirrhose), elles boivent à peu près toutes de l’alcool quotidiennement. »

Il conseille d’autant plus de respecter un ou deux jours d’abstinence que cela limite l’accoutumance, et donc la tendance à boire de plus en plus.

Conclusion

La consommation d’alcool, donc, diminue le risque de maladies cardiaques tant que vous buvez pendant des repas. Pour limiter les dommages sur votre foie, respectez toutefois deux jours d’abstinence par semaine et évitez à tout prix le « binge drinking ».

Il est vrai que boire, même de cette façon raisonnable, pourrait légèrement augmenter votre risque de cancer. Cependant, si vous regardez les taux de décès, il apparaît que les buveurs modérés vivent plus longtemps que les abstinents, même en tenant compte du niveau d’éducation et de revenu. (13)

Enfin, bien que les experts ne soient pas d’accord sur ce qui constitue une dose « modérée » et sûre d’alcool par jour, il est raisonnable de limiter votre consommation à 15 g d’éthanol par jour si vous êtes une femme, autrement dit un ballon de vin rouge ou une canette de 33 cl de bière à 5° d’alcool, et à 30 g si vous êtes un homme (un grand verre de vin ou deux bières).

Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter, aujourd’hui plus encore que d’habitude,

A votre santé !

Jean-Marc Dupuis

********************

Publicité :

L’action conjointe de l’Union Européenne et des lobbys de l’industrie pharmaceutique menace les médecines naturelles. Bientôt, non seulement les traitements alternatifs risquent d’être interdits, mais les sources d’information sur les médecines naturelles disparaîtront elles aussi.

Prenez dès aujourd’hui les devants ! Abonnez-vous à Santé Nature Innovation et restez en permanence au courant des dernières découvertes en pointe de la médecine naturelle.

Découvrez les nouveaux traitements que Bruxelles n’a pas encore eu le temps d’interdire en cliquant ici.

**********************

Sources de cet article :

  1. les autres 5 % sont les abstinents qui, pour des raisons de goût ou religieuses, ne boivent jamais d’alcool, et qui ne sont donc pas concernés par cette lettre.
  2. Alcohol, 2012 Mar 29 ; Epub ahead of print
  3. Stroke, 2012, 43 : 939-45
  4. Alcohol Clin Exp Res, 2011 ; 35 : 2093-100
  5. Am J Clin Nutr, 2009 ; 89 : 1188-96
  6. « From the point of view of cancer prevention, the best level of alcohol consumption is zero ».
  7. WCRF-AICR, Food, Nutrition, Physical Activity, and the Prevention of Cancer : A Global Perspective, 2007 ; www.dietandcancerreport.org)
  8. BMJ, 2011; 342 : d671
  9. BMJ, 2011; 342 : d 636
  10. Clin Chim Acta, 1996; 246 : 183-93
  11. Addiction, 2012 Jan 9 ; doi:10.1111/j.1360-0443.2012.03780.x
  12. BMJ, 2010 ; 341 : c6077
  13. J Am Geriatr Soc, 2009 ; 57 : 955-62

**********************

Crédit :

Cet article est une traduction/adaptation de « Alcohol : friend or foe » par Joanna Evans, reproduite avec l’autorisation de l’éditeur. Article publié dans « What Doctors Don’t Tell You », vol 23 n°2.www.wddty.com

**********************

Si vous n’êtes pas encore abonné et que vous souhaitez vous aussi recevoir cette newsletter gratuitement, cliquez ici.

**********************

Si vous souhaitez commenter cet article, vous pouvez vous rendre sur :www.santenatureinnovation.fr/bien-boire-alcool.

**********************

Les informations de cette lettre d’information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment accrédités auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de cette lettre d’information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Santé et Nutrition n’est pas responsable de l’exactitude, de la fiabilité, de l’efficacité, ni de l’utilisation correcte des informations que vous recevez par le biais de nos produits, ou pour des problèmes de santé qui peuvent résulter de programmes de formation, de produits ou événements dont vous pouvez avoir connaissance à travers ce site. L’éditeur n’est pas responsable des erreurs ou omissions. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.
Santé et Nutrition est un service d’information gratuit des Nouvelles Publications de la Santé Naturelle, SARL au capital de 2000 euros, 6 rue Watteau, 92400 Courbevoie. Pour toute question, merci d’adresser un message à contact@santenatureinnovation.fr

**********************

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s