Archives quotidiennes : 27 juillet 2012

La culture en buttes au cœur de l’été

Publié le 26 juillet 2012 par Le Passeur

Par le Passeur.

Pour celles et ceux qui ont suivi les articlesconsacrés à la permaculture, voici des nouvelles des cultures sur buttes crées durant le printemps. Tout d’abord une petite précision concernant le terme de « permaculture » qui finalement aujourd’hui revêt bien des aspects des cultures biologiques se rapprochant des cycles et des moyens donnés par la Nature.

Disons plutôt, pour être précis, que les techniques qui ont été indiquées dans les premiers articles consacrés ici au sujets devraient s’appeler culture sur buttes avec réserve naturelle d’eau.

Quelques choux chinois luttent contre la sécheresse à côté des buttes

Donc, ce que je peux déjà vous dire dès à présent de ces buttes, c’est mon étonnement d’avoir vu parfaitement fonctionner le système à peine a-t-il été mis en place. Etant donné l’échelle à laquelle j’ai construit ce jardin (près de 350m3 de matériaux remués et 12 tonnes de troncs d’arbres pour la réserve d’eau) je pensais qu’il serait vraiment opérationnel l’an prochain seulement après les précipitations de la saison froide. Or, si j’ai bien entendu arrosé 3 ou 4 fois les tout jeunes plants de fin Mai jusqu’à ce qu’ils s’installent, je n’ai plus arrosé une seule fois depuis Juin. Il n’y a eu depuis cette date que trois orages et alors que nous arrivons en Août, pas une goutte de pluie n’est tombée depuis plusieurs semaines alors que le soleil de montagne et la chaleur des journées battent leur plein.

A quelques mètres, sans une goutte d’eau, tout est florissant sur les buttes

En réalité l’humidité sous-terraine est bien là, qui remonte vers la surface en grande partie grâce aux vers et aux taupes, alors que le réseau racinaire, de son côté, a pu descendre aisément dans une terre argileuse remuée et allégée de fumier de cheval, de broyat et de terreau. Pour la même raison, l’eau des violents orages de montagne a pu elle aussi descendre sans rétention ou presque jusqu’au bois.  Le système de réserve d’eau dans le bois mort fonctionne ainsi à 100% en quelques semaines à peines.

Les plants ne souffrent donc pas de soif et les légumes sont déjà magnifiques et de très belle taille. Sur un grand jardin comme celui-là, imaginez un peu l’économie d’eau et de temps passé à arroser.

Les prochaines étapes seront très prochainement l’établissement de murets de rondins de bois de chaque côté des buttes, afin d’empêcher à terme leur érosion (ce qui n’est pas une obligation), puis l’aspersion d’une préparation biodynamique de silice. Plus tard, en automne, je réaliserai d’autres buttes beaucoup plus petites afin de généraliser le système à l’ensemble du jardin.

Chez Philippe Forrer, toujours dans une goutte d’eau depuis longtemps

Depuis, affinant les recherches en allant rencontrer des personnes qui pratiquent ce type de cultures depuis des années, j’ai découvert, grâce au généreux partage de Philippe Forrer et son très surprenant jardin en limite de l’Aude et de l’Ariège, d’autres techniques à combiner avec la culture sur buttes. Parmi elles, le paillage avec un mélange de feuilles de platane et d’humus de forêt de résineux. Ainsi utilise-t-il contre toute attente des aiguilles et des pommes de pin, que beaucoup considèrent comme trop acides pour le jardin, mélangées à des feuilles de platane dont la décomposition est assez lente. A l’arrivée, grâce à ce paillage à maintenir à 20cm d’épaisseur, on obtient un compostage lent qui maintient une température tiède au niveau des racines. Avec cette technique, P. Forrer récolte encore des courgettes en hiver à 620 m d’altitude dans un climat pourtant rude. Il parvient en fait à obtenir 35 variétés de légumes en cette saison habituellement pauvre en récolte.

Comme on le voit, il faut dans ce domaine aussi balancer par-dessus bord bien des idées reçues jamais remises en question. Une autre manière d’envisager le potager est possible qui nourrit l’homme en toutes saisons de légumes sains, sans apport supplémentaire d’eau et qui passe par l’observation attentive de la Nature et notre imagination respectueuse d’Elle.

Fretaernellement,

L’ensemble des articles consacrés à la culture.

© Le Passeur – 26 Juillet 2012 – http://www.urantia-gaia.info Cet article est autorisé à la copie à la seule condition de ne pas l’associer à une démarche commerciale, de respecter l’intégralité du texte et de citer la source.

Le monde n’a pas besoin d’être sauvé

Publié le 24 juillet 2012 par Le Passeur

Par Mary Amato.

“Quel Est Le Message Que Vous Transmettez Dans Le Monde?”

Nul besoin d’être écrivain de profession, orateur doué, professeur, médium, guérisseur ou artiste afin de communiquer votre message dans le monde. Certains n’ont pas encore découvert leur propre message et le cherchent encore. Notre vie est notre message pour le monde. Nous transcendons notre message à travers les vérités auxquelles nous croyons, nos valeurs, la façon dont nous vivons notre vie, nos action et réactions, nos peurs, forces, faiblesses, limites, libertés, défis et leçons que nous apprenons par nos expériences, ou par l’autodestruction, le respect de soi, notre valeur personnelle, etc. Tout ce en quoi nous croyons, ce que nous exprimons et faisons dit qui nous sommes et comment nous habilitons les autres.

L’énergie que nous transmettons aux monde nous revient plus tard multiplié. En réalisant cela nous devenons plus attentifs à chacune de nos pensées, à chaque mot et aux actions que nous posons chaque jour. Quoi que nous fassions aux autres, nous le faisons à nous même. Pour créer un meilleur avenir, vous devez vous poser la question: «Qu’est-ce qui donnera plus de sens, de direction, de joie à ma vie?»

Votre message est que vous êtes votre propre Messie, capable de sauver votre propre vie. Le monde n’a pas besoin d’être sauvé. Ceci est une idée que nous avons créée de toute pièce avec notre système de croyance individualiste. Le monde est une école pour l’évolution de notre conscience. Si tout est relié et tout est UN, alors, nous changeons le monde par ce que nous sommes, pas juste par ce que nous faisons. Changez-vous vous-même, vous changerez le monde. Sauvez donc le monde en vous sauvant vous-même. Voyez le monde pour ce qu’il est et vous permettrez à la vérité de s’infiltrer dans votre esprit – pensée. Vous serez alors rempli d’amour, de compréhension et de connaissance de vous-même. La Vérité Divine est éternelle et immuable et nous en sommes tous nourris parce que la vérité est évidence même, au-delà des mots, des théories et des doctrines. Nous sommes des êtres de Lumière, d’Amour et de Sagesse. En d’autres mots, nous sommes des êtres spirituels d’Illumination, des déités. Aussitôt que nous nettoyons les fils d’araignée de l’égoïsme, de la peur, des insécurités, de l’immaturité et de l’ignorance, la vérité rayonne.À chaque fois que nous émettons un juron, cela transmet une énergie négative et, chaque fois que nous exprimons de l’amour cela transmet une fréquence élevée d’énergie d’amour positive. Tout ce dont vous avez besoin dans la vie est déjà vôtre. Vous devez seulement ARRÊTER DE VOUS INQUIÉTER afin de LAISSER LA CONFIANCE, ÊTRE…

Vous ferez alors l’expérience du synchronisme et de l’équilibre dans votre corps, votre esprit et votre âme. Souvenez-vous que nous sommes tous nés en tant qu’incarnation d’amour et de connaissance de soi. Et cela, nous ne le perdons ni ne l’oublions jamais; on peut seulement l’ignorer ou le mettre de côté. Notre monde est exactement ce que nous en avons individuellement ou collectivement fait. Car nous sommes des créateurs conscients créant la création à chaque moment de notre existence. Chaque instant est un point d’illumination et de pouvoir, spécialement quand nous nous sentons attristé, vide à l’intérieur, perdu ou confus, non – aimé et seul. C’est là le signe que notre moi divin nous rappelle à notre divinité. Les sentiments sont la reconnaissance du cœur. Le cœur ressent, le mental ne ressent pas. Le cœur est vivant, le mental est inerte. Le cœur expérimente, le mental conceptualise. Le cœur unit, le mental sépare. Les émotions sont issues des pensées et les sentiment sont issus du cœur et sont signe d’amour, de compréhension et de sagesse. C’est la raison pour laquelle nous devons vivre dans notre cœur plutôt que dans notre moi émotionnel ou mental.

La force de vie que nous appelons Dieu est notre propre nature qui est esprit, qui est l’essence et l’assemblage de tout ce qui est. Voici donc quelques moyens d’améliorer notre connexion avec notre esprit.

•  Vivez dans la paix, car la paix est l’harmonie qui apporte l’équilibre à notre vie et avec les autres.

• Ayez l’esprit ouvert afin de laisser votre moi supérieur passer à travers votre non-moi.

• Soyez l’exemple que les autres ont besoin de voir afin qu’ils puissent laisser manifester le meilleur d’eux-mêmes.

• Soyez amour car l’amour est la réalité de ce que nous sommes et le pouvoir qui soutient toute forme de vie.

• Vivez dans le moment présent, le pouvoir et l’illumination sont le «maintenant».

• Croyez en vous-même, pour aider les autres vous devez d’abord croire en vous-même.

• Voler quelqu’un est vous tricher vous-même.

• Ne jugez ni n’offensez personne, car en le faisant vous permettez aussi aux autres de vous le faire.

• Respectez-vous afin de respecter les autres, ainsi les autres vous respecteront.

• Acceptez le changement comme le moyen que votre moi divin prend pour vous faire évoluer vers un meilleur chemin de vie.

• Le pardon commence envers nous – même, ensuite nous pardonnons les autres, puis les autres nous pardonnent.

• Soyez reconnaissant, humble, généreux, gentil, avenant, sincère, loyal, accueillant. etc.

• Ne contaminez pas la planète en vous polluant vous-même avec des énergies immatures.

• Soyez celui et celle qui prennent soin de la terre.

• Remerciez et appréciez.

Rester assis et ne rien faire ne vous fera pas aimer votre message pour le monde. Parce que chaque âme individuelle a besoin d’explorer et de choisir son chemin vers l’illumination spirituelle qui nous ramène à notre divinité. L’essence de ce que nous sommes est parfaite, entière et complète. Alors comment l’essence de toute chose peut-elle avoir des désirs, des besoins, des attentes. Nous n’avons de désirs et d’attentes que parce que nous nous identifions à notre moi physique, émotionnel et mental. La réalisation de la conscience spirituelle est dans le «JE SUIS».

Alors, afin de vous trouver perdez le besoin de vouloir et de désirer. En lâchant prise, vous laissez être et il en sera fait ainsi.

Nous vivons au moment le plus accéléré de l’histoire humaine. L’âge de l’ombre de la Lumière est stimulé et émerge avec l’âge du nouvel éveil à la conscience de la connaissance de soi, de la maîtrise de soi et de l’illumination de soi. Le temps est venu pour nous de choisir de nous réveiller ou de continuer à errer dans la sphère de la conscience non illuminée. La réalité est que nous nous sommes détachés de Dieu (notre connexion avec la divinité) ce n’est pas Dieu qui nous a laissés. Si nous avons été un étudiant sérieux, nous avons alors appris et nous sommes prêt pour cette transformation.Si nous avons ignoré la voix de«l’appel» nous somme encore au moment du «changement». Le choix est seulement le nôtre!

Je vous bénis et vous donne à tous pleins pouvoirs sur la réalité que vous êtes un être divin au travail pour récolter les fruits de votre arbre de vie.

Mary Amato.

Vu sur La Presse Galactique

Source originale.

Source : http://www.urantia-gaia.info (en cas de copie, merci de respecter l’intégralité du texte et de citer la source).