La culture en buttes au cœur de l’été


Publié le 26 juillet 2012 par Le Passeur

Par le Passeur.

Pour celles et ceux qui ont suivi les articlesconsacrés à la permaculture, voici des nouvelles des cultures sur buttes crées durant le printemps. Tout d’abord une petite précision concernant le terme de « permaculture » qui finalement aujourd’hui revêt bien des aspects des cultures biologiques se rapprochant des cycles et des moyens donnés par la Nature.

Disons plutôt, pour être précis, que les techniques qui ont été indiquées dans les premiers articles consacrés ici au sujets devraient s’appeler culture sur buttes avec réserve naturelle d’eau.

Quelques choux chinois luttent contre la sécheresse à côté des buttes

Donc, ce que je peux déjà vous dire dès à présent de ces buttes, c’est mon étonnement d’avoir vu parfaitement fonctionner le système à peine a-t-il été mis en place. Etant donné l’échelle à laquelle j’ai construit ce jardin (près de 350m3 de matériaux remués et 12 tonnes de troncs d’arbres pour la réserve d’eau) je pensais qu’il serait vraiment opérationnel l’an prochain seulement après les précipitations de la saison froide. Or, si j’ai bien entendu arrosé 3 ou 4 fois les tout jeunes plants de fin Mai jusqu’à ce qu’ils s’installent, je n’ai plus arrosé une seule fois depuis Juin. Il n’y a eu depuis cette date que trois orages et alors que nous arrivons en Août, pas une goutte de pluie n’est tombée depuis plusieurs semaines alors que le soleil de montagne et la chaleur des journées battent leur plein.

A quelques mètres, sans une goutte d’eau, tout est florissant sur les buttes

En réalité l’humidité sous-terraine est bien là, qui remonte vers la surface en grande partie grâce aux vers et aux taupes, alors que le réseau racinaire, de son côté, a pu descendre aisément dans une terre argileuse remuée et allégée de fumier de cheval, de broyat et de terreau. Pour la même raison, l’eau des violents orages de montagne a pu elle aussi descendre sans rétention ou presque jusqu’au bois.  Le système de réserve d’eau dans le bois mort fonctionne ainsi à 100% en quelques semaines à peines.

Les plants ne souffrent donc pas de soif et les légumes sont déjà magnifiques et de très belle taille. Sur un grand jardin comme celui-là, imaginez un peu l’économie d’eau et de temps passé à arroser.

Les prochaines étapes seront très prochainement l’établissement de murets de rondins de bois de chaque côté des buttes, afin d’empêcher à terme leur érosion (ce qui n’est pas une obligation), puis l’aspersion d’une préparation biodynamique de silice. Plus tard, en automne, je réaliserai d’autres buttes beaucoup plus petites afin de généraliser le système à l’ensemble du jardin.

Chez Philippe Forrer, toujours dans une goutte d’eau depuis longtemps

Depuis, affinant les recherches en allant rencontrer des personnes qui pratiquent ce type de cultures depuis des années, j’ai découvert, grâce au généreux partage de Philippe Forrer et son très surprenant jardin en limite de l’Aude et de l’Ariège, d’autres techniques à combiner avec la culture sur buttes. Parmi elles, le paillage avec un mélange de feuilles de platane et d’humus de forêt de résineux. Ainsi utilise-t-il contre toute attente des aiguilles et des pommes de pin, que beaucoup considèrent comme trop acides pour le jardin, mélangées à des feuilles de platane dont la décomposition est assez lente. A l’arrivée, grâce à ce paillage à maintenir à 20cm d’épaisseur, on obtient un compostage lent qui maintient une température tiède au niveau des racines. Avec cette technique, P. Forrer récolte encore des courgettes en hiver à 620 m d’altitude dans un climat pourtant rude. Il parvient en fait à obtenir 35 variétés de légumes en cette saison habituellement pauvre en récolte.

Comme on le voit, il faut dans ce domaine aussi balancer par-dessus bord bien des idées reçues jamais remises en question. Une autre manière d’envisager le potager est possible qui nourrit l’homme en toutes saisons de légumes sains, sans apport supplémentaire d’eau et qui passe par l’observation attentive de la Nature et notre imagination respectueuse d’Elle.

Fretaernellement,

L’ensemble des articles consacrés à la culture.

© Le Passeur – 26 Juillet 2012 – http://www.urantia-gaia.info Cet article est autorisé à la copie à la seule condition de ne pas l’associer à une démarche commerciale, de respecter l’intégralité du texte et de citer la source.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s