Archives de Catégorie: psychologie

La magie d’être une femme après 40 ans

femme

 

Il faut beaucoup de courage pour aimer les femmes marquées par le passé, celles qui ont un fort caractère mais un bon cœur. Il faut beaucoup d’amour pour soigner les blessures et les désillusions.

Mais par-dessus tout, il faut être intelligent, parce qu’elles sont si matures et si expérimentées qu’elles ne croient plus à ce qu’elles ressentent, mais plutôt à ce que vous êtes prêts à faire pour elles.

Walter Riso

Nous n’avons plus le visage de nos 20 ans, car les pierres du chemin ont façonné notre corps. Notre regard est complice, car il s’est formé pendant des années, nous permettant de maîtriser l’art d’aimer nos enfants, notre conjoint, notre famille et nos amis.

Nous accumulons parfaitement bien l’expérience et la jeunesse, ce qui nous permet de contrôler l’art et la maîtrise de notre essence, ajoutant de la vie aux années pendant lesquelles nous nous sommes amusées et à celles qu’il nous reste pour profiter.

Une femme de plus de 40 ans laisse une trace partout où elle va, se faisant maîtresse de son chemin. Elle sent que son arrivée est remarquée, qu’elle dégage une grande confiance en elle et qu’elle a atteint une stabilité et un équilibre émotionnel et personnel hypnotisants.

photo-1-420x312

Après 40 ans

Plus de 40 souffles d’air pur…

J’AI QUEL AGE ?

J’ai l’âge de voir les choses avec tranquillité, mais dans l’intérêt de continuer à évoluer.

J’ai l’âge de caresser mes rêves du bout des doigts et de voir mes illusions se transformer en espoir.

J’ai l’âge où l’amour est parfois une flamme qui a besoin de se consumer dans le feu d’une passion désirée, parfois un havre de paix, tel un coucher de soleil sur la plage.

J’ai quel âge ? Je n’ai pas besoin de nombre, car mes désirs réalisés, les larmes que j’ai versées en voyant mes illusions se briser… valent beaucoup plus que ça.

Quelle importance d’avoir vingt, quarante, soixante ans ! Ce qui importe, c’est l’âge qui me correspond.

J’ai l’âge qu’il me faut pour vivre libre et sans peur. Pour suivre mon chemin sans crainte, car je porte avec moi l’expérience que j’ai acquise et la force de mes désirs.

J’ai l’âge suffisant pour ne plus avoir peur et faire ce que je veux et ce que je ressens.

José Saramago

Les 40 et 50 ans sont des moments particuliers, pendant lesquels vous vous trouvez entre deux générations qui mettent en avant le côté éphémère de la vie.

C’est là que l’on se rend compte qu’il faut profiter et concilier ses deux mondes. Ne vous préoccupez plus du passé et de l’avenir et commencez à profiter du moment présent.

A partir de 40 ans, on comprend enfin que chaque personne que l’on rencontre a un rôle dans notre vie. Certaines personnes vous mettent à l’épreuve, d’autres vous utilisent.

Il y a celles qui vous aiment et qui vous apprennent des choses, mais les personnes les plus importantes sont celles qui font ressortir le meilleur de vous-même.

Elles sont et resteront des personnes rares et extraordinaires qui vous rappelleront que le jeu en valait la chandelle.

vivre-420x275

Après 40 ans

La magie du moment

Les femmes de ma génération sont les meilleures. Point. Elles ont la quarantaine, elles sont belles, sereines, compréhensives, sensées, mais surtout terriblement séductrices, et ce malgré leurs pattes d’oie naissantes ou cette chaleureuse cellulite qui capitonne leurs muscles, mais qui les rendent tellement humaines, tellement réelles…magnifiquement réelles.

Sharon Stone, 48 ans.

Beaucoup de femmes de plus de 40 ans se sont trouvées dans des situations compliquées.

Certaines ont été reniées de leur société. Elles ont subi des trahisons et des déceptions qui les ont fait mûrir. Elles ont senti sur leur peau le déchirement de séparations peu honorables, d’abandons et d’humiliations.

Elles sont forgées dans le feu de la bataille et guéries par les flèches les plus inattendues.

Elles ont porté sur leurs épaules une grande partie du poids de la vie. C’est pour cela que les femmes de plus de 40 ans ont développé un septième sens qui leur permet d’avancer, de rester sereines et de se réconcilier avec la vie.

facebook-420x295

Une blague dit qu’une femme de 20 ans peut être attirante, qu’une femme de 30 ans peut être séductrice mais que seule une femme de 40 ans est irrésistible. C’est le résultat d’un mélange parfait entre expérience et jeunesse.

D’une certaine manière, la femme de plus de 40 ans a consacré beaucoup de temps à la recherche de l’amour. Aujourd’hui, elle s’aime beaucoup plus que les décennies précédentes.

Femme, ne vous oubliez pas…

Après 40 ans, vous avez l’âge de voir la vie avec tranquillité mais dans l’intérêt d’évoluer. C’est là que l’amour peut être ardent ou posé. C’est là que vous pouvez crier sans peur vos craintes et faire ce que vous désirez sans avoir peur d’échouer.

Aujourd’hui, vous pouvez vous aimer, vous accepter et prendre soin de vous, parce que les années ont fait de vous une personne beaucoup plus accomplie.

 

Un grand merci au site nospensées.com pour l’autorisation de republier cet article. source :http://nospensees.com

Publicités

SAVEZ-VOUS RECEVOIR ?

 

geoarmonie natura4ever bodyspiritzen bodyspiritharmony emrys 069

SAVEZ-VOUS RECEVOIR ?

Vous reconnaissez-vous dans les affirmations suivantes ?

* Je me sens gêné lorsque l’on me fait un compliment
* J’ai le sentiment d’être redevable lorsqu’on m’offre quelque chose ou que l’on me fait une faveur
* Je donne beaucoup de moi-même : mon temps, mon énergie, mon écoute, mon attention…
* Je culpabilise de dire non lorsque je vois quelqu’un qui a besoin d’aide
* J’ai le sentiment de ne pas mériter les cadeaux, de l’argent ou les compliments qui me sont adressés
* J’ai peur de déranger les gens, je préfère me débrouiller seul
* J’ai tendance à dire « non merci » par réflexe

Si c’est le cas, votre capacité à recevoir est bloquée.

Recevoir s’étend bien au-delà des compliments, des cadeaux et des faveurs. Puisque tout est énergie dans le monde, recevoir est une qualité extrêmement importante pour quiconque souhaite trouver son alignement et améliorer sa vie. Recevoir, c’est accepter l’énergie de la vie qui vous traverse.

La difficulté à recevoir vient toujours d’une difficulté à sentir sa valeur, et donc à sentir que l’on mérite. Ainsi, vous préférez être dans la position de celui qui donne. Les personnes qui donnent n’ont pas besoin de se sentir méritantes ou de voir la beauté en elles, elles vont naturellement vers l’autre, c’est pourquoi elles ont généralement beaucoup d’empathie. Cette empathie vous fait également ressentir la souffrance des autres plus fort que la moyenne. Et bien souvent, vous vous sentez investi d’une mission de les aider.

Lorsque vous donnez, vous êtes aussi dans une position de contrôle. C’est vrai, vous contrôlez ce que vous donnez : la quantité de temps que vous donnez, la façon dont vous aidez, le cadeau que vous faites, les questions que vous posez, les conseils que vous offrez… Vous êtes dans la maîtrise de l’énergie que vous émettez.

Donner est une immense qualité qui a un aspect maternel. C’est pourquoi les femmes ont une propension plus grande à donner d’elles-mêmes et des difficultés à recevoir. L’énergie du féminin sacré sait prendre soin des autres naturellement et insuffler une énergie vitale autour d’elle.

Toutefois lorsque vous donnez, vous donnez aussi de votre énergie subtile. Et ce don doit être compensé par un autre échange énergétique qui est celui du recevoir. Autrement, un blocage se crée en raison d’une perte énergétique. Ce blocage peut engendrer des maladies, des difficultés financières, un manque affectif, ou encore une grande fatigue émotionnelle… Imaginez un instant : un cours d’eau se déverse en permanence dans l’océan. Si ce cours d’eau se coupe de sa source, comme par exemple de l’eau des montagnes alors le cours d’eau s’assèchera. Il est vital que ce qui est vidé soit rempli, pour que la vie et l’énergie puissent s’écouler librement et naturellement. Pour que l’eau du cours d’eau soit toujours fraîche et cristalline. Cependant, recevoir est aussi au cœur de l’énergie du féminin sacré. Pour donner la vie, la femme doit recevoir dans son ventre cet embryon qui se forme et deviendra un bébé.

POURQUOI FERME-T-ON LES PORTES DE SA RÉCEPTIVITÉ ?

Les expériences que nous vivons laissent leurs traces et entraînent des croyances. Ces croyances sont d’autant plus fortes que les expériences sont vécues dans la petite enfance. Lorsqu’on est blessé émotionnellement lors d’une expérience, son sentiment de valeur intérieure diminue et on a l’impression – fausse – de ne pas mériter le positif. Ces croyances délétères sont de l’ordre de notre inconscient et nous conditionnent des années plus tard, jusqu’à ce que l’on s’en débarrasse. Vous croyez, de façon inconsciente, ne pas être digne de recevoir ce que la vie a à vous offrir. Vous croyez au fond de vous-même qu’avoir de la chance, gagner de l’argent ou être dans une relation bienveillante est réservé aux autres. Et vous avez fermé les portes de votre réceptivité !

COMMENT APPRENDRE À RECEVOIR ?

Si vous sentez qu’il y a un blocage en vous quant à votre capacité à recevoir, sachez que vous pouvez tout à fait réapprendre à recevoir. Que vous pouvez facilement rouvrir les portes à l’intérieur de vous. Il suffit de modifier la croyance délétère à l’origine des manques dans votre vie.

Je vous propose une affirmation créatrice puissante, comme un mantra, que vous pourrez vous répéter tous les jours. Afin que ce mantra soit particulièrement efficace, je vous conseille de l’écrire – l’écrit ayant un impact énergétique beaucoup plus fort. Vous pouvez le noter sur un post-it que vous collerez sur votre miroir, près de votre lit, ou dans un cahier d’inspiration. Mettez toute votre intention lorsque vous écrivez ou lisez cette affirmation, et soyez déterminé à ressentir sa vérité au plus profond de vous. Si vous êtes sensible ou intuitif, vous devriez déjà sentir ses effets. Si cette affirmation résonne faux en vous au début, ne vous en faites pas. Il faut un peu de temps pour remplacer une croyance profondément inscrite en soi. Répétez-la chaque jour et observez les changements qui se produisent en vous à mesure que vous vous familiarisez avec cette nouvelle vérité.

L’AFFIRMATION CRÉATRICE DE LA RÉCEPTIVITÉ :

JE ME PERMETS DE RECEVOIR TOUS LES CADEAUX DE LA VIE. JE MÉRITE D’ACCUEILLIR DANS MA VIE L’ÉNERGIE POSITIVE SOUS TOUTES SES FORMES : AIDE, CADEAUX, COMPLIMENTS, FAVEURS, SURPRISES, EXPÉRIENCES… J’AI DE LA GRATITUDE POUR TOUT CE QUE JE REÇOIS DE LA VIE.

ACCEPTER DE LÂCHER-PRISE

Recevoir nécessite ensuite de lâcher-prise, ce qui vous permettra de recevoir davantage dans tous les domaines de votre vie. Cessez de vouloir contrôler ce qui arrive, dans la façon et la manière, mais soyez ouvert à l’énergie de la Vie. Soyez confiant que vous attirez à vous uniquement le meilleur et que vous êtes protégé en toute occasion. La Vie vous réserve bien plus que ce que vous pouvez imaginer, si seulement vous vous autorisez à recevoir.

Ne culpabilisez pas à l’idée de recevoir. Il est temps de vous permettre la douceur, le confort, la joie et la paix d’esprit. Vous méritez autant que quiconque de recevoir des expériences et des personnes merveilleuses dans votre vie.

Reconnectez-vous à cet espace que vous avez en vous et qui est prêt à accueillir. Ressentez la gratitude que vous procurent tous les cadeaux fabuleux que vous recevez déjà chaque jour et que vous ne remarquez pas. Le bruit d’un oiseau qui chante, la joie de voir quelqu’un qu’on apprécie, de porter un joli vêtement, d’entendre une chanson qu’on aime, de respirer de l’air frais, de rentrer chez soi… ressentez cette gratitude au quotidien. La gratitude provoque l’abondance.

Afin de recevoir, osez également demander. Demander de l’aide quand vous en avez besoin, demandez à être écouté, guéri, guidé, épaulé, réconforté, rassuré… Demandez autour de vous, mais demandez aussi à votre être intérieur, à vos guides, à l’Univers ou à Dieu. N’ayez pas peur de demander à chaque instant ce dont vous avez besoin, et la Vie vous répondra. Vous n’avez qu’à être convaincu que vous serez entendu, et à lâcher-prise de la façon dont cette aide viendra.

OSEZ DIRE OUI !

Vous ne vous en rendez peut-être pas compte, mais en fermant votre capacité à recevoir, vous émettez une énergie du « non-recevoir ». Vous bloquez votre capacité à accueillir, et donc l’Univers répond à cet état : vous ne recevez pas l’aide dont vous auriez besoin, vos problèmes financiers ne s’arrangent pas, vous vous sentez malchanceux ou victime. Ce n’est pas une fatalité ! Les conseils de cet article vous permettront de transformer ce blocage en une fabuleuse ouverture.

Cependant, rien de tout cela ne fonctionnera si vous n’osez pas dire OUI ! Oui aux opportunités qui se présentent, oui à l’aide que l’on vous propose, oui à l’argent qui s’offre à vous. Vous vous dites sans doute : « Bien sûr que je dirai oui lorsqu’une opportunité ou de l’argent se présentera à moi ». Mais en vérité, n’avez-vous pas un réflexe de dire « Non merci » quand un inconnu vous propose de vous aider ? Ou que quelqu’un de votre entourage veut vous offrir quelque chose ? Ou bien d’insister pour payer votre part et refuser que l’on vous invite ? Ou encore répondre « Oh, ce n’est rien du tout » lorsqu’on vous fait un compliment sur votre tenue ? Toutes ces attitudes vous maintiennent dans cette énergie du non-recevoir. C’est pourquoi je vous propose un exercice très simple à mettre en place dès aujourd’hui :

La prochaine fois que quelqu’un de votre entourage vous fera un compliment, dites simplement « Merci beaucoup ». Rien de plus. Ne vous justifiez pas, ne diminuez pas la portée de ce compliment en expliquant que cette robe est vieille ou que vous l’avez eue en soldes pour trois fois rien. Remerciez et acceptez simplement cet acte de gentillesse qui vous est adressé. Car vous le méritez. Et observez ce qui se passe en vous.

QUELS AVANTAGES Y A-T-IL À S’AUTORISER À RECEVOIR ?
Rétablir sa réceptivité et lâcher-prise peut provoquer d’immenses changements dans votre vie. Citons quelques-uns d’entre eux :

* Vous recevrez des cadeaux… Littéralement ! Quelqu’un pourra vous offrir sa place dans le métro ou un livre qu’il a fini… vous pourriez recevoir des fleurs ou une carte, sans raison particulière, ou quelqu’un de votre entourage pourrait être guidé à vous offrir un cadeau. Alors soyez prêt à dire OUI !
* De l’argent pourrait arriver sans que vous vous y attendiez. Un chèque, un paiement que vous n’attendiez plus, une augmentation, une prime, ou toute forme d’aide financière pourrait venir à vous, si vous lâchez-prise sur la forme que va prendre cet argent !
* L’aide dont vous aviez besoin pour la réalisation de vos projets arrivera spontanément, ou certains problèmes se résoudront d’eux-mêmes.
* Des personnes bienveillantes, qui vous correspondent, entreront dans votre vie.
* Vous développerez votre intuition. Ouvrir les portes de la réceptivité permet aussi de reconnecter avec une forme de conscience plus grande et donc de recevoir des messages, une guidance, provenant de cette conscience. Que ce soit en rêve, en clairvoyance, via des signes dans votre journée, vous saurez recevoir cette aide précieuse sur votre chemin.
* Recevoir davantage permet également de donner plus. Vous serez plus disponible pour les autres quand ils en ont besoin. Vous saurez vous ressourcer afin de ne plus être vidé ou épuisé comme cela a pu être le cas dans le passé.
* Et encore bien des surprises

Avec un torrent de lumière,

par Jenna Blossoms

Source : https://jennablossoms.com/savez-vous-recevoir

Geoarmonie A comme Argent

A comme Argent

geoarmonie natura4ever bodyspiritzen bodyspiritharmony emrys 050

L’argent est une forme d’énergie virtuelle. Inventé par l’homme, l’argent est une énergie dont le sous-jacent est basé sur l’échange de temps : « Je te donne de l’argent en échange de ton temps ». Chacun peut échanger son temps contre cette énergie qui pourra être cumulée. Au départ, l’argent est l’énergie que l’on reçoit lorsqu’on crée et offre un service à quelqu’un.

Les inventeurs en créant des produits, les artistes en créant des œuvres créent un produit qu’ils vont pouvoir distribuer à des millions de personnes : Steve Jobs avec l’Iphone, Bill Gates avec Windows, Mickael Jackson avec ses disques. Plus on distribue son temps, plus on reçoit de l’argent. Que ce soit en dupliquant son œuvre, comme c’est le cas en informatique, ou en vendant un exemplaire unique. Pour les créateurs, l’argent est l’énergie que l’on reçoit pour l’usage de l’invention ou de l’œuvre qui a été créée. Les inventeurs reçoivent des royalties sur des brevets ou des droits d’auteur par exemple.

Plus on arrive à dupliquer une idée, un service, un produit, plus on est récompensé en recevant de l’argent car il peut être utilisé par un nombre important de personne.

Bien sur le temps de chacun n’a pas la même valeur. Celui-ci est valorisé en fonction du degré de conscience de chaque individu. Le temps d’un Mozart, d’un Picasso, d’un Einstein, d’un Steve Jobs a une très forte valeur, grâce à leur niveau d’expertise. On retrouve ce principe dans tous les domaines : la cuisine, les affaires, la sculpture, la peinture, la musique, le sport, la spiritualité, la science, la médecine, etc…

Pour évaluer la valeur du temps d’un individu, il faut se poser la question : qu’est ce qu’à déjà effectuée cette personne dans le passé ? Quelles sont ses réalisations ? Combien de personnes a-t-il déjà aidé ?

On peut voir le monde de cette façon : parfois nous offrons des produits et services et parfois nous utilisons ces produits et services. Bien évidement, nous sommes tous créateur et utilisateur. L’argent est l’énergie qui en permet l’usage. Quelqu’un qui n’a besoin de rien ou de très peu n’a pas besoin de beaucoup d’argent. Entre les créateurs et les consommateurs, il y a bien sur les entreprises qui créent, qui distribuent, le système financier international qui rend compatible les différentes formes d’argent : les monnaies.

Certains ont l’impression d’avoir de l’argent, des biens matériels. En réalité, rien ne leur appartient.

« Rien ne t’appartient, tu ne me crois pas ? Meurs et tu verras ! »

Kundun 2010

L’énergie de l’argent est une énergie permettant le partage, l’accès à des services et à des objets. Mais en réalité, cette énergie n’est plus utilisable après la mort du corps. L’âme continuera son chemin sans ces biens matériels. La notion d’appartenance est illusoire, en réalité il s’agit toujours d’un droit d’usage temporaire et non d’une propriété. Et ce droit d’usage peut s’arrêter à tout moment avec la mort.

Il est souvent préférable de prendre en compte ce facteur si on veut être heureux, car c’est toujours ici et maintenant qu’on peut « vivre » et « exister ». Beaucoup, parmi nous dépensent beaucoup de temps à accumuler de l’argent qu’ils n’utiliseront jamais. Quel est le sens d’une telle démarche ?

De plus, on surestime toujours le temps qu’il nous reste à vivre !

L’argent est une énergie magnifique qui a permis à l’humanité de se développer, de créer une concentration des capitaux nécessaires à la création des grandes industries. Utilisé pour le bien du groupe plutôt que d’un seul individu, l’argent permet de nourrir des familles, d’éduquer les enfants, de créer des emplois, de soutenir l’économie.

L’argent est une énergie, et comme toute énergie, elle peut être utilisée pour construire ou détruire. C’est en augmentant son niveau de conscience de façon générale qu’on peut apprendre à utiliser cette énergie.

Comme toute accumulation d’énergie, concentrée, l’argent se transforme en pouvoir. Alors l’argent bénéficie de la loi de l’attraction et attire autour d’elle tout ce qui lui permet de grandir, de se développer. L’argent attire l’argent car cette énergie a besoin de grandir, de circuler, de se développer.

Actuellement, l’argent est une des énergies qui relie tous les hommes et les femmes de notre planète. Avec de l’argent, on peut échanger son temps contre de l’argent et utiliser tous types de services ou produits quelque soit l’endroit. L’argent est devenu l’énergie universelle d’échange de temps et de valeur.

Les grandes transformations en cours sur notre planète sont liées aux déséquilibres concernant la valeur du temps de chacun. Un salarié Indien, Thaïlandais, chinois coûte 250 € par mois charges comprises alors qu’en Europe, il coûte 2500 €.

L’interconnexion de toutes les entreprises, de tous les êtres humains sur terre a permis de créer un « village mondial » ou tout s’équilibre un peu plus chaque jour. L’intelligence d’un homme a la même valeur quelle que soit sa localisation géographique. Seul compte son environnement. Grâce à l’interconnexion généralisée, à la mondialisation, il y a de moins en moins de frontières, de séparations. De plus en plus, le savoir faire d’un homme ou d’une femme peut être utile de façon global. Alors des sociétés s’implantent à l’autre bout du monde pour diminuer leurs coûts. Des géniesvont dans des pays développés pour exploiter au mieux leurs capacités.

L’argent, et donc le temps offert par chacun des habitants de la planète est de plus en plus fluide, de plus en plus partagé. Un jour viendra ou il n’y aura plus qu’un seul grand pays, avec une seule monnaie. Tout en gardant leurs spécificités régionales, les êtres humains continueront à tous être producteurs et consommateurs de temps et d’argent. Aujourd’hui, l’énergie de l’argent s’investit là ou le temps ne coûte pas cher pour être revendu sous forme de services ou produits là où il a une plus grande valeur.

D’une certaine façon, il est amusant de considérer que l’argent est une forme de temps « stockable ». Avec de l’argent, vous pouvez demander à d’autres de réaliser des tâches que vous n’avez pas le temps de faire : faire à manger (restaurants), construire une maison, créer des vêtements, etc…

Certaines personnes ont tellement d’argent que des dizaines de milliers de personnes travaillent pour elles, réalisant leurs projets. En réalité, ils achètent le temps des autres pour réaliser plus.

L’argent est donc une énergie comme une autre, bien utilisée, elle rend des services très importants à l’humanité. C’est uniquement lorsqu’elle est stockée à ne rien faire que l’argent perd de sa valeur. Aussi, le système financier actuel a de très nombreux défaut puisqu’on l’autorise à créer de l’argent à partir de rien. (Spéculation)

La création d’argent devrait obligatoirement être en lien avec des sous-jacent réel : le temps de personnes qui travaillent et qui créent réellement quelque-chose, que ce soit un produit ou un service. Tant qu’on laissera le système financier créer de l’argent à partir de rien, nous aurons des bulles spéculatives, des cracks mondiaux.

Il serait temps d’imaginer un système plus régulé ou il serait impossible de créer de l’argent sans valeur, sans un sous-jacent basé sur une réalité matérielle.

Messieurs et mesdames les économistes, à vos plumes !

Kundun sept 2012

 

 

 

L’ancrage, c’est quoi ?

wpnature.com-natural-force-tree-green-blue-root-golden-image-gallery-1400x1050-800x600Le mot « ancrage » est très largement utilisé par les thérapeutes en énergétique mais aussi par tous ceux qui sont aujourd’hui ouverts à toutes les dimensions subtiles de l’être humain.

Mais qu’est-ce que ça veut vraiment dire « être ancré » ?
Classiquement, nous pouvons d’emblée évoquer la reliance à la Terre, parce que d’une part nos deux pieds touchent le sol tout simplement, et d’autre part parce qu’il existe une circulation d’énergie très puissante entre la Terre et notre corps mais aussi entre notre corps et la Terre.

Cette force tellurique pénètre essentiellement par :
– le point 1 du méridien du rein, juste sous le pied,
– l’ensemble de la voûte plantaire,
– le tube pranique.
Ce tube a la particularité de se prolonger vers le ciel pour capter les énergies cosmiques mais aussi vers le sol pour capter les énergies telluriques.
Je vous invite aussi à considérer que l’alimentation crue et végétale est une source qualitative et quantitative non négligeable d’énergie tellurique.

Le 1er chakra situé tout en bas de la colonne vertébrale (zone sacrée et périnéale) est la structure la plus connectée à la Terre. Il est relié à la force de création, l’élan de vie, la nature profonde de chacun, l’enthousiasme….Son potentiel de connexion tellurique et son rayonnement sont le résultat de l’interaction de bon nombre de facteurs permettant la circulation de cette énergie.
Ces échanges énergétiques sont permanents mais leur qualité varie en fonction des individus et des problématiques de chacun, thème que je traiterai dans un prochain article.

Cependant, au-delà des considérations énergétiques, l’ancrage c’est aussi une relation intense à une autre Terre : la matière. Cette notion de « matière » se décline de différentes manières. J’évoquerai tout d’abord notre rapport à notre monde extérieur où la forme et le mouvement prédominent. De quelle façon vivons-nous cette relation avec cet univers matériel ? Sommes-nous en harmonie ou en opposition ? Dans une lutte de chaque instant ou dans le lâcher prise ? Autant de questions que de positionnements intérieurs ! Mais cette réflexion mérite que nous lui accordions du temps : en terme de prise de conscience et pourquoi pas de réajustement sur notre manière de vivre. Ce concept d’ancrage en lien avec notre vie matérielle ne signifie pas que nous devenions matérialistes mais davantage conscients de cette réalité physique : sans la servir, ni la subir. Un peu comme un combat qui pourrait devenir une danse juste en changeant notre regard et notre rapport avec les forces en présence. Une autre relation au monde est alors possible.

De plus, il est clair que nos possibilités d’évolution  passent bel et bien par l’incarnation. « INCARNATION » vient de « In   Carne », qui signifie : « dans la chair », et c’’est bien là me semble-t-il qu’est tout le grand défi de notre existence : dans notre corps. Je vous propose juste un instant de sentir vraiment cette enveloppe charnelle que vous habitez, de vous ouvrir à son rayonnement, à ce qu’elle dégage…Quelle relation entretenez-vous avec votre propre corps physique ? L’avez-vous réellement rencontré ? L’habitez-vous vraiment ?
Et si l’ancrage c’était aussi cette relation que nous entretenons avec lui ?

De plus, le processus de l’esprit qui investit  la matière ne représente pas seulement une étape où le corps ne serait qu’un outil permettant notre manifestation sur la Terre, mais une expérience qui est en fait un défi de taille pour réaliser l’unité de l’esprit DANS la matière. Cette fusion de ces deux grands principes évoquent le terme « d’épousailles » de certaines traditions ou encore l’ultime alchimie transformant la matière mortelle en matière immortelle démontrée par un dénommé Jésus.

La notion d’ancrage peut donc revêtir de multiples facettes dont l’essence reste toujours la rencontre avec la matière quel qu’elle soit.

A l’image de l’arbre qui plonge ses racines dans la Terre, nous ne pourrons donner de belles fleurs , ni de beaux fruits si notre connexion à la Terre est de piètre qualité.

C’est à travers notre relation profonde avec ce monde de matière que nous pourrons trouver la voie ultime qui mène à la réalisation de soi sur cette Terre.

Je vous souhaite sincèrement le plus intense des cheminements…..

vu sur : http://tissia-louis.com/ressenti/lancrage-cest-quoi

VIDEZ SON SAC ÉMOTIONNEL POUR AVANCER

Image crédit : Pixabay

Videz son sac émotionnel pour avancer

Chacun-e de nous porte sur son dos, sous forme de sac émotionnel, le poids des situations vécues. Ce sac est plein de souvenirs et d’expériences de différentes tailles que nous avons laissés à l’intérieur et qui se reflètent sur notre peau.

Si nous n’apprenons pas à vider notre sac des expériences toxiques et négatives, plus le temps passera et plus le sac sera chargé : nous devrons alors supporter un plus grand poids et cela aura des répercussions sur notre état d’âme et nos relations.

Porter notre sac émotionnel sans sortir de temps en temps ce qu’il y a dedans entraîne des blessures émotionnelles qu’il faut absolument soigner.

Le poids de notre sac

Dans le monde actuel, nous avons tendance à nous surcharger, que ce soit au niveau professionnel ou au niveau émotionnel. Chaque expérience que nous vivons laisse une trace, d’une façon ou d’une autre. L’essentiel est que cette trace nous serve à nous motiver et à grandir au lieu de créer des chaînes qui nous emprisonnent dans le passé en raison de leur poids émotionnel.

Il y a une différence entre avancer avec des blessures émotionnelles qui s’ouvrent et qui font mal et avancer avec des blessures qui ont été soignées et nous ont donné l’opportunité d’apprendre.

Le spectre de la culpabilité, la sensation de trahison ou d’abandon, les voix critiques, les vides des absences ou le poids de la frustration, entre autres, rajoutent du poids à ce sac, nous font avancer lentement et nous empêchent de profiter de la vie. Tout comme les expériences qui nous définissent et nous transforment, en configurant une partie de notre histoire. Mais comment s’en débarrasser si ce sac en vient à faire partie de nous ?

Fouillez dans votre sac et réfléchissez à ce que vous voyez, que ce soit les choses que vous avez vous-même placées ou celles qu’ont déposées d’autres personnes. Prenez votre temps. Même si vous ne le voyez pas, vous le portez au quotidien. Ayez bien à l’esprit que beaucoup de vos réactions sont dues au poids que vous supportez : pour le soulager, vous devrez apprendre à faire la différence entre ce qui vous aide et ce qui vous entrave. Porter votre sac en souffrant est un fardeau pour tous les objectifs que vous cherchez à atteindre.

Vider son sac émotionnel pour pouvoir avancer

Ne laissez pas votre sac devenir lourd au point de ne plus pouvoir vous déplacer et de voir la vie comme un poids. Ne perdez pas l’envie d’aller de l’avant et ne laissez pas votre présent entre les griffes du passé. Ne vous forcez pas non plus à oublier car l’oubli n’est pas l’ami de l’intention.

Même si enlever des choses est compliqué et vous attriste, vous devez le faire pour apprendre à grandir au lieu de rester bloqué-e à l’endroit où vous vous trouvez. Le premier pas consiste à reconnaître ce qui crée ce poids et à l’accepter.

Il se peut même que vous soyez inondé-e d’un sentiment d’identité et d’attache qui vous empêche, au début, de vous défaire du poids de votre sac émotionnel. Ce vertige n’est autre que de la peur déguisée, conséquence de la routine : vous vous êtes tellement habitué-e à ces blessures que, si elles disparaissent, vous avez l’impression de ne plus exister et vous voyez un vide se créer. Mais croyez-moi, il s’agit uniquement de la peur face à l’incertitude et à l’inconnu, la peur de franchir un cap.

Apprenez à vider ce sac en enlevant tout ce qui vous lie au passé et vous épuise. Acceptez vos erreurs, identifiez et apprenez à connaître vos émotions, donnez des ailes à vos rêves, découvrez vos forces, valorisez-vous et, surtout, sachez que grandir signifie accepter ce qui vous arrive et ne pas lutter contre cela mais simplement y voir un enseignement. Souvenez-vous que laisser quelque chose derrière vous n’est pas un simple au revoir : il s’agit aussi d’un geste de reconnaissance pour ce que vous avez appris afin de pouvoir continuer à avancer.

Laisser s’en aller le poids de notre sac émotionnel qui nous paralyse est un grand pas pour permettre à d’autres sentiments et expériences d’entrer : certains nous aideront à continuer à grandir et nous devrons en soigner d’autres, car ainsi va la vie. Défaites-vous du poids qui vous paralyse, pour votre bien et pour celui de votre dos.

vu sur : https://www.conscience-et-eveil-spirituel.com/videz-son-sac-emotionnel-pour-avancer.html

Relation amoureuse compliquée, difficile voire toxique : pourquoi l’amour génère parfois de l’angoisse et comment y faire face ?

« Pourquoi chaque fois que je démarre une relation amoureuse
cela réveille chez moi des angoisses, de l’anxiété, de la colère ou de la douleur? »

Voici ces 2 messages :

Anonyme 1 : Cela faisait quatre ans que j’étais célibataire, et depuis deux mois j’ai eu l’occasion de rencontrer quelqu’un qui pour le moment a tout de formidable. Cette nouveauté est venue perturber ma routine, venue perturber mes émotions et en a réveillé d’autres qui jusque-là m’étaient alors inconnues… Depuis quatre ans je n’attendais que ça, j’espérais retrouver l’amour un jour, mais j’étais loin, très loin d’imaginer que cela reeéclencherait cet enfer. Aurais tu des réponses en ce qui concerne les thèmes « amour et crise d’angoisse » ?

Anonyme 2 : Bonjour Sébastien. J’ai des crises d’angoisse accompagnées de tocs depuis 15 ans environ (j’en ai 30) et je n’ai toujours pas trouvé la solution à ce gros problème. J’ai des périodes de calme et de “sérénité” mais lorsque j’entame une relation amoureuse mes angoisses et mes troubles anxieux refont surface avec une force CONSIDÉRABLE, m’amenant à avoir des tocs qui sont très durs à vivre, et beaucoup de blocages dans mes relations. Aurais-tu des conseils ou des témoignages de personnes qui ont vécu ce genre de choses et qui s’en sont sorti ?

Dans cet article, je souhaite donc vous expliquer :

  • pourquoi les relations amoureuses génèrent à la fois des choses merveilleuses, mais viennent aussi réveiller nos pires angoisses !
  • une erreur d’interprétation à ne surtout pas commettre sous peine de louper des choses merveilleuses.
  • et comment faire pour évoluer sereinement dans sa relation lorsqu’elle réveille autant de choses douloureuses.relation couple

Cette problématique vous parle? Est-ce que vous aussi certaines relations viennent réveiller des angoisses?

Si oui alors cet article est pour vous !

Etant donné que j’ai moi aussi bien connu ces problématiques, et que j’ai longtemps cherché des réponses, je pense pouvoir vous apporter quelques éclaircissements là dessus.

Avec le recul, c’est d’ailleurs un thème que je trouve passionnant !

Une relation de couple difficile et compliquée pendant 2 ans

En effet, je suis en couple maintenant depuis 4 ans, et honnêtement, certains pourraient dire que c’est un miracle si on est toujours ensemble.relation amoureuse difficile

En 4 ans, on a été à 2 doigts de se séparer … au moins une dizaine de fois !

Pourtant on s’aime très fort, mais il se trouve que pendant nos 2 premières années ensemble… j’ai pas été le plus facile à vivre.

Notre relation était si forte qu’elle me faisait à la fois vivre des sentiments merveilleux… et à la fois des émotions négatives intenses comme :

  • des angoisses terribles,
  • des colères incontrôlables,
  • de la tristesse profonde…

…et comme vous, je n’y comprenais rien !

Un jour je me disais « cette relation est merveilleuse, je ne peux que la continuer », et le lendemain, submergé par ces émotions négatives, je me disais « cette relation me détruit, je dois l’arrêter » !

Et chaque jour ça changeait, j’étais vraiment perdu.

Je rendais responsable la relation de toutes mes souffrances… mais heureusement, je sentais aussi intuitivement que cette relation était bonne pour moi.

J’avais raison, et aujourd’hui je comprends pourquoi.

Alors comment expliquer tout ça?

Comment expliquer que certaines relations amoureuses génèrent à la fois des choses merveilleuses, mais viennent aussi réveiller nos pires angoisses?

Pour mieux vous expliquer cela, je vais vous donner une image :

Imaginez que vous êtes comme un tuyau.

…oui un tuyau, super n’est ce pas ? 😉

Vous êtes donc un magnifique tuyau d’arrosage.

Tout ce que vous vivez, ressentez, éprouvez passe dans ce tuyau. C’est la vie qui circule et coule à travers vous.

Human energy bodyA la base, cette eau qui coule, c’est de l’amour.

Et cet amour circule en vous : c’est fluide, ça coule tranquillement et ça arrose tout ce qui se trouve à l’extérieur de vous.

Vous avez en plus de l’eau en illimité, tout le monde peut être arrosé… la vie est belle et l’amour coule à flot !

Le problème, c’est que très vite en grandissant, on va accumuler les chocs émotionnels, les stress, les incompréhensions…

…et des noeuds vont venir se former à l’intérieur de nous, autour de notre tuyau.

Très vite, l’amour ne peut plus circuler correctement.

Pour continuer à être exprimée, cette vie qui existe en nous essaye alors de forcer le passage. Cette énergie dégénère et va nous causer des tensions, des douleurs… des angoisses.

Il peut même y avoir tellement de noeuds que cette vie ne circule presque plus : on est complètement bloqué !

Et plutôt que de ressentir de l’amour, on va maintenant se sentir rongé de l’intérieur !

Cet amour ne voulant qu’une chose : circuler librement à travers vous… elle va chercher coute que coute à briser les barrages que vous aurez créé.

Pour limiter cette force, on va très souvent se fermer encore plus, se couper de la vie, se couper de l’amour afin de ne plus ressentir tout cela.

Quel est le rapport avec les relations amoureuses?

Lorsque que vous rencontrez quelqu’un qui vous procure de l’amour, cela vient réveiller cette eau stagnante, cette vie qui dormait !

L’amour que vous ressentez pour cette personne veut sortir, s’exprimer… seulement elle est bloquée par tous ces noeuds.

Elle va donc redoubler d’efforts, de pression, et de puissance pour passer quand même, mais si elle doit pour cela faire remonter à la surface tous ces noeuds.

D’un côté on va donc ressentir beaucoup plus de vie, d’amour, et de joie

…et d’un autre on va devoir faire face à beaucoup plus d’angoisses, de tensions et de blessures non résolues.

« Mais alors, est-ce que ma relation amoureuse est toxique ou saine? »

relation amoureuseC’est la grande question qu’on peut être amené à se poser, et c’est d’ailleurs celle que je me suis posé pendant 2 ans ! Dans cette situation, l’erreur d’interprétation est très fréquente, et je suis certain qu’elle a déjà causé de nombreuses séparations.

Comme je vous le confiais précédemment, notre couple y a échappé de très peu. En effet, je me disais régulièrement :

« Etant donné que je ressens toutes ces choses négatives au contact de cette personne, ça veut probablement dire qu’elle n’est pas la bonne pour moi »

… hors au contraire, vous comprenez maintenant que ça peut vouloir dire l’inverse : ça peut vouloir dire que c’est exactement celle qui nous faut !

Cette personne, en réveillant la vie en nous, nous donne l’opportunité de guérir toutes ces angoisses, ces tensions et ces noeuds que nous n’avons pas encore réussi à guérir, en les ramenant à la surface grâce à la force de l’amour !

Génial non? 😉

Jusque là, vous vous faisiez submerger par ce qui remontait donc vous souhaitiez mettre un terme à la situation : soit en mettant fin à la relation, soit en étant toxique pour l’autre, soit en prenant de la distance.

Mais si vous faisiez tout ça, c’est d’une par que vous n’y compreniez rien, et d’autre part que vous ne saviez pas comment vous y prendre. Rassurez-vous, comme pour toute chose, cela s’apprend, et il existe notamment quelques astuces pour faciliter le processus.

Comment faire pour construire une relation de couple à la fois saine, sérieuse tout en maintenant un bon équilibre intérieur?

Vous allez devoir apprendre à accueillir vos zones d’ombres.

On en revient toujours au même point : ne pas lutter, ne pas combattre… mais accueillir ce qui remonte en étant très détendu, se laisser submerger, et le dissoudre. Bien sûr, vous allez avoir besoin de la patience et du soutien de votre partenaire.

Mais le travail reste à faire de votre côté.

Le simple fait de prendre conscience de tout cela grâce à cet article sera déjà un atout considérable. Cela dit, ça ne suffira pas.

Vous allez avoir besoin de courage pour accueillir au quotidien ce qui remonte, de lucidité pour voir le plus rapidement possible que ça vient de vous et non de votre partenaire, et d’humilité pour vous excuser les jours où vous vous ferez un peu dépassé.

communication coupleUn point essentiel va être de communiquer énormément. Ca peut vous aider à mettre en lumière certaines choses que vous vivez, mais surtout ça va aider votre partenaire à vous comprendre, et voir où vous en êtes intérieurement. Si vous ne le faîtes pas, votre partenaire risque de prendre des choses personnellement et de se refermer.

Vous devez aussi rassurer votre partenaire. Dîtes-lui que vous l’aimez, et expliquez-lui que c’est d’ailleurs tellement fort que ça fait remonter des vieilles angoisses, blessures ou souffrances.

Expliquez-lui que votre intention est de construire une relation de couple de qualité, et que pour cela vous aurez parfois besoin de ça patience et de tolérance notamment les jours où certaines choses re-surgiront.

Surtout, comprenez bien que les souffrances viennent de l’intérieur de vous, de votre passé, de vos souffrances, alors ne les rejetez surtout pas sur votre partenaire : prenez-en la responsabilité.

Ainsi, l’amour de votre partenaire restera intact et vous aidera à vous libérer plus rapidement.

Une relation amoureuse de qualité peut vous guérir plus vite !

relation amoureuseAccueillir toutes ces angoisses, ces noeuds, ces vieilles souffrances peut sembler difficile, mais ça en vaut la peine… et avec la pratique, cela devient plus facile et moins désagréable.

Ce que vous devez comprendre, c’est qu’on ne peut pas avoir l’un sans l’autre : on ne peut pas vivre plus d’amour, de joie, de paix… sans faire face à nos angoisses, nos tensions, et nos blocages intérieurs.

Il n’y a qu’un seul canal de vie.

Donc au contraire, c’est justement en faisant remonter ces noeuds, en les accueillant et en les dépassant que l’on permet à plus d’amour de couler. C’est en accueillant nos angoisses, nos peurs et nos tensions que l’on permet d’avantages de puissance, d’intensité et de fluidité.

Une relation amoureuse est le meilleur tremplin que je connaisse pour cela, et c’est sans doute ce qui m’a le plus guéri !

…j’en connais une qui va bien aimer ma conclusion 😉

Au fait, si vous souhaitez sauver des couples… partagez !

 

Vu sur : le blog

 Vers une vie sereine

http://guerir-l-angoisse-et-la-depression.fr/

http://guerir-l-angoisse-et-la-depression.fr/comment-gerer-une-relation-amoureuse-compliquee/

Les croyances et les convictions

L’image contient peut-être : texte

Aujourd’hui, croire ne suffit plus ; les gens ont besoin de comprendre. Un être vraiment raisonnable ne dit jamais : « je crois » ou « je ne crois pas ». Il réfléchit, il vérifie, il expérimente longtemps les choses, et à la fin il peut dire non pas « je crois » mais « je sais ».

Lorsqu’un être est convaincu, tôt ou tard il entraîne la conviction des autres, il transmet à tous cette conviction, elle est contagieuse. La méfiance enferme les êtres dans leurs défauts, leurs limitations, alors que la confiance peut les libérer.

Puisque les choses et les êtres deviennent en nous ce que nous croyons qu’ils sont, il y a là tout un travail à faire. D’abord, être vigilant pour ne pas devenir sa propre victime en transformant en mal ce qui est simplement neutre ou même bon ; mais aussi s’efforcer de transformer ce qui est négatif et nuisible en quelque chose de bénéfique.

Un homme dont l’intellect est peu développé croit dur comme fer tout ce qu’on lui enseigne sur la religion, il a ce qu’on appelle « la foi du charbonnier ». Mais voici qu’il commence à s’instruire, il développe son esprit critique, alors peu à peu le doute s’insinue en lui, ses convictions mollissent, il perd la foi. Mais s’il continue à s’instruire, à approfondir, il retrouve la foi, la vraie foi, une foi inébranlable qui est fondée sur un savoir.

Il ne faut pas s’imaginer qu’il suffit de croire pour mériter le salut, ce serait trop facile ; n’importe qui peut avoir la foi et continuer à vivre comme un malfaiteur. On ne peut pas reprocher aux gens d’avoir des convictions, mais ils devraient se demander parfois ce qu’elles valent et s’il ne serait pas utile de les réviser.

Pour vivre nous avons besoin de nous appuyer sur un certain nombre de croyances : elles sont comme des supports pour notre vie affective, intellectuelle. Le plus grave défaut des humains, celui qui met le plus d’obstacles à leur évolution, c’est la croyance indéracinable en l’infaillibilité de leurs raisonnements et de leurs points de vue.

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Conférence AZ | QUELQUES VÉRITÉS !

David Francois

Expert dans le domaine de la psychologie et de la neurosciences depuis plus de 30 ans, ancien étudiant à McGill, je propose un programme exclusif sur YouTube…

C’est avec l’enthousiasme, l’énergie et le professionnalisme qui ont fait sa réputation en tant que formateur et conférencier que David Lefrançois vous livre la philosophie, les techniques et les stratégies de ce nouveau métier du développement personnel qu’est le  » Life Coaching « .

la Marche Afghane

nouvelles RDP 20160215 la marche afghane 15_02_2016 06_13_14Imaginez un instant des hommes capables de marcher sur une distance de 700 km en 12 jours, sans fatigue excessive. Des hommes, pas des surhommes, des chameliers en transhumance avec leurs troupeaux de chameaux dans les montagnes et désert d’Afghanistan !

Cette faculté de marcher sans fatigue, fait extraordinaire, n’est pas réservée à ces chameliers ou à une élite de marcheurs aux gros mollets, elle est accessible à toute personne valide avec des bienfaits très importants.

La suroxygénation naturelle apportée par la marche afghane, et que l’on peut pratiquer au cours des actes de la vie quotidienne, assure une revitalisation supérieure à celle qui vient d’autres pratiques et ouvre la voie aux domaines illimités de la joie et de la confiance en soi. Avec un retentissement très positif sur notre paix intérieure.

La marche afghane met l’accent sur la synchronisation de la respiration avec le rythme des pas et une allure de marche plus rapide.

Dans notre société, l’importance de la respiration, principale nourriture du corps, a depuis longtemps été négligée. Heureusement les cours de yoga, taï-chi, chi-gong et autres pratiques remettent la respiration à sa place, autrement dit la première.

La marche afghane peut se pratiquer n’importe où mais il est évident que l’air pur de la campagne ou de la montagne est préférable à celui des villes. Cependant je connais bon nombre de citadins qui ont délaissé leur voiture pour la marche afghane et qui m’en disent tous les bienfaits.

Dans son livre,  » Régénération par la marche afghane  » (réimpression chez Guy Trédaniel), Edouard Stiegler nous présente différents rythmes de marche à pratiquer suivant le type de terrain et l’entraînement des personnes souhaitant la pratiquer.

Le rythme de base

Le premier des rythmes de la marche afghane, l’exercice de base (dit 3-1/3-1), est à expérimenter sur …

un terrain plat. Marche et respiration doivent être synchronisées de la manière suivante :

– inspirer par le nez sur les 3 premiers pas,

– garder l’air dans mes poumons au 4ème pas (apnée à poumons pleins),

– expirer immédiatement après sur les 3 pas suivants (toujours par le nez),

– rester poumons vides d’air sur le dernier pas (apnée à poumons vides),

– recommencer le cycle de la même façon, aussi longtemps que l’on se sent à l’aise.

Durant tout le processus compter mentalement. Ce rythme peut être maintenu sans inconvénient sur une distance importante, et même pendant une randonnée.

En pratiquant ainsi, les globules rouges et toutes les cellules du corps reçoivent une quantité d’oxygène bien plus importante, contrairement à d’habitude où nous utilisons une toute petite partie de notre capacité pulmonaire.

Avantages de cette pratique :

– apaisement cardiaque, repos du cœur, grâce au temps de pause à poumons vides,
– oxygénation intense, grâce au temps de pause à poumons pleins,
– stimulation de la circulation artérielle et veineuse,

– stimulation de la circulation sanguine dans les artères coronaires,

– stimulation du métabolisme de base avec la réduction et l’élimination des graisses. Bref, une véritable régénération !

 

D’autres rythmes à intercaler

Pour développer notre capacité thoracique, il est ensuite bon d’intercaler ce rythme de base, que j’appelle le refrain, entre d’autres rythmes :

La synchronisation de la marche et de la respiration a lieu de la manière suivante :

– 10 fois le rythme de base 3-1/3-1,
– passer aussitôt après, au rythme 4/4/2, avec temps de pause à poumons vides dès la fin de l’expiration. Autrement dit :
– inspirer sur 4 pas,
– expirer aussitôt après sur les 4 pas suivants,
– rester poumons vides d’air sur 2 pas,
– recommencer 10 fois.

 

Ce rythme 4/4/2 est ensuite augmenté au fil des sorties pour aller vers 5/5/2, 6/6/2, 7/7, 8/8 (pas de rétention à partir de 7), toujours avec le rythme 3-1/3-1 intercalé.

Terrains montants : en fonction de la pente, le rythme consiste à faire autant de pas sur l’inspiration que sur l’expiration sans rétention à plein, ni à vide, par exemple 3/3 puis dès que le terrain devient plus raide, 2/2.

Ce rythme soulage le cœur et évite l’accélération cardiaque. Grâce à ce rythme, des personnes peu entraînées m’accompagnent sur des trekkings difficiles en Himalaya !

Terrains plats ou descendants : si pour les rythmes précédents la vitesse de marche était supérieure à la normale, pour les longues randonnées sur le plat, nous allons marcher à une allure soutenue qui peut aller jusqu’à 8 à 9 kilomètres à l’heure ! En moyenne c’est 6 à 7 kilomètres à l’heure et ceci en étant parfaitement à l’aise.

Dans le désert, lieu idéal, il est possible de marcher ainsi plusieurs heures par jour et le soir personne n’est fatigué, au contraire, chaque personne se sent régénérée.

La synchronisation de la marche et de la respiration est faite de la manière suivante :

– inspirer, par le nez, sur les 4 premiers pas,

– aucune pause à poumons pleins,

– expirer aussitôt sur les 6 pas suivants,

– aucune pause à poumons vides,

– recommencer le cycle de la même manière,

– compter mentalement durant tout le processus.

 

Le rythme de base est noté 4/6 mais il est à adapter pour chaque personne. Pour certains, ce pourra être 3/5, d’autres 5/7, 6/8, 7/9 et plus suivant la capacité respiratoire de chacun.

Ce rythme procure une suroxygénation plus intense que les précédents. Il s’ensuit un état souvent euphorique, le paysage défile, la douce sensation de marcher sans effort avec plaisir s’installe en nous.

Car cette façon de marcher met aussi le mental au repos et apporte un grand calme intérieur.

Une vraie  » douche intérieure « 

Pour compléter encore les effets positifs, je propose de mettre de la tendresse dans chaque pas, marchant en douceur sur la Terre. En bref, la marche afghane permet d’envisager n’importe quelle randonnée le cœur léger et cela pendant longtemps, les années n’ont plus de prise sur nous. Pratiquée de manière consciente, elle est probablement l’acte le plus régénérateur, la pratique corporelle la plus aboutie qui soit et une voie de connaissance de soi. C’est aussi une thérapeutique très puissante, la respiration consciente produit une véritable douche intérieure, un nettoyage cellulaire salutaire.

Le comptage des pas peut être remplacé par des mots positifs et, là encore, Edouard Stiegler nous fait part de résultats intéressants, notamment avec des personnes dépressives.

Je préconise aussi de mettre des mots sur les pas de temps en temps, lorsque le besoin s’en fait sentir. Sur 3/3, plutôt que de se dire que tout va mal, on peut dire que tout va bien.

En marchant ainsi le niveau de conscience change, le conscient s’efface et laisse passer les messages directement sans jugement au passage. Sur 4 pas, à l’inspiration et à l’expiration, il est possible d’augmenter la confiance en soi en se disant intérieurement, ou à haute voix : j’ai confiance, j’ai confiance…

Je propose souvent, lorsque le terrain monte et que nous utilisons un rythme 2/2, ou bien sur le plat en rythme 4/4, le mantra tout à fait occidental suivant :  » instant présent « , ou bien  » je suis ici « . Lorsque le mental a tendance à nous emmener loin d’où nous sommes, manifester ainsi son désir de rester présent est une aide précieuse. La présence à l’air qui entre et sort des narines est pour moi l’ancrage le plus direct pour rester dans le présent : personne n’a jamais respiré au passé ou dans le futur. En prenant conscience de ma respiration, je renoue le contact avec l’instant présent.

La présence à ce que nous faisons est source d’énergie. L’obligation douce mais ferme de suivre ses respirations et le nombre de pas est un moyen habile pour vivre cette présence à ce qui est, à la Présence tout court de ce que nous sommes. Il est tout à fait possible de marcher ainsi simplement pour être moins fatigué, pour mieux respirer, pour être plus détendu. Simplement, il ne faudrait pas ramener l’association marche afghane / marche consciente à une technique pour se calmer, se régénérer ou marcher un peu plus consciemment, alors qu’elle est bien plus que cela. Je suis conscient de l’enjeu qui est de faire un pas de plus vers la part éternelle de nous-mêmes ! Cette réalité est notre essence mais nous en sommes exilés et, par la pleine conscience dans la marche, nous revenons à notre origine.

Autres rythmes :

En dehors de la marche afghane, j’ai exploré d’autres rythmes eux aussi très intéressants, puisque grâce à un cardio-fréquencemètre j’ai pu en mesurer toute l’efficacité. Le rythme 4/2/6/2 par exemple est celui que de nombreuses personnes préfèrent, il m’est venu lors d’une randonnée saharienne et il donne une énergie incroyable ! D’autres rythmes avec expiration active sont difficiles à expliquer avec des mots et sont des rythmes pour personnes ayant déjà une bonne maîtrise des rythmes de base.

Plus qu’une méditation !

C’est donc avant tout pour moi une forme de méditation à part entière. Certaines personnes m’ont dit que pour elles c’est une forme de méditation tout à fait adaptée aux Occidentaux, peu habitués à une assise immobile. Cela nous permet d’aller à la rencontre de ce que nous sommes vraiment, au-delà de toute identification erronée à un personnage sans cesse changeant. Partant de la marche, nous arrivons très vite dans un autre lieu qui est l’immobilité intérieure. Marcher ainsi nous met en contact avec cette partie de nous immobile, éternelle, non née, le Soi. Le double regard extérieur/intérieur tranche alors comme l’épée de Manjusri, l’illusion suprême, cause de toutes les souffrances, le sentiment de séparation. Nous avons traversé le désert et le désert nous a traversés ! La transparence de l’être s’est révélée et à chaque pas nous marchons comme une feuille morte tombée de l’arbre et que le vent emporte sans savoir si c’est le vent qui nous porte ou si nous portons le vent !

 

Je suis toujours étonné par la force de la simplicité : pas de techniques compliquées, simplement l’attention au présent, à la Vie, libre du passé et du futur.

Cette simplicité vécue dans la marche se diffuse dans le quotidien, la vaisselle devient vaisselle consciente et apporte la même Présence, le même Amour de l’action unifiée, la même Joie. Le souffle devient Souffle de Vie, inspirant le nouveau, rejetant l’ancien comme disent les taoïstes.

Alors marchez sur la Terre, sous le Feu du soleil ou l’Eau de la pluie, vous vous sentirez vivre Ether-nellement !

Daniel Zanin.

vu sur  : http://www.marche-consciente.com/marche_consciente_site/marche_consciente_marche_afghane/marche_consciente_marche_afghane.htm

citations d’Albert Einstein sont une source d’inspiration inépuisable pour les entrepreneurs ou les candidats entrepreneurs…

De nombreuses citations d’Albert Einstein sont une source d’inspiration inépuisable pour les entrepreneurs ou les candidats entrepreneurs, nous vous proposons d’en découvrir 13 dans ce billet.

1-. « Folie : faire et recommencer la même chose et en attendre des résultats différents. »

cercle-vicieux

Selon le scientifique, c’est de la folie de croire qu’une action peut générer un résultat différent si on la répète.

C’est à ce niveau que l’entrepreneur doit analyser et tirer parti de ses expériences passées, y compris de celles qui ont été moins heureuses.

La valeur des expériences passées est inestimable pour un candidat entrepreneur. C’est pour cela qu’il faut valoriser l’échec au lieu de le stigmatiser.

 

2-. « On ne peut pas résoudre nos problèmes avec le même mode de pensée qui les a engendrés. »

etre-different

Rappelez vous le slogan de Apple « Think Different ».

Pour être un entrepreneur, il convient d’avoir l’esprit suffisamment ouvert et créatif que pour aborder les problèmes à résoudre avec une perspective différente.
Voir les choses sous un autre angle, vous permet d’envisager des solutions auxquelles vous n’auriez pas pensé habituellement.

 

3-. « Le vrai signe d’intelligence n’est pas la connaissance mais l’imagination. »

La connaissance est indispensable pour développer des tâches cognitives plus évoluées. L’imagination fait partie de ces tâches plus évoluées. Si l’on se reporte à la taxonomie de Bloom dont voici le schéma, vous remarquez que le savoir est à la base. Au niveau supérieur se retrouve les activités mentales telles que l’analyse, la synthèse et l’évaluation.
L’imagination n’y est pas représentée, mais elle se situerait au niveau supérieur car on peut y avoir recours pour dans les cas de résolution de problèmes, par exemple.

taxonomie-bloom
source image

4-. « Un homme devrait s’intéresser à ce qui est et pas ce qu’il pense que cela devrait être. »

L’entrepreneur doit garder les pieds sur terre. Le monde n’est pas idéal et avoir une vision biaisée voire béate de la réalité peut entrainer des échecs cuisants.
Méfiez-vous des vendeurs de rêves qui vous déconnectent de la réalité !

5-. « N’essayez pas d’être un homme à succès mais plutôt un homme de valeur. »

citation-Einstein

Le succès fait tourner la tête et brule les ailes. Soyez fidèles à vos valeurs et à votre façon de voir les choses. Ne sacrifiez pas cela au prix du succès car les sacrifices de ce genre sont tous les jours plus grands.

6-. « Si vous ne pouvez pas l’expliquer simplement, c’est que vous ne le comprenez pas assez bien. »

Pouvoir exprimer sa vision de façon claire démontre une parfaite compréhension des choses. Vulgariser une idée ou un concept est essentiel pour un entrepreneur.

7-. « Quelqu’un qui n’a jamais fait d’erreur n’a jamais essayé quelque chose de neuf. »

Un des principaux freins à l’esprit d’entreprise est la crainte d’échouer ou de faire une erreur. Alors que l’erreur fait partie du parcours normal de l’apprentissage, elle est montrée du doigt voire moquée dans notre société.
Les états d’esprit sont à changer pour devenir tolérant voire bienveillant vis à vis de l’erreur.
Ce qu’il faut éviter, c’est de rééditer ses erreurs comme la première citation le pointe justement.

8-. « Ce n’est pas que je sois si intelligent mais juste que je fais face aux problèmes plus longtemps »

Trop vite les gens renoncent. Si vous faites preuve d’opiniâtreté, vous augmentez vos chances de résoudre les problèmes auxquels vous êtes confrontés.

9-. « Seule une vie vécue pour les autres en vaut la peine. »

Certaines personnes sont égoïstes, d’autres pensent aux autres avant de penser à eux. Si vous voulez développer une entreprise, évitez d’être égocentrique et pensez plutôt à quels avantages ou quelles solutions vous allez apporter pour améliorer la vie des gens. Très souvent, cette démarche est gage de succès.

10-. « Vous devez apprendre les règles du jeu et ensuite devez jouer mieux que tous les autres. »

Connaître le fonctionnement des marchés, des mécanismes entrepreneuriaux estIMPORTANT avant de se lancer dans la grande aventure. Ensuite, vous serez confronter à la concurrence.

11-. « Quand vous cessez d’apprendre, vous mourrez. »

La vie est un éternel apprentissage et dans un monde changeant tel que celui que nous vivons, refuser d’apprendre est effectivement impossible pour un entrepreneur. Le monde et ses nombreuses innovations offrent plein d’opportunités à … ceux qui apprennent tout au long de la vie.

12-. « Les ordinateurs sont incroyablement précis, rapides et stupides. Les humains sont incroyablement lents, peu précis et brillants. Ensemble, ils sont d’une puissance dépassant l’imagination. »

Il est indispensable pour un entrepreneur d’utiliser les nouvelles technologies. Même dans les métiers dits traditionnels, les technologies révolutionnent les pratiques. En rester écarté, c’est risquer l’échec.

13-. « Si vous voulez vivre une vie heureuse, attachez-la à  un but et non à des personnes ou des choses. »

Savoir où l’on veut arriver dans la vie est essentiel à tout projet d’entreprise. Essayez de répondre à la question: quel est mon objectif à atteindre dans 5 ans ?